Arts énergétiques de santé, de la tradition au quantique

diététique chinoise

 

Cette page est en construction, pour l'instant tout ce qui concerne la diététique chinoise est sur la page Nutrition....


Les fiches aliments de Jean Pelissier....

La BANANE, Xiang Jiao
Fruit de l’été par excellence, la banane se dit Xiang Jiao, 香蕉 en chinois.
Elle provient donc du bananier, qui n’est pas du tout un arbre, mais en quelque sorte une herbe géante qui peut atteindre 7-15 m de haut. Son « tronc » est une superposition de feuilles enroulées en cornets. La véritable « tige » étant souterraine : c’est un rhizome traçant qui produit de nouvelles pousses.
Les bananiers cultivés appartiennent aux espèces « musa acumanita » et « musa balbisiana ».
Xiang Jiao est originaire de Chine du Sud et d’Asie tropicale. On en trouve encore quelques espèces sauvages, non comestibles, car les fruits contiennent de grosses graines et très peu de chair.
C’est un des premiers fruits à avoir été « domestiqué ». Comme il ne supporte que très peu les longs voyages, il a fallu attendre le début du 20e siècle et l’apparition des transports rapides, pour qu’il apparaisse sur nos étals.
Parmi les centaines de variétés, on peut citer deux grandes catégories de bananes : les bananes à chair sucrée consommée comme un fruit. C’est celle que l’on va étudier ici. Les bananes riches en amidon que l’on appelle « bananes à cuire » ou « bananes plantains ». Elles sont alors utilisées comme légume.
Pour mémoire, le bananier ne donne naissance qu’à un seul « régime » par an, mais celui-ci peut regrouper jusqu’à 300 fruits. Son nom serait d’origine arabe qui signifie « doigt » !
C’est un peu grâce à Joséphine Backer, avec sa « jupe-banane » qui a mis au goût du jour ce fruit aux vertus extraordinaires.
À ce propos, le profil de la banane est très évocateur. Au 18e siècle, le père Labat affirme c’est la banane et non la pomme qui fut le fruit défendu du paradis !
Dans un autre registre, Paul Vialard a dit : « Il y a trop d’embûches, trop de gens sur votre chemin qui ont intérêt sous vos pas à glisser une peau de banane » !
Que dit la médecine chinoise ? 
Xiang Jiao, la banane est de saveur Douce et de nature Froide.
Rappelons-nous que le Doux tonifie, nourrit, fortifie le corps. Cette saveur peut aussi humidifier, relâcher les tensions musculaires et calmer le stress. À condition bien sûre de ne pas en abuser auquel cas cela se retournerait contre l’organisme.
Sa nature Froide, comme son nom l’indique rafraîchit le corps. C’est un fruit qui est idéal quand le temps et chaud et sec.
Les méridiens-organes cibles sont ceux :

  •  
    • De la Rate, 
    • de l’Estomac, 
    • du Poumon et 
    • du Gros intestin.

Ces principales actions sont : 

    • d’enlever la « chaleur » et d’humidifier les intestins, 
    • d’humidifier le Poumon, 
    • d’arrêter la toux, 
    • de nourrir l’Estomac, 
    • de générer les liquides organiques.

*Ainsi la banane permet de régénérer les liquides organiques indispensables au bon fonctionnement du corps.
Deux exemples d’utilisation en MTC : après un épisode grippal ou autre cause d’accès de fièvre, l’augmentation de la température du corps peut se transformer en « perversité Feu » qui assèche les compartiments liquidiens entraînant de la soif, une sécheresse des lèvres et de la gorge, autant de signaux d’alarme qu’émet l’organisme.
Dans un autre cas, en plein été, la canicule peut pénétrer à l’intérieur de l’organisme. Si elle y reste trop longtemps, cela va déclencher les mêmes symptômes. C’est ce qu’on appelle le « coup de chaleur ».
Dans ce type de situation, il conviendra alors de consommer 2 à 3 bananes nature par jour, jusqu’à ce que les symptômes disparaissent.

*La banane permet d’humidifier les poumons. C’est donc le fruit à prendre régulièrement dans les climats chauds et secs.
Nous savons d’autre part que la fumée de cigarette dessèche très fortement les liquides organiques de l’organisme, entraînant ainsi un vieillissement précoce. La banane peut momentanément être un très bon antidote contre ce type de symptômes.
*Poumons et Gros intestins sont étroitement reliés en MTC, un assèchement de l’un peut déclencher un assèchement de l’autre. L’inverse est tout aussi vrai. La banane est un très bon laxatif naturel, mais aussi un anti-inflammatoire des voies abdominales basses.
*De plus, par son action « humectante » sur le Poumon, c’est aussi un très bon antitussif en cas de toux sèche, que cette toux soit due à un climat sec, ou à ce que l’on appelle une faiblesse du Yin des Reins souvent liée au stress.
Dans ce cas, on peut cuire à l’étuvé deux bananes avec un peu de sucre poudre, une fois par jour pendant neuf jours.
*En MTC, la chaleur au niveau du Gros intestin peut être à l’origine de l’apparition de fissures anales, ou d’hémorroïdes sanguinolentes. Là aussi la banane est excellente pour lutter contre ces symptômes.  Cuire alors à l’étuvée deux bananes avec la peau. Ensuite, on en consommera la chair.
*La banane est très bon pour la gueule de bois. Après un lendemain de fête trop arrosée faite bouillir de la banane avec du miel. La banane calme l’estomac et le miel booste le taux de sucre dans le sang et vous fait reprendre vos esprits.
*Vous venez de vous faire piquer : frottez la zone avec l’intérieur d’une pelure de banane pour atténuer gonflement et démangeaison.
* Un remède de « buena fama » : appliquer le côté jaune d’une peau de banane sur une verrue. Faire là tenir avec une compresse et garder quelques heures. Répéter deux ou trois fois s’il le faut. Les résultats sont souvent spectaculaires.
Que disent les recherches modernes ?
*Les recherches modernes ont montré que la banane avait une très forte capacité antioxydante. On lui reconnaît à ce titre de nombreuses vertus préventives au niveau de certains cancers et  maladies cardio-vasculaires. Consommer très régulièrement des bananes diminue d’environ 40% le risque de crise cardiaque.
C’est aussi un excellent fruit pour les hypertendus.
*Très riche en glucides, en vitamine B, en potassium et magnésium, la banane se digère très facilement. C’est un des  premiers fruits à recommander lors de la diversification alimentaire des jeunes enfants.
*Grâce au tryptophane, protéine que le corps convertit en sérotonine, on peut dire que c’est un fruit antidépresseur. De même, la vit. B qu’elle contient peut détendre le système nerveux.
*Très riche en fer, elle augmente la production d’hémoglobine dans le sang.
*Très riche en fibre, elle permet d’améliorer le péristaltisme intestinal.
*C’est un anti-acide naturel qui peut soulager les brûlures intestinales et stomacales.
*Riche en vit. B6 qui se combine au potassium et au magnésium, la banane vous aide à moins ressentir la sensation de manque de nicotine.
*Il faut savoir que deux bananes fournissent assez d’énergie pour effectuer un effort de 90’ en séance d’entraînement !
*Mais aussi pour les adolescents en période d’apprentissage. Le potassium renforce les pouvoirs du cerveau.
Mode d’utilisation.
La banane peut être consommée crue, cuite à la poêle ou au four, à la vapeur, bouillie…
On doit donc la consommer prioritairement en été du fait de sa nature Froide. Mais aussi en automne. Rappelons-nous que cette saison appartient au Poumon en MTC et que l’élément qui lui correspond est le métal. C’est en cette saison que le Poumon peut très vite s’assécher générant ainsi des toux sèches plus ou moins chroniques.
Prenez l’habitude de les consommer issue de l’agriculture biologique. Au moment de l’achat, il faut qu’elles soient fermes, uniformément jaunes. Il ne faut surtout pas les conserver au réfrigérateur.
Quand elles sont pelées, la consommer très rapidement pour éviter qu’elles noircissent. Dans un dessert, vous pouvez y rajouter du jus de citron pour empêcher ce « mûrissement » naturel.
Contre-indications 
Elles sont importantes et il convient de bien les connaître.
Vous devez ainsi en consommer avec grande modération en cas de faiblesse de l’énergie de la Rate qui je vous le rappelle est le chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire. Les symptômes principaux sont alors des selles molles chroniques, des diarrhées, de colites chroniques.
En excès, elle peut aggraver des crises d’arthrites préexistantes par une augmentation de « l’humidité interne ».
Ne pas consommer en cas de toux grasses avec expectoration. L’indication n‘est que pour les toux sèches.
De même en cas  de néphrite aiguë ou chronique.
Conclusion
Certes, ce fruit va à l’encontre de la règle : «  fruit de saison et de région ». Mais au vu de toutes ses vertus bénéfiques, nous pouvons totalement le faire entrer dans nos alicaments à condition, bien évidemment de tenir compte des contre-indications.

Mais aussi en l’adaptant à notre climat intérieur aussi bien qu’extérieur. Il est évident qu’il faut éviter d’en consommer de manière excessive en plein hiver, sauf signe de chaleur interne liée par exemple à une maison surchauffée.
Tout est une question de logique et de ressenti. Soyons donc à « l’écoute de notre âme », à condition  de s’en donner les moyens.
N’oublions pas la règle de la mastication : la banane ne peut avoir toutes les vertus précitées que si elle est mâchée encore et encore, jusqu’à la réduire en bouillie dans la bouche. 
Un peu d’humour : « Un homme glisse sur une peau de banane devant dix personnes. S’il rit c’est de l’humour. Dix personnes glissent sur dix peaux de bananes devant un homme. S’il rit, c’est de l’imprudence ».
Selon la théorie des signatures, la banane a une forme de sourire. Or, nous savons qu’elle contient de la sérotonine qui stimule la bonne humeur !
Enfin, en Chine, rêver de banane est un présage d’amour passionné. Rêver de « régime de bananes » profit et prospérité ! Cela risque de vous arriver après la lecture de ce texte…

La Mandarine, Ju Zi.
La mandarine se nomme Ju Zi 桔子 en chinois. Son nom latin est Citrus Reticulata. C’est un fruit originaire d’Extrême Orient (Chine-Viet Nam) très proche de l’orange.
On la cultive depuis plus de 3000 ans. Sa chair sucrée est très parfumée et est l’une des moins acides des agrumes.
Mandarine nous rappelle la couleur de la robe de soie des mandarins chinois, d’où son nom. Le mandarinier a fait son entrée en Europe grâce aux Portugais, et plus précisément en Provence vers les années 1800, soit 400 ans après l’orange. Elle a été cultivée à grande échelle en Algérie à partir de 1850.
Nous connaissons tous un hybride sans pépins de ce fruit : la clémentine (citrus clementinus). Ce fruit a été obtenu par croisement dans les années 1900 par le père Clément, moine près d’Oran en Algérie. Il existe aussi la tangerine qui a une écorce plus foncée et qui se pèle aussi plus facilement.
Ce fruit aux mille vertus est considéré comme un trésor en Chine. Il reste au centre de très nombreuses festivités lors du Nouvel An chinois.
C’est le grand fruit pour prévenir les rhumes et grippes saisonnières. C’est donc un fruit à consommer prioritairement en fin d’automne et à  l’entrée de l’hiver.
Saint Exupéry a dit : « Il est, derrière le petit mur, une patrie de mandariniers et de citronniers où sera reçue ma promenade. Cependant nul n’habite en permanence ni l’odeur des citronniers, ni celle des mandariniers, ni le sourire ».
Un zeste de sourire dans ce monde de stress : « Une petite mandarine rentrant tard le soir s’adresse à sa maman orange : Je suis sortie avec un joli citron. Comme j’étais pressée, il a eu un zeste déplacé et maintenant j’ai peur d’avoir des pépins ».
Que dit la médecine chinoise ?
La mandarine est de nature Fraîche et de saveur Douce-Acide.
La nature fraîche permet de refroidir sans excès le corps, d’éliminer la chaleur et de favoriser modérément la circulation de sang et d’énergie dans l’organisme.
Les organes méridiens où vont se diriger principalement ses effets sont ceux :
Des Poumons,
de l’Estomac.
Ces actions principales sont de:
Régulariser le Qi, l’énergie.
Tonifier la Rate et l’Estomac.
Favoriser la production de liquides organiques.
Dissoudre le Tan et les mucosités.

*Ju Zi, la mandarine est excellente quand on présente de la toux avec des mucosités jaunâtres, épaisse et collante liée à la présence de « chaleur », d’inflammation du Poumon. C’est aussi un antitussif et un expectorant.
*Une des grandes actions de la mandarine est de régénérer les liquides organiques. Elle potentialise les effets du thé en tant que facteur hydratant du Poumon.
N’oublions pas que le Poumon et peau forment un même organe en médecine chinoise. Et que dans le même « logiciel-organe » le Poumon-Yin est couplé au Gros intestin-Yang. En hiver, le Yin a tendance à entrer en profondeur dans le corps. La peau s’assèche et des démangeaisons peuvent apparaître. De la constipation peut apparaître. C’est une des raisons pour laquelle ce fruit est consommé prioritairement en cette saison.
*Quand s’installe une faiblesse de Yin au niveau de l’Estomac (en cas de diabète par exemple), le Yang augmente entraînant une sensation de soif permanente. Si vous vous mettez alors à boire en trop grande quantité, vous ne faites qu’aggraver ces symptômes. La mandarine est alors tout à fait indiquée.
*En cas de non-respect des règles basiques de diététique, ou d’émotions intériorisées, un état de stagnation peut s’installer au niveau du Foyer Moyen, en particulier de l’estomac. C’est une grande cause de ballonnements intestinaux, de nausées, d’inappétence et de reflux gastro-œsophagien. Par son action régulatrice de l’énergie, la mandarine permet de faire circuler et de digérer.


*En Chine, on l’utilise pour évacuer plus rapidement les effets secondaires liés à une « bonne cuite ». Cela tombe bien pour les fêtes !
*Surtout chez les enfants, après une forte fièvre, les liquides organiques peuvent être « blessés », entraînant des symptômes de sécheresse. La mandarine est alors excellente.
Que disent les recherches modernes ?
*La mandarine contient de l’acide citrique, bromique et oxalique. Mais aussi du phosphore, du magnésium et de très nombreuses vitamines dont la vitamine C.
*Elle permet d’éliminer les résidus des métaux lourds stagnant dans l’organisme comme le cadmium, le mercure et le plomb. Elle potentialise les effets du thé vert et noir chinois qui vont déjà dans ce sens.
*C’est un anti-infectieux du tube digestif, car il empêche la fermentation des aliments.
*On dit qu’elle est dépurative, sédative, revitalisante et diurétique.
*Elle permet d’éliminer le mauvais cholestérol, de prévenir le diabète de type II et de lutter contre l’athérosclérose. On la conseille aux personnes qui souffrent d’hypertension, car elle possède certaines vertus hypotensives.
*Elle fortifie les tissus, les os, les dents, mais aussi le cerveau.
*Elle est anti hémorragique.
*La mandarine a comme action de prévenir les calculs rénaux et de vésicule biliaire.
*Grâce à ses fibres, elle favorise le péristaltisme intestinal et donc l’élimination des déchets.
*Elle permet aussi de lutter contre l’obésité.
*De récentes études ont montré que ce fruit (comme tous les agrumes) permettait de prévenir les cancers de la bouche, du pharynx, de l’estomac et du colon. Elle favorise l’évacuation de la bile.
*Elle possède entre autres, des propriétés pour les nerfs et favorise le sommeil.
Mode d’utilisation
*La mandarine peut être consommée crue, mais aussi cuite, en décoction. Quelques quartiers revenus 5′ dans une poêle chaude ou sur le gril permettront d’agrémenter de très nombreux plats de fête.


*La peau de mandarine, Chen Pi 陈皮 littéralement « vieille peau » (à ne pas dire à une chinoise) est un produit de pharmacopée à part entière. Je vous renvoie à l’étude complète que j’en ai faite dans les cahiers de Sinobiologie (voir lien), partie « alicaments ».
*Les pépins ont aussi des vertus médicinales importantes. On dit qu’ils sont amers et neutres et qu’ils régularisent le Qi. Ils permettent d’arrêter les douleurs, de disperser les indurations, d’agir sur le méridien du Foie. Quand on observe le trajet de ce méridien (voir coffret théorie de l’acupuncture), on comprend pourquoi ils peuvent avoir une action sur les problèmes de hernies inguinales, d’hydrocèles, de kyste des testicules, pais aussi de douleurs et de distensions au niveau des seins.

*En ce qui concerne le jus de mandarine, je vous renvoie à mon étude sur le jus d’orange dans mon cours sur la diététique en médecine chinoise. Non seulement vous perdez toutes les grandes fibres et la partie « blanche » accolée aux quartiers, mais beaucoup trop de saveur acide vient agresser le « logiciel Foie ». Une mandarine nature suffit à donner toutes les vertus extraordinaires de ce fruit.
Contre-indications
*Attention de ne pas avaler les pépins, car ils risquent de blesser les villosités intestinales entraînant des diverticuloses et la formation de polypes réactionnels.
*Ne pas en donner en trop grande quantité aux nourrissons (juste un ou deux quartiers), car leur tube digestif est dans l’incapacité de la digérer.
*Ne pas en consommer en cas d’ulcère gastrique, de diabète installé, ou d’hyperacidité stomacale.
Conclusion
Pour les différentes raisons que nous avons évoquées précédemment, la mandarine est bien le fruit de la fin d’automne et du début de l’hiver. Mais attention de ne pas en surconsommer, car cela se retournerait contre votre organisme. C’est l’excès de saveur acide qui finirait par déséquilibrer l’énergie de votre foie.
De même respecter la règle : pas de fuit après un repas. Pourquoi pas dix minutes avant un repas. Mais privilégiez à la pause goûter ce fruit venu de Chine.

Le Riz, Jing Mi.

Céréale incontournable, consommée par plus des 2/3 de la population mondiale, le riz se dit Jing Mi, 粳米 en chinois.
C’est une céréale de la famille des graminées. Son nom scientifique est Oryza Sativa. Cultivée dans les rizières, cette plante nécessite pour sa croissance beaucoup d’eau et d’humidité. Elle peut atteindre jusqu’à 90cm de haut. Chaque épi donne énormément de graines appelées Mi, 米.
C’est donc avec le blé la céréale la plus connue dans le monde : « Là où il y a de l’eau, on cultive le riz. Au centre des continents, où l’eau est plus rare, on consomme le blé ».
C’est l’aliment de base de la cuisine asiatique, indienne et japonaise.
L’homme a commencé à cultiver le riz il y a plus de 10.000 ans. Sa culture a débuté en Inde, puis dans le sud de la Chine, pour ensuite « inonder » le reste du monde.
C’est Alexandre le Grand qui l’importa en Grèce. En Europe, on a commencé à le consommer qu’au 16e siècle. Son nom viendrait du Tamul « Arizi ».
Le riz, au contraire du blé, est à l’heure actuelle très peu modifié génétiquement. Il ne déclenche donc pas un « stress de rejet » par l’organisme. C’est donc une véritable céréale universelle.
Il existe plus de 4000 variétés de riz de par le monde. On trouve le riz long, mi-long, court. Selon ses caractères gustatifs, on parlera de riz gluant, de riz parfumé comme le Basmati, de riz rond qui sert à faire le risotto. On a aussi le riz rouge des contreforts de l’Himalaya, le riz pourpre, le riz noir de Chine.
Par les temps qui courent, il faut savoir que le riz ne contient pas de gluten !
Nous allons voir que c’est l’aliment par excellence capable d’amener l’énergie dont le corps a besoin pour fonctionner.
Quelques proverbes pour nous ouvrir l’appétit :
« Même la meilleure des ménagères ne peut pas, si elle n’a pas de riz, préparer son repas » Proverbe chinois.
« Le chagrin est comme le riz dans le grenier : chaque jour il diminue un peu » Proverbe malgache.
Et enfin : « le riz qui est dans ton grenier est ton ennemi parce qu’il excite la jalousie de ceux qui n’en ont pas ». Proverbe thaï.
Que dit la médecine chinoise ?
Le Riz est de saveur Douce et Neutre. C’est d’ailleurs la plante de référence quand on doit parler de la saveur douce. Cette saveur a comme action de tonifier prioritairement l’énergie de la Rate. Sa neutralité en fait l’aliment du « juste milieu ».
Les méridiens-organes cibles sont ceux :

  •  
    • De la Rate,
    • de l’Estomac,
    • du Poumon.

Ces principales actions sont de:

  •  
    • Renforcer l’énergie de la Rate. 
    • Stimuler le Foyer Moyen.
    • Harmoniser l’Estomac.
    • Nourrir les « cinq organes »
    • Calmer la soif et de générer les liquides organiques. 
    • Éliminer l’humidité (surtout quand il est grillé à sec avant la cuisson).
    • Tonifier le Yang.

*En tant que tonique du Foyer Moyen (Rate-Estomac), le riz permet d’ouvrir l’appétit, de renforcer l’organisme. Il ne faut pas oublier que le « logiciel Rate » est le chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire, et qu’un déséquilibre énergétique de cet organe, qui perdure trop longtemps, pourra avoir de graves conséquences sur notre santé.
Le riz est donc l’aliment idéal pour les états de maigreur, chez les convalescents, les états de grande fatigue ou de faiblesse généralisée. À condition évidemment de bien le mastiquer. Nous allons y revenir.
*Quand l’énergie de la Rate est effondrée, les aliments ne sont plus assez digérés et cela peut être la cause de diarrhées chroniques. Le riz est excellent dans ce cas. Mais on peut aussi en consommer en cas de diarrhées infectieuses.
*C’est un des grands aliments capables de recharger la batterie de l’organisme.
*Puisque les muscles et les chairs sont à mettre en relation avec la Rate, on dit que le riz permet de les « nourrir », de les renforcer, de les tonifier.
*Nous savons que Poumons et pores de la peau font partie du même logiciel en médecine chinoise. Par son action de tonification de l’énergie du Poumon et de la Rate, il permet de lutter contre les transpirations spontanées liées à un état de faiblesse du Poumon.
Que disent les recherches modernes ?
*Le riz, surtout le riz complet, mais aussi le riz blanc contient beaucoup d’antioxydant comme le tocotrienol dont fait partie la vit. E qui aurait de grandes propriétés anti tumorales.
*Le riz complet est fortement acidifiant alors qu’il l’est modérément pour le blanc.
*C’est une bonne source de manganèse qui participe à la prévention des dommages causés par les radicaux libres, de même que le Sélénium qu’il contient.
*Il contient du phosphore, très bon pour les os.
*Il contient aussi du zinc, du fer, du cuivre, de la vit. B1, B3, B6.
*On lui attribue un effet anabolisant permettant de renforcer la musculature (c’est ce que dit la MTC aussi).
Mode d’utilisation.
*Sa consommation la plus courante est évidemment sous forme de graines. Mais il peut être aussi transformé en pâte de riz, en farine, en galette, en riz soufflé, en lait de riz.
*Le riz gluant sert surtout dans la préparation de desserts.
*On peut aussi en faire de l’alcool : Saké au Japon ou alcool de riz.
*Riz blanc ou riz complet ?
C’est la grande question. Il est évident que le riz complet contient beaucoup plus de principes actifs et que cela devrait être la finalité dans la consommation de cette céréale.
Mais posons-nous la question suivante : pourquoi en Asie, au Japon, en Inde,  ne consomme-t-on quasiment que du riz blanc ?
Quelques éléments de réponse.
Avant tout il faut savoir qu’il y a une grande différence entre le riz complet et le riz brun. Il faudra d’abord obligatoirement les consommer « bio », car ils peuvent être au contact direct des pesticides. Ensuite surtout s’il est complet, il peut rester des particules qui peuvent blesser le tube digestif et s’incruster très facilement dans les villosités intestinales (grande cause de polypes). Bien sûr tout cela pourrait être évité si on le mastiquait 20-30 fois. Mais qui mâche autant à l’heure actuelle ?
Ensuite que recherche-t-on dans le riz : des sucres lents avant tout, tous les autres éléments pouvant être apportés par la diversification de notre alimentation. N’oubliez pas cette règle d’or: « les céréales ne se transforment en sucres lents que dans la bouche, à condition qu’elles ne soient mélangées à aucun autre ingrédient, et surtout mastiquées très longuement ». Cela devrait devenir la base énergétique de notre alimentation quotidienne, puisque c’est le riz prioritairement qui amène l’énergie dont le corps a besoin pour fonctionner.
Ensuite le riz complet doit cuire beaucoup plus longtemps  et surtout comme je le disais plus haut, mastiqué très longuement.
Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, il vaut mieux privilégier le riz blanc, tout en prenant de temps en temps du riz complet.

*Le riz précuit dit incollable que l’on trouve dans le commerce a perdu pratiquement toutes ses propriétés. On dit en médecine chinoise qu’il a perdu son Qi, son énergie, son Shen, son apparence, mais aussi son Jing, son « essence ».
*Pour que le riz puisse être digeste et donner toutes ses propriétés, il doit être bien cuit.
*Quand on prépare le riz, il vaut mieux le rincer pour enlever le surplus d’amidon et les résidus, jusqu’à ce que l’eau soit claire. L’idéal serait de faire tremper le riz 1h. Non seulement cela permet de réduire le temps de cuisson (6-8 minutes au lieu de 15’), mais il sera cuit beaucoup plus à cœur.
*Comme toutes les céréales, le riz va donc amener la véritable énergie, dont le corps à besoin, ce que l’on appelle les « sucres lents ». Mais du fait de cette lenteur de digestion, il y a un risque de stagnation au niveau de l’estomac qui peut être très préjudiciable. Donc dans le meilleur des cas, le riz doit être consommé nature, sans adjonction de quoi que ce soit, même pas de sel. Il devra être accompagné obligatoirement par des légumes qui grâce à leurs fibres vont favoriser la digestion de ce riz. Je vous renvoie à mon cours sur la diététique.
*Il existe en Chine du riz germé que l’on appelle « Gu Ya » qui a la propriété de dissoudre les stagnations, d’éliminer le Tan, les déchets et de renforcer très fortement l’énergie de la Rate. Il peut par exemple être très utilisé en cas de maladie de Crohn (comme toute sorte de riz d’ailleurs, en évitant le riz complet qui risque d’augmenter les inflammations).
*Un autre mode de préparation médicinale : le riz brûlé appelé « Gou Jiao » qui signifie littéralement « marmite brûlée » ! En tant que produit asséchant, il permet de lutter contre les selles liquides. Il permet aussi de ralentir le péristaltisme intestinal et de calmer les douleurs intestinales. Il convient de ne pas en prendre quand il y a présence de symptômes de sécheresse.
*Intéressons-nous maintenant à une préparation très connue en Chine : le « Congee ».
Il est de tradition en Asie de consommer deux à trois fois par an, pendant deux jours, un gruau de riz ou potage de riz que l’on appelle donc Congee. Ce « potage » sera uniquement accompagné de quelques légumes salés.
Il va avoir comme action de déclencher un nettoyage en profondeur des intestins. Ensuite les jours de la nouvelle lune et de la pleine lune on en prendra le matin au petit déjeuner.
Préparation : « Mettre dans une casserole 100 gr de riz blanc avec 5-6 fois son volume d’eau. Placer alors la casserole à feu très doux pendant plusieurs heures (par exemple le soir avant de se coucher, pour qu’il soit prêt le matin au réveil. Vous pouvez opter pour une méthode plus rapide en mettant le riz de la veille dans de l’eau et en faisant cuire le tout à la vapeur. On va obtenir ainsi une soupe de consistance moyenne (la cuillère ne doit pas tenir verticale dedans). Elle doit donc être assez liquide pour avoir la sensation de boire ».
En fin de compte, ce n’est que du riz et de l’eau et son goût peut paraître un peu fade : c’est la vraie saveur douce en diététique indispensable pour tonifier l’énergie de la rate.
Hors ces périodes de nettoyage, ce Congee peut servir de base à la préparation d’une multitude de recettes médicinales. Par exemple avec des feuilles de moutarde pour dissoudre le Tan. Avec des feuilles de menthe pour clarifier la chaleur.
Dans les campagnes chinoises, on avait l’habitude de consommer ce Congee avec des légumes sautés et très peu de viande.
*Une petite cure de beauté. Les Japonais ont élaboré un masque rajeunissant à base de riz : « Prenez 3 cuillères à soupe de riz complet bio, une cuillère et demie d’eau distillée, 2 cuillères de pulpe d’avocat et ½ cuillère de miel. Faire cuire le riz jusqu’à ce qu’il ramollisse. Gardez l’eau de cuisson. Mélangez le riz, l’avocat et le miel pour en faire une pâte à appliquer sur la peau. Laisser agir ½ heure, puis rincer avec l’eau de riz restant ».
Vous allez voir. Les résultats sont spectaculaires. En effet, le riz est un tonique de la peau, riche en vit. B. Il hydrate, régénère et raffermit la peau. Non seulement cette « potion magique » a un effet anti ride, mais c’est aussi un exfoliant. Il élimine les tâches de peau. Essayez…

Conclusion
Vous avez bien compris que le riz devrait devenir un élément central dans votre diététique quotidienne, différente de la diététique des jours de fête, cette diététique qui a pour fonction d’apporter de l’énergie à votre organisme.
Mais rappelez-vous que le riz doit être consommé nature, sans adjonction de quelques ingrédients que ce soit pour qu’il puisse donner le maximum de son sucre lent, le maximum d’énergie au corps. Donc le « riz cantonais » n’entre pas vraiment dans cette diététique quotidienne.
Et puis surtout il faut réapprendre à mâcher, car toute cette « alchimie », cette transformation se fait dans la bouche et très peu dans l’estomac.