Arts énergétiques de santé, de la tradition au quantique

Nutrition

diététique énergétique, nutrition quantique.





















Photo les vagabondages....
La nutrition consciente: faire ses choix et manger en conscience pour un bon équilibre nutritionnel.
Principes de diététique en médecine chinoise.
Un peu d'Ayurveda... 
Fiches aliments, leurs propriétés au regard de la médecince chinoise... 


Fil d'actualité de la page:

- Argent colloïdal
- antibiotique naturel (curcuma)

- le jeune en cancérologie
- les 5 éléments de la MTC dans l'alimentation
- Drainage deprintemps, foie et vésicule biliaire.
- Les plantes minceur de l'Ayurveda.
- les épices
- l'incontournable extrait de pépins de pamplemousse
- La sauge
- la réglisse
- Protégez votre organisme avec le noyau d'avocat
- le citron
- la banan- la pomm- la mangu- le raison
- la pêche
- le kiwi
- la poire
- la fraise
- la carotte
- la pastèque
- la chataigne
- les petits pois
- le haricot vert
- la laitue
- le choux chinois
- la patate douce
- l'oignon
- Graines de lin...
- Nettoyage au riz...
- Tans, OGM en MTC, Jean Pelissier.
 
Ma formation dans ce domaine :
Lors de mon cursus complet de formation en énergétique et psychologie corporelle auprès de Michel Odoul (IFS Paris)j'ai également suivi la formation proposée par Jean Pélissier : diététique énergétique chinoise. La plupart de mes parutions sur cette page, sont issues de cette formation.

MÉDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE ET OGM
Texte de Jean Pélissier.
≪ Il existe un terme générique qui permet, à lui seul, de signifier tous les « déchets » présents dans l’organisme et que celui-ci aurait dû normalement éliminer : Le Tan.
Le Tan c’est aussi bien le mauvais cholestérol, les graisses circulantes, les plaques d’athéromes, les lipomes, les nodules, les kystes, les polypes…
Ce sont aussi les poisons présents dans l’organisme, véhiculés par l’air que l’on respire, la nourriture que l’on ingère. Entrent évidemment dans ce « catalogue » les insecticides les pesticides. Mais aussi toute la chimie comme l’aspartame, le glutamate.
Les médicaments chimiques sont aussi du Tan : ils peuvent pour certains demander des mois pour être éliminés par l’organisme.
Mais au-delà de cet aspect que l’on pourrait qualifier de « grossier », de macroscopique, nous devons parler de « Tan énergétique ». Nous savons que la médecine chinoise est avant tout une médecine que l’on qualifie d’énergétique et que l’énergie prévaut sur la matière. Pour faire court, un déséquilibre énergétique qui perdure sera à même petit à petit d’impacter l’organe cible auquel il correspond. 
Si nous prenons l’exemple de l’aspartame cité plus haut, en dehors d’être une substance chimique, il est qualitativement dix fois plus sucré qu’un sucre normal. Il va entraîner un pic énergétique beaucoup plus important au niveau de la « Rate-pancréas » qu’un sucre normal. C’est la répétition de ces pics qui, petit à petit, risque de désorganiser le fonctionnement d’un des organes énergétiques les plus importants du corps : la Rate-pancréas qui est le chef d’orchestre, la gare de triage de la digestion du bol alimentaire. 
Toujours dans le domaine énergétique, on va jusqu’à parler de Tan émotionnel en MTC. Ce sont des « résidus » émotionnels qui peuvent stagner dans n’importe quel endroit du corps et qui peuvent resurgir à tout moment.
Pour en revenir à nos OGM, on peut alors considérer qu’une modification trop rapide du patrimoine génétique d’un aliment puisse être perçue par l’énergie de la Rate et du Foie comme un « intrus », une « vibration énergétique anormale » que l’organisme doit éliminer. Si celui ne peut le faire, cela va aussi devenir du Tan.
Faut-il en avoir peur ?
La peur étant une des énergies émotionnelles les plus dangereuses pour notre santé, il est fondamental de prendre du recul, de comprendre et de prendre les décisions qui s’imposent en évitant tout radicalisme.
En MTC on considère que notre organisme possède une « batterie » située au niveau de l’énergie des Reins. Cette batterie, c’est effectivement nos défenses immunitaires, mais aussi et surtout l’immense pouvoir d’adaptation de l’organisme et son immense pouvoir d’auto régulation et d’auto guérison. Cette batterie rechargée à bloc, notre organisme est largement capable de rejeter les intrus et donc d’éviter la formation de Tan. Si on apprend à respirer, à bien manger, à bien « bouger », à « gérer nos émotions », si on apprend à recharger cette batterie au jour le jour, nous ne pouvons pas déclencher de pathologies. Ainsi, s’il nous arrive épisodiquement d’ingérer ou de respirer tel ou tel type de déchets ou de « poison », notre corps sera largement capable de s’autogérer et de se « nettoyer » et donc par là même d’éviter toute peur, d’accéder à la longévité en bonne santé.
Par contre, si on a une méconnaissance totale du fonctionnement énergétique de notre organisme et si on n’a pas appris à recharger notre batterie, alors oui ce Tan, quelle qu’en soit l’origine, pourra être le fer de lance de l’apparition de quasi toutes les maladies que l’on appelle « internes » en MTC, cancers, maladies cardio-vasculaires, rhumatismes, mais aussi toutes les maladies mentales et émotionnelles. 
Or tout est fait à l’heure actuelle pour mettre à mal cette « batterie des Reins ». La peur, le stress, l’excès de saveur salée, l’excès de liquides ingéré, la méconnaissance totale des principes fondamentaux de la sexualité et j’en passe.
Alors oui, je pense que dans ce contexte, il devient de salubrité publique de s’opposer radicalement aux #OGM, sans « force et violence ». N’oublions pas que nous recevons ce que nous émettons. 
Par contre nous devons nous poser les bonnes questions, nous devons passer de l’état « d’effet » à « l’état de cause » quant à notre santé. C’est nous, par nos « non-pratiques », qui permettons aux perversités de s’installer.
Et si nous considérons que notre corps n’est pas assez fort pour s’adapter, nous devons être capables de choisir et pour cela il est fondamental de connaître l’origine exacte de nos aliments, ne serait-ce que par un marquage obligatoire de la mention « OGM oui ou non ». Je soutiens donc sans réserve l'initiative de « Consommateurs pas cobayes » et sa campagne de pétition « OGM Transparence ».
Et soyons positifs. Cette possibilité nous étant donnée, petit à petit, sans radicalisme, des changements en profondeur (qui ont déjà commencé d’ailleurs) vont s’opérer. Si plus personne ne consomme ce type de produits, les grandes compagnies vont disparaître, revenir à échelle humaine. Le Yang excessif finit toujours par s’inverser et devenir Yin.  
Nous retrouverons cette harmonie entre le ciel, l’homme et la terre. Et si nous ne le faisons pas au travers de nos choix responsables, c’est la Nature qui le fera à notre place.≫

Grâce à ce nettoyage au riz, finies les douleurs au dos, dans les articulations et au cou!

Les toxines s’accumulent dans notre corps et affectent les fonctions vitales. C’est pour cela qu’il faut éliminer toutes les toxines pour aider votre corps à fonctionner correctement. Aujourd’hui, il existe beaucoup de traitements de désintoxication, il ne reste plus qu’à choisir votre préféré. Mais le plus efficace reste la méthode désintoxication au riz.

douleurs du dos: nettoyage aur iz

- Utilisez autant de cuillères de riz brun que le nombre de vos années. Par exemple, si vous avez 30 ans, utiliser 30 cuillères à soupe de riz brun.
- Rincez bien le riz et placez-le dans un bocal.
- Versez de l’eau chaude dessus, mettez le couvercle et laissez reposer dans votre réfrigérateur.
- Le lendemain matin, drainez le liquide. Cuire une cuillère à soupe de riz pendant 3-4 minutes sans ajouter de sel. Ajoutez de l’eau régulièrement.
- Mangez votre riz cuit avant de manger ou boire autre chose, de préférence dès votre réveil.
- Versez de l’eau chaude sur le riz restant dans votre pot et le garder dans votre réfrigérateur jusqu’au lendemain matin. La procédure est à peu près la même que la première fois.
- Répétez le traitement de nettoyage tous les jours jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de riz.

Le secret de cette méthode est dans la structure cristalline des grains de riz. Humidifier le riz et les grains d’amidon supprime la houle. De cette façon, le riz est digéré dans l’intestin, et non pas dans votre estomac, donc il agit comme absorbant.
Cette méthode permet à l’intestin, les vaisseaux sanguins, les articulations et d’autres parties du corps de libérer les toxines, les métaux lourds et les produits chimiques qu’ils contiennent. La méthode de désintoxication au riz régule le métabolisme et le poids. Ce traitement vous fera paraître à la fois plus sain et plus jeune.
Pour des résultats optimaux, les nutritionnistes disent qu’après avoir mangé votre riz le matin, vous ne devriez rien manger ni boire pendant au moins 3 heures.
Le nettoyage au riz élimine les courbatures, y compris celles du dos, du cou ainsi que les douleurs articulaires. Cela peut prendre quelques temps avant que vous ne récupérez entièrement, les résultats n’apparaissent pas instantanément. Le processus de nettoyage commence après deux semaines et vous vous en apercevrez. Votre corps va éliminer les toxines par l’urine et les selles. Ne paniquez pas si votre urine change de couleur et devient trouble.
Après avoir terminé le traitement de désintoxication au riz, votre corps va commencer son processus d’auto-nettoyage qui durera pendant quelques mois. Une fois l’ensemble du processus terminé, vous serez surpris de voir les résultats.
Rappelez-vous, vous devriez boire au moins 2 litres de liquides chaque jour. L’eau et le thé vert sont la meilleure option.

Source: healthylifetricks.com  

Cet antibiotique naturel est si puissant qu’il tue toutes les infections!

antibiotique naturel, nutrition consciente

Il  a aidé de nombreuses personnes à soigner diverses maladies virales, bactériennes, parasitaires et fongiques et même la peste. On ne devrait pas sous-estimer son pouvoir de guérison. Il peut soigner de nombreuses conditions et des maladies chroniques. Il favorise la circulation sanguine et purifie le sang. Cette formule a aidé des millions de personnes à travers les siècles à lutter contre la plupart des maladies les plus mortelles.
Le secret de cette formule réside dans la puissante combinaison d’ingrédients naturels d’excellente qualité et frais! Pour résumer, ce tonique est efficace pour traiter toutes les maladies, renforce le système immunitaire, agit comme médicament antiviral, antibactérien, antifongique et antiparasitaire. Il est d’une aide précieuse dans les infections les plus graves.

 Recette de l‘antibiotique naturel:
Vous devriez porter des gants pendant la préparation, surtout lors de la manipulation des piments, car il est difficile de se débarrasser des picotements dans les mains ! Attention, l’odeur est très forte et il peut aussitôt stimuler les sinus.
Ingrédients (utilisez toujours des ingrédients bio):
700 ml de vinaigre de cidre 1/4 de tasse d’ail finement haché  1/4 de tasse d’oignon finement haché  2 piments frais, les plus forts possible (mettez des gants pour les nettoyez surtout!)  1/4 de tasse de gingembre frais râpé  2 cuillères à soupe de raifort râpé  2 cuillères à soupe de curcuma ou deux morceaux de racine de curcuma
Préparation de l’antibiotique naturel:  1. Mélangez tous les ingrédients dans un bol sauf le vinaigre.  2. Transvasez le mélange dans un bocal en verre.  3. Ajoutez du vinaigre de cidre et remplissez-le jusqu’en haut. Il est préférable que le bocal contienne 2/3 d’ingrédients secs, et de remplir le reste avec du vinaigre.  4. Fermez bien et secouez.  5. Conservez le bocal dans un endroit frais et sec pendant 2 semaines. Agitez bien plusieurs fois par jour.  6. Au bout de14 jours, filtrez le mélange. Pressez bien pour que tout le jus sorte.  7. Utilisez le reste du mélange lorsque vous cuisinez.
Votre tonique est prêt à l’emploi. Ce n’est pas la peine de le conserver au réfrigérateur. Il durera longtemps. Conseil supplémentaire: vous pouvez également l’utiliser dans la cuisine. Mélangez-le avec un peu d’huile d’olive et servez-vous en comme sauce à salade ou dans vos ragoûts.
Posologie:
1. Attention: le goût est très fort! 2. Conseil supplémentaire: mangez une tranche d’orange, de citron ou de citron vert après avoir pris le fortifiant pour soulager la sensation de brûlure et de chaleur.  3. Faites un gargarisme et avalez.  4. Ne le diluez pas dans l’eau car il sera moins efficace.  5. Prenez 1 cuillère à soupe chaque jour pour renforcer votre système immunitaire et lutter contre le froid.  6. Augmentez la quantité tous les jours jusqu’à atteindre l’équivalent d’un verre par jour (la taille d’un verre à liqueur).  7. Si vous luttez contre une maladie ou une infection plus grave, prenez une cuillère à soupe du tonique 5 à 6 fois par jour.  8. C’est sans danger pour les femmes enceintes et les enfants (utilisez de petites doses), car les ingrédients sont naturels et ne contiennent pas de toxines.
Avantages pour la santé
L’ail est un antibiotique puissant avec de nombreux bienfaits. Contrairement aux antibiotiques chimiques qui tuent des millions de bactéries nécessaires à votre corps, il ne vise que les bactéries et les micro-organismes. L’ail favorise et augmente également la quantité de bactéries saines. C’est un agent antifongique puissant qui détruit tout antigène : les agents pathogènes, et les micro-organismes pathogènes.
L’oignon est le plus proche parent de l’ail et il a une action semblable mais plus douce. Ensemble, ils créent un duo très efficace pour lutter.
Le raifort est une plante puissante, efficace pour les sinus et les poumons. Il ouvre les canaux des sinus et améliore la circulation, où les rhumes et la grippe commencent habituellement, comme le diraient la plupart des médecins.
Le gingembre a des propriétés anti-inflammatoires puissantes et c’est un grand stimulant de circulation sanguine.
Les piments sont les meilleurs stimulants de la circulation sanguine. Ils envoient seulement leurs propriétés antibiotiques là où c’est nécessaire.
Le curcuma est la meilleure épice, il nettoie les infections et réduit l’inflammation. Il bloque le développement du cancer et empêche la démence. Il est très utile pour ceux qui souffrent de douleurs articulaires.
Le vinaigre de cidre – Il doit y avoir quelque chose de très sain dans l’utilisation du vinaigre de cidre car le père de la médecine, Hippocrate, l’utilisait aux alentours des années 400 avant JC pour ses propriétés curatives. On dit qu’il n’utilisait que deux remèdes : le miel et le vinaigre de cidre.
Le vinaigre de cidre est fabriqué à partir de pommes fraîches et mûres que l’on fait ensuite fermenter et passer par un processus rigoureux pour obtenir le produit final. Le vinaigre de cidre contient de la pectine, une fibre qui réduit le mauvais cholestérol et régule la pression artérielle.
Les experts de la santé s’accordent à dire que les gens ont besoin de plus de calcium en vieillissant. Le vinaigre de cidre aide à extraire le calcium à partir d’aliments qui en contiennent, ce qui contribue au processus de maintien de la résistance osseuse. Un manque de potassium entraîne différents problèmes, dont la perte des cheveux, les ongles cassants et les dents fragiles, la sinusite et l’écoulement nasal.
Le vinaigre de cidre est riche en potassium. Des études ont montré que les résultats des carences en potassium provoquaient une croissance lente. Tous ces problèmes peuvent être évités si vous utilisez du vinaigre de cidre régulièrement. Le potassium élimine également les déchets toxiques de l’organisme.
Le bêta-carotène prévient les dommages causés par les radicaux libres, conserve une peau ferme et jeune. Le vinaigre de cidre est bon pour ceux qui souhaitent perdre du poids.
Il décompose la graisse qui soutient un processus naturel de perte de poids. Le vinaigre de cidre contient de l’acide malique, efficace pour lutter contre les infections fongiques et bactériennes. Cet acide dissout les dépôts d’acide urique qui se forment autour des articulations et soulage ainsi les douleurs articulaires. L’acide urique dissous est ensuite éliminé de l’organisme.
On pense que le vinaigre de cidre est utile pour traiter la constipation, les maux de tête, l’arthrite, les os faibles, l’indigestion, l’hypercholestérolémie, la diarrhée, l’eczéma, l’irritation des yeux, la fatigue chronique, l’intoxication alimentaire légère, la perte de cheveux, l’hypertension artérielle, l’obésité, et bien d’autres problèmes de santé.
Cet antibiotique naturel est la meilleure combinaison pour lutter contre chacune de ces maladies. Préservez votre santé en utilisant des antibiotiques naturels !
source:espritsciencemetaphysiques.com

A propos du jeûne en cancérologie
Beaucoup de personnes ont vu une ou plusieurs émissions audiovisuelles tendant à démontrer que le jeûne pourrait être utile et même nécessaire pour réduire nombre de maladies de civilisation et même mieux encore en cancérologie, pour supporter les méfaits des chimiothérapies. Tout n’est pas faux dans ce qui est proposé. 
Nous même avons pu visionner les 56’11'' de l’excellente émission sur le thème « Le jeûne, une nouvelle thérapie ? » proposée par Arte France – Via Découvertes Production 2012 présentée par Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade. Nous la recommandons au plus sceptique d’entre nos collègues. 
Résumons les faits. 
Le jeûne est utile pour réduire nombre de maladies de civilisations : obésité, diabète de type II, hypertension artérielle (HTA), maladies rhumatismales, maladies de peau telle qu’eczéma, psoriasis, mais aussi les maladies respiratoires (asthme, broncho-pneumopathies chroniques) et allergies de toute nature, addictions quelles qu’elles soient, tabac ou drogues, telles que marijuana, mais aussi stress de toute origine… Cela signifie a contrario que les mauvaises habitudes alimentaires telles que les publicités nous les proposent sont responsables de ces maladies selon les susceptibilités des personnes. C’est ce qu’on appelle l’influence de l’épigénétique. 
Distinguons bien la génétique de l’épigénétique. Pour bien nous faire comprendre, sachez que nous sommes pratiquement tous porteurs du ou des gènes qui peuvent induire un cancer du poumon, mais ce ou ces gènes ne s’expriment que chez le gros fumeur ou la personne soumise à un tabagisme passif. Idem pour la plupart des localisations cancéreuses. Les recherches les plus modernes en cancérologie démontrent l’importance des habitudes alimentaires, bonnes ou mauvaises pour empêcher ou aider au développement d’un cancer, dans tel ou tel tissu ou organe de notre corps. 
Comme l’indiquent nos collègues russes et allemands dans le film cité plus haut, le jeûne peut aussi être très utile pour réduire les troubles récurrents de certaines maladies psychiatriques. Il devrait être systématiquement proposé aux patients, sous surveillance médicale, mais pour cela, il faudrait former les psychiatres aux bienfaits des changements des habitudes alimentaires. Cela est aussi vrai pour la plupart des spécialités médicales, de la pédiatrie à la gériatrie, en passant par la cardiologie, la pneumologie, la rhumatologie, la gynécologie, la chirurgie, la neurologie... bref toutes les spécialités médicales gagneraient à s'ouvrir à la thérapie par le jeûne. 
Nous en sommes loin, mais il ne faut pas se décourager. Ce sont les patients eux-mêmes qui l’apprennent à leur médecin ou du moins qui le sensibilisent. 
Il est certain que le jeûne proposé tant dans les centres de soin en Russie qu’en Allemagne à l’Institut Büchinger ou à l’hôpital de la Charité à Berlin, est certainement utile sur une à 3 semaines, pour retrouver la santé. C’est ce que certains appellent la Sanogenèse. 
Un jeûne total
Evidemment, il s’agit d’un jeûne total, à l’eau pure, qui consiste donc seulement à boire et à ne pas s’alimenter pendant tout le temps du jeûne, tout en étant surveillé médicalement. 
Le corps puise alors sur ses réserves en sucres, présentes surtout dans le foie et un peu dans les muscles. Elles sont épuisées en deux à quatre jours. Ensuite, le corps prend sur ses réserves en graisses, lesquelles doivent être transformées en corps cétoniques pour parvenir au système nerveux central (encéphale, cervelet et moelle épinière) - qui a besoin d’énergie pour fonctionner. 
Ainsi le 4ème jour peut être difficile à passer du fait du « cétonisme », ou « crise d’acidose » responsable de faiblesse, de nausées et de migraines. Il faut connaître ce cap délicat pour avoir le courage et la persévérance de continuer. 
Trois mois de réserve dans nos tissus adipeux...
Nos réserves en graisse qui constituent le tissu adipeux ou graisseux sont sous la peau, mais surtout dans l’abdomen, dites graisses viscérales. Elles peuvent nous permettre de tenir près de 3 mois, évidemment en maigrissant alors de façon très importante. 
Si le jeûneur persévère au delà de 3 ou 4 jours, il entre alors dans une phase légèrement euphorique, sédative, car il a passé le cap et une sorte d’appétit intellectuel et même spirituel apparaît quelle que soit la croyance. C’est l’effet mental très positif du jeûne. Il faut associer toujours à cette restriction alimentaire totale, une activité physique quotidienne au grand air si possible, donc la réaliser en dehors de son milieu de vie habituel, sans éviter la surveillance médicale pour les plus fragiles. 
Ce type de jeûne exige donc d’être suivi médicalement par un coach, nutritionniste ou médecin spécialiste. C’est pour cette raison qu’il doit avoir lieu en centre spécialisé. 
Il est certain qu’il est le moyen le plus naturel pour réduire son surpoids, son hypertension artérielle, ses besoins en médicaments hypoglycémiants quand on est diabétique de type II et les antalgiques ou anti-inflammatoires dont sont gavés la plupart de personnes souffrant de rhumatismes, d’allergies, d’asthme… 
Annonce spéciale de Jean-Marc Dupuis de Santé Nature Innovation :
Les alternatives naturelles et efficaces à portée de main dans toutes les situations.
Des tracas du quotidien aux maladies les plus graves, les médecines naturelles offrent des alternatives aussi douces qu'efficaces... sans effet secondaire. Redécouvrez la richesse infinie des savoir-faire millénaires augmentés et vérifiés par la recherche scientifique mondiale la plus en pointe...
Le jeûne pour mieux supporter les chimiothérapies ?
Les études présentées par nos collègues de Los Angeles du Norris Cancer Hospital, réalisées sur de petits animaux par le Pr Valter Longo sont particulièrement intéressantes. Plusieurs fois renouvelées, elles démontrent et confirment que la restriction calorique majeure chez les animaux soumis à une chimiothérapie leur permet de mieux supporter les traitements, tandis que le groupe qui est nourri normalement va beaucoup plus mal. Ces travaux ont besoin d’être analysés d’une manière plus scientifique avant d’être proposés en cancérologie au quotidien des nombreux patients que nous rencontrons. 
En effet, la cellule cancéreuse et plus largement le tissu ou la tumeur cancéreuse doivent être considérés comme des voleurs des meilleurs nutriments. Par exemple, si vous consommez de la vitamine C à fortes doses, achetée chez votre pharmacien, et si vous en consommez aussi dans les fruits et les légumes frais, la tumeur prendra en priorité la « bonne vitamine C » , celle des fruits et des légumes, et vous laissera celle du pharmacien qui n’est biodisponible qu’à 50%, car vous en éliminez la moitié dans les urines. 
Voilà pourquoi nous sommes très prudents avec le jeûne thérapeutique pour mieux supporter les chimiothérapies. 
En cancérologie, le « jeûne partiel » s’impose et ne peut qu’être bénéfique. 
Il est d’abord rendu obligatoire car les drogues de la chimiothérapie ou des thérapies ciblées ont toutes des effets sur le tube digestif et l’organisme en général. Les nausées sont tellement classiques que des traitements spécifiques sont ajoutés à la perfusion médicamenteuse ou aux médicaments pris par voie orale. Ils évitent plus les vomissements que les nausées. 
De plus, nombre de drogues de chimiothérapies tuent les cellules intestinales dont la durée de vie n’excède pas 5 jours. D'où une abrasion du tapis de la couche des cellules de l’intestin, les entérocytes, à l’origine de malabsorption intestinale avec sa triade diarrhée, amaigrissement et fatigue généralisée. 
Il s’agit donc de jeûner de tous les aliments qui peuvent réduire nos défenses immunitaires. Il s’agit des boissons contenant des faux sucres de type aspartame, le pain blanc (souvent blanchi) qui se comporte comme un excès de sucre et qui augmente la porosité intestinale - par le gluten raffiné et rajouté à l’excès, et les levures chimiques. Cette porosité laisse passer des molécules plus ou moins toxiques, à l’origine d’inflammations qui vont se développer sur les zones fragiles (cancéreuses de l’organisme). 
Il faut aussi jeûner de produits laitiers de vache, lait UHT, yaourts, fromages à pâte non cuite, crèmes, glaces… Ils apportent trop de graisses et de sucres (lactose) mais aussi du calcium en excès (4 fois trop) et des facteurs de croissance surtout destinés naturellement à un animal, le veau. N’oublions pas que le veau prend en une année 365 kg après sa naissance, tandis que le petit humain ne prend que 5 kg dans la même année qui suit sa naissance. 
Voilà donc ce que l’on peut conseiller aux patients atteints de cancer en ajoutant des boissons abondantes (au moins 2 litres par jour d’eau sans soda, coca ou autres boissons dites « énergisantes »), afin d’éliminer les métabolites des drogues inutiles à notre santé et même toxiques pour les cellules normales. 
Nous verrons dans une autre lettre, qu’il faut bien distinguer et comprendre les modes d’action des chimiothérapies classiques. Elles apportent à l’organisme des drogues antimitotiques destinées à « tuer » toutes les cellules en cours de division, les cellules cancéreuses et les cellules normales. 
On comprend mieux ainsi l’intérêt de la mise au point et de l’utilisation des thérapies « ciblées » qui ciblent le tissu cancéreux en lui apportant au plus près des drogues anti-facteurs de croissance, anti-angiogéniques (contre le développement des vaisseaux sanguins qui nourrissent la tumeur) ou des anticorps spécifiques, donc qui empêchent le tissu tumoral de se développer. Bien à vous, 
Professeur Henri Joyeux 

les 5 éléments dans l'alimentation....
 

Métal 
Saveur : piquant Mode cuisson : mijoté   

Légumes: Asperge. Chou blanc. Chou chinois. Chou fleur. Navet. Poireau. Radis noir. Salsifis. Champignons blancs. Céleri. Fenouil. Bettes. 
Céréales: Riz   Avoine  Pousses de soja 
Condiments:  Oignon   Ail    Gingembre    Poivre blanc Piment    Coriandre    Muscade   Camomille.
Fruits:  Noix de coco. Banane. Noix. Amandes. Raisin. Pêche de vigne. Poire.  Pomme. Melon d’hiver. 
Mer et  rivière: Pétoncles.    Cuisses de grenouilles. 
Viande : Poulet. Tripes de porc.   
Feu
Saveur : amer. Mode de cuisson : grillé, rôti, frit.   

Légumes: Tomate   Poivron   Chicorée  Betterave 
Céréales: Sarazin Blé 
Condiments: Huile de sésame. Piment de Cayenne.
Fruits: Pastèque. 
Mer et  rivière: Crevettes. 
Viande: Volaille, Agneau.   
Terre    
                      

Saveur : doux, sucré, parfumé. Mode de cuisson : vapeur   
Légumes: Pomme de terre. Patate douce. Carotte. Courge, Potiron. Champignons des bois.
Céréales: Maïs. Orge. Sarazin. Graines de soja. 
Condiments Sucre. Miel. Alfafa. Germe de blé. Muscade. Huile de sésame. Huile d’arachide. 
Fruits: Abricot. Mangue. Melon. Orange. Jujube. Argousier. Poires. Pommes. 
Mer et  rivière: Crabe. Clams. 
Viande: Bœuf. Gésiers.      
Bois                      
Saveur : acide. Mode de cuisson : estouffade.
Légumes: Brocolis  Courgette   Epinards   Haricots verts   Petits pois  Laitue 
Céréales: Blé 
Condiments: Vinaigre. Aloès Vera. Ciboule. Persil. Thym. Romarin. Verveine. Oseille.
Fruits: Kiwi   Citron  Ananas  Fraises Framboises Groseilles.
Viande : Abats. Cheval.       
Eau                      
Saveur : salé. Mode de cuisson : bouilli   
Légumes: Aubergine   Radis noir   Champignons noirs Fenouil   Poireau 
Céréales: Blé   Millet Fèves   Lentilles… 
Condiments: Sel   Sauce de soja   Olives noires   Huile d’olive. Graines fenouil  Cannelle     Clou de girofle.
Fruits: Châtaignes, Raisin noir, Prunes.
Mer et  rivière: Fruits de mer. Algues. Anguille.
Viande: Foie de poulet. Riz de veau.

Saveurs des aliments en diététique énergétique. 



L'argent colloïdal 
un article de Michel Dogna
argent colloïdal

Une simple suspension de particules d'argent microscopiques dans de l'eau ultra pure... rien de plus. C'est ce que l'on appelle l'argent colloïdal et c'est un des meilleurs remèdes naturels qui soit. Il est capable de : tuer la plupart des microbes et virus pathogènes ; accélérer la cicatrisation des blessures et des brûlures ; soigner la peau et les allergies ; stimuler les défenses naturelles ; purifier l'eau... Et pourtant, il est aujourd'hui interdit à la vente en France pour une utilisation par voie interne. Aucune raison scientifique n'explique cette interdiction, mais l'industrie pharmaceutique est parvenue à lui faire la peau.

L'antibiotique d'avant... les antibiotiques
L'argent colloïdal fut utilisé par les médecins de manière intensive pendant près d'un demi-siècle jusqu'au début des années 40. Tombé dans les oubliettes de l'histoire après l'invention des antibiotiques de synthèse, il fait un retour en force depuis que ces derniers semblent en passe de perdre la guerre contre l'infection. Son action «magique» s'accompagne de solides preuves scientifiques, si bien que des médecins ont pu déclarer : «L'argent est notre meilleure arme contre les microbes» - Dr Harry Margraf, (Washington University, St Louis). «L'argent tue même les souches résistances aux antibiotiques et stimule la cicatrisation de la peau.»- Dr Robert Becker, (Syracuse University, New York). La majorité des antibiotiques, sur prescription médicale, ne tue qu'une partie des agents causant des maladies, alors que l'argent colloïdal est efficace contre environ 650 maladies (travaux du Dr. Henri Crooks).
Les utilisations médicales de l'argent dans l'histoire
Les propriétés germicides et bactéricides de l'Argent-métal sont connues depuis l'Antiquité. Grecs, Perses et Romains l'utilisaient dans la vie domestique couramment. Ils employaient des récipients en argent pour stocker divers liquides (eau, vin, etc.) destinés aux souverains et à l'aristocratie. Ces liquides conservaient ainsi leur fraîcheur et leurs qualités plus longtemps que dans d'autres récipients. L'argent servait aussi à fabriquer des ustensiles de table et de cuisine, une tradition qui s'est perpétuée jusqu'à nos jours.
Pourquoi ne pas avoir choisi un autre métal, moins onéreux : nos ancêtres avaient compris qu'ingérer ainsi régulièrement d'infimes particules d'argent contribuait à renforcer l'immunité vis-à-vis de certaines maladies. Bien sûr cette pratique n'était fondée que sur des connaissances empiriques.
C'est certainement la tradition du thé britannique, de l'eau bouillie servie dans des théières d'argent, qui a permis à la Grande Bretagne de survivre aux terribles miasmes de ses colonies, tant en Inde, qu'à Hong Kong et partout ailleurs. Il était courant de placer des pièces d'argent au fond des récipients contenant du lait ou des aliments pour en préserver la fraîcheur, une méthode adoptée au 19ème siècle par les pionniers américains. Très récemment encore, dans la deuxième partie du 20ème siècle, lorsque les pharmaciens préparaient des potions ou des onguents dans les arrière-boutiques, ils mettaient au fond du pot une feuille d'argent.
Albert Schweitzer, la Nasa ou les hôpitaux américains sont-ils des empoisonneurs ?
Le bien fondé de ces pratiques populaires a été démontré par les recherches modernes. On a pu déterminer que l'Argent métallique se dissout dans l'eau à un taux d'environ 10 parties par milliard, soit 10 microgrammes par litre, et que cette dose pourtant extrêmement faible (0,01 ppm) tue les colibacilles et les salmonelles. C'est le principe même de l'Argent Colloïdal.
En 1928, renouant avec la tradition, GA. Krause eut l'idée de placer un revêtement d'argent dans les systèmes de filtration à usage domestique. En 1929, le Dr Albert Schweitzer, rapporta que tous les pathogènes se trouvaient éliminés quand l'eau était traitée avec des particules d'argent porteuses d'une charge électrique. Le terme argent colloïdal n'était pas encore en usage. Il démontra également que ce traitement n'était pas nocif vis à vis des micro-organismes bénéfiques.
Aujourd'hui, les meilleurs filtres à eau emploient l'argent pour éviter la contamination des bougies filtrantes et de nombreuses compagnies aériennes utilisent ce filtre à bord de leurs avions. La NASA a choisi un système de traitement de l'eau à base de colloïdes d'argent pour ses navettes spatiales. Les Russes utilisent également l'argent colloïdal pour stériliser l'eau à bord des navettes spatiales.
Aux Etats Unis, certaines villes ont choisi l'argent pour le traitement des eaux usées et des piscines. Au Nébraska, on a démontré l'efficacité de l'argent colloïdal en décontaminant un bassin volontairement pollué par le colibacille. Passant dans des filtres équipés d'électrodes d'Argent, cette eau a été totalement purifiée en l'espace de 3 heures.
Des études ont révélé que les réseaux internes de distribution d'eau dans les hôpitaux étaient les principaux responsables de la « maladie du légionnaire », une espèce de pneumonie, acquise à l'hôpital. La plupart des grands hôpitaux américains ont installé des systèmes d'ionisation argent/cuivre, qui ont permis d'éradiquer la « legionella pneumophilia » de leurs réseaux d'eau chaude. Ces systèmes sont bien sûr parfaitement homologués par les autorités concernées.
L'argent colloïdal, alternative aux antibiotiques
L'argent dans son application antibiotique et désinfectante a été délaissé suite à la mode des antibiotiques. Mais l'utilisation systématique de ces antibiotiques a entraîné l'apparition de nouvelles souches de bactéries résistantes.  Faut-il rappeler que :
  • Des souches de staphylocoques dorés résistants à la méthicilline et à d'autres antibiotiques sont endémiques dans les hôpitaux.
  • On constate l'apparition d'entérocoques résistant à la vancomycine ; ces bactéries infectent les blessures, les voies urinaires et d'autres sites.
  • Actuellement, environ 30 % des isolats de streptocoques pneumoniques sont résistants à la pénicilline, le médicament essentiellement utilisé pour traiter cette infection.
  • Plus de 30 % des isolats de blennorragie sont résistants à la pénicilline ou à latétracycline, ou aux deux.
  • La résistance à la chloroquine (médicament employé dans le traitement du paludisme) est apparue dans la plupart des régions du monde.
  • Des souches de bacilles tuberculeux résistantes à un grand nombre de médicaments sont apparues au cours de la décennie écoulée.
  • Dans les pays en développement où apparaissent des souches résistantes de bactéries extrêmement pathogènes, comme Shigella dysenteria, Campylobacter, E coli. Dernièrement, Salmonella typhimurium, résistant à l'ampicilline, à la streptomycine, à la tétracycline, au sulfa et au chloramphénicol, a provoqué des maladies en Europe, au Canada et aux États-Unis.
  • Des études récentes ont rapporté la résistance d'espèces Candida au fluconazole, un médicament largement employé pour traiter les maladies fongiques systémiques.
  • Grâce à son effet naturel antimicrobien, l'argent doit reprendre aujourd'hui la place qui lui revient.
C'est sous forme colloïdale que l'argent s'avère le plus efficace, le mieux assimilable et sans toxicité. Les colloïdes sont ces particules extrêmement fines* qui ne se déposent pas dans les tissus et restent en suspension pour une disponibilité immédiate aux cellules. Les liquides circulants les plus importants (sang et lymphe) sont eux-mêmes de nature colloïdale. Une observation a montré que des microorganismes pathogènes qui s'étaient immunisés contre les antibiotiques, s'engourdissent après l'administration d'argent colloïdal.
L'élaboration de solutions colloïdales relève de l'emploi d'une haute technologie, et est contrôlée par la microscopie électronique, la méthode GDMS (Glow Density Mass Spectrometry), ainsi que l'absorption atomique. Ces solutions ne doivent présenter aucun trouble. Les particules doivent être invisibles et aucun dépôt ne doit apparaître. La charge électrique négative des particules fait que ces particules restent en suspension dans l'eau et ne nécessitent pas de stabilisateurs, pas de protéines et pas de conservateurs.
Une fois dans l'organisme, ces particules sont attirées d'une façon électromagnétique par les zones malades, traversent les membranes cellulaires et agissent comme catalyseurs en inhibant les enzymes destructrices.
- L'argent colloïdal est une solution de particules d'argent dont la finesse est entre 1 et 9 nm (nanomètre) de diamètre (1.000 nm = 1 micron), dans une eau distillée reconduite à une résistivité proche de 25 mS (micro Siemens).
Comment l'argent agit-il ?
En référence aux communications scientifiques médicales, l'argent colloïdal peut se rapprocher de l'action d'un antibiotique à large spectre. Sa présence initie une enzyme, laquelle agit localement envers chaque bactérie, chaque unicellulaire, chaque champignon et chaque virus par modification de leur équilibre acido-basique, et y installe une résistance externe. Par là, ces organismes deviennent inactivés dans un temps de contact d'environ 6 minutes, parfois moins. Ils régressent dans leur cyclogénie, puis meurent.
Cela a été vérifié par le laboratoire de UCLA (Université d'Etat de Californie) et par les travaux du Dr. Robert O'Becker, Centre Médical Universitaire de Syracuse (NY, USA). Les microbes polymorphes, ainsi que les mutants, sont également sensibles à ce colloïde. La majorité des antibiotiques, sur prescription médicale, ne tue qu'une partie des agents causant des maladies, alors que l'argent colloïdal est efficace contre environ 650 maladies (travaux du Dr. Henri Crooks).
Et sur quelles maladies agit-il ?
La liste des maladies pouvant être traitées avec l'argent colloïdal est tellement longue... que je préfère la résumer pour ne pas vous lasser. En gros, l'argent colloïdal permet de traiter toutes les inflammations (affections qui se terminent en "ite"), les problèmes de peau, les plaies, les mycoses de tous types, toutes les infections bactériennes ou microbiennes, c'est enfin un étonnant remède préventif contre toutes les pathologies de l'hiver.
Comment utiliser l'argent colloïdal ?
En usage externe: appliquer directement sur les plaies ou abrasions de la peau, contre l'eczémas, brûlures, piqûres de moustiques l'acné, les verues, les mycoses et les plaies ouvertes
En vaporisations, pour le nez et la gorge.
En inhalations, pour les problèmes pulmonaires.
En lavements intestinaux ou vaginaux : ajouter 2 cuillères à café dans l'eau de lavement.
En gargarismes dans les maladies septiques de la bouche (pyorrhées, amygdalites, aphtes), et contre toutes les inflammations de la cavité buccale.
Yeux : 1 goutte dans chaque oeil, plusieurs fois par jour contre les états inflammatoires et irritatifs (conjonctivites). Les lentilles de contact ne sont pas un obstacle.
Oreilles : quelques gouttes dans les oreilles. Sinus infectés : vaporisation ou gouttes dans le nez.
Purifier l'eau de boisson : mettre 1 cuillère à café d'argent colloïdal par litre d'eau et attendre 10mn avant de la boire.
Animaux : quelques gouttes sur les zones atteintes (parasites).
Plantes : en vaporisation pour combattre les attaques de bactéries, virus et champignons, et à ajouter en plus à l'eau d'arrosage (1 cuillère à soupe pour 250 ml d'eau). 
En usage interne: Il faut rappeler ici que l'emploi de l'argent colloïdal en usage interne est interdit en France. En efet, faute de données suffisantes sur cet apport minéral, l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) n'a pu se prononcer sur ce type de complément et cette forme d'apport n'a donc pas été reprise dans les annexes du règlement (CE) 1170/2009.
Dès lors, les compléments alimentaires en contenant ne peuvent plus être commercialisés sur le territoire de l'Union Européenne. Toutefois, l'argent colloïdal a été médicalement testé avec succès aux USA. D'après la très sévère FDA ( Food and Drug Administration), l'argent colloïdal peut être commercialisé et utilisé pour combattre des micro-organismes.
Des millions de personnes à travers le monde se soignent avec l'argent colloïdal et témoignent des bienfaits de ce produit. Bien que commercialisé sous forme de produit cosmétique, rien n'empêche les citoyens de consommer l'argent colloïdal comme ils l'entendent.
Et s'ils voulaient le faire par voie interne, malgré l'interdicion, il faudrait alors respecter cette posologie :
Adultes : 1 cuillère à soupe (1 cuillère = 5ml) 3 à 4 fois par jour, garder quelques minutes en bouche avant d'avaler.
Enfants : 1 à 2 cuillère à café selon l'âge, 3 à 4 fois par jour.
Comment choisir son argent colloïdal ?
La littérature médicale s'est concentrée sur des concentrations d'argent colloïdal de l'ordre de 5 mg/l avec lequel aucun effet indésirable n'a été relaté à ce jour. Aucune intolérance en liaison avec un traitement médical n'a été observée. La cure peut être prise conjointement à un traitement antibiotique ou anti-inflammatoire.
Comme l'argent colloïdal ne s'accumule pas dans l'organisme, aucun dépôt n'est formé sous la peau et les téguments ne laissent apparaître aucune trace grisâtre. La plupart des fabricants proposent différentes formes de concentration. En général, elles varient de 6 mg/l à 30 mg/l. La concentration la plus faible semble parfaitement convenir aux problèmes de peau. Mais la plupart des thérapeutes prescrivent une concentration à 15 mg/l  et il est préférable d'éviter les concentrations supérieures à 30 mg/l . 
Un argent colloïdal de qualité se reconnaît à sa couleur ou à son absence de couleur : la solution peut être très légèrement dorée, mais pas brune. Cette solution insipide et inodore peut être employée chez la femme enceinte ou allaitante. Lorsque vous goûtez le produit obtenu, il doit avoir un léger goût métallique. Pour une bonne conservation de plusieurs mois, il convient de mettre les flacons à l'abri de la lumière et de conserver la solution dans une bouteille en verre.
Efficace aussi pour vous débarrasser du mercure
Il est bien connu que l'argent et le mercure ont une grande affinité ; d'ailleurs, les amalgames dentaires classiques (plombages) sont composés d'alliages contenant entre autres du mercure et de l'argent. Or, l'on a pu constater récemment que cette affinité crée un tropisme réciproque au niveau cellulaire; ce qui fait que l'argent sous forme colloïdale se comporte comme un excellent chélateur du mercure. La preuve est que l'on retrouve du mercure dans les urines des personnes mercurisées qui prennent cet argent colloïdal. Voila donc en plus des multiples applications connues surtout anti-infectieuses de l'argent colloïdal, un volet inattendu bien utile pour beaucoup d'entre nous.
Fabriquer chez vous votre argent colloïdal
Pour s'affranchir une fois pour toutes, des problèmes réglementaires posés par la vente d'argent colloïdal, on peut acheter, une fois pour toutes, un petit appareil servant à le fabriquer. Cela sert pour toute la famille et même les amis, et cela pour des années. Le Collargyr est un petit appareil familial entièrement automatisé permettant d'obtenir facilement chez soi de l'argent colloïdal de qualité.
De même que pour tous les appareils qui fabriquent de l'argent colloïdal, il convient d'utiliser uniquement de l'eau distillée. Celle-ci s'achète en pharmacie. L'eau d'osmose inverse ne convient pas. En cas de difficulté d'achat d'eau distillée, il existe des appareils à environ 150 euros pour distiller l'eau (voir sur Internet). Plus les particules sont petites, moins elles s'agglutinent et plus l'argent colloïdal est efficace.
Afin d'éviter l'effet « boule de neige », le Collagyr utilise des courants de très basse tension de l'ordre de quelques volts. La conséquence est que la réaction est plus lente, mais génère des particules d'argent de l'ordre de 2 à 3 nanomètres au lieu des 10 à 50 nm habituels.
Le Collagyr est muni d'un système de détection de haute précision qui arrête réaction à la concentration de 5 ppm, ce qui, compte tenu de la taille des particules, est largement suffisant. Pas besoin de compte-minute, pas de risque d'oubli d'arrêt de l'électrolyse entraînant un dépassement de la concentration optimum vers des zones toxiques, l'arrêt est automatique. Les 2 électrodes d'argent (qui font le prix de l'appareil) s'usent très peu et peuvent durer des années. Seul inconvénient de ce produit, son prix : 310 €, vous pouvez vous le procurer chez Vedamed (www.vedamed.eu)
Conseils d'utilisation: sur Santé Nutrition.
L'argent colloidal est un vrai remède naturel offrant de multiples possibilités d'utilisation. Beaucoup se souviennent par exemple, de leurs grands-parents qui mettaient des pièces d'argent dans le lait pour en prolonger la fraîcheur. De nos jours, le premier usage de l'argent colloidal est médicinal. 
Les principales utilisations pratiques de l'argent colloidal :
- Purification (eau)
- Désinfectant (surface, végétaux, moisissures)
- Conservateur (aliments)
- Médicinal: 
homme, animal...
Pourquoi utiliser l'argent colloidal ?
De nombreux tests de laboratoire ont démontré que l'argent colloidal peut tuer les virus et les bactéries (causes de multiples maladies) en quelques minutes. C'est aussi un antifongique puissant selon d'autres études de recherche. 
l'argent colloidal est utilisé à l'hôpital pour la cicatrisation des tissus. Il régénére les cellules humaines et soulage les brûlures. 
Quelles sont les doses recommandées ? 
A cause de la déminéralisation des sols agricoles, nous sommes de plus en plus exposés à la carence en minéraux. Les éléments minéraux tels que l'argent sont indispensables à l'organisme et contribuent à l'élaboration du système immunitaire. 
Pour remédier à la carence en argent et maintenir son système immunitaire en bon état, il est conseillé de prendre deux cuillères à café d'argent colloidal par jour (à 10ppm). 
A partir de 3 cuillères à café (une cuillère à soupe), on entre dans l'usage thérapeutique du minéral. 
En cas d'infection, il est recommandé d'augmenter la fréquence de l'ingestion : une cuillère à soupe toutes les 2 heures pendant quelques jours, puis revenir progressivement à un usage normal. 
Comment prendre de l'argent colloidal ? 
L'argent colloidal étant un puissant germicide, il est possible, même si aucune étude ne l'atteste, qu'il endommage les bons germes intestinaux. Pour y remédier, nous vous conseillons de faire tourner l'argent colloidal dans votre bouche 30 secondes avant de l'avaler. Le minéral sera absorbé par l'organisme sans passer par les intestins. 
Pour le nez, les poumons et les bronches, utilisez l'argent colloidal en inhalation. 
L'argent colloidal peut-être appliquer directement sur la peau sur la zone infectée, laisser agir quelques minutes avant de rincer. En cas de blessure, utiliser du gaze et faites un pansement inbibé d'argent colloidal liquide. 
Infection des yeux : 1 ou 2 gouttes de solution deux fois par jour. 
Peut-on donner de l'argent aux enfants ? 
Oui, à raison d'une dose divisée par deux pour les enfants et un quart de dose pour les bébés. 
L'argent colloidal est-il dangereux ? 
Comme tous les remèdes, il faut utilser l'argent colloidal dans les quantités recommandées et ne pas en abuser. Nous recommandons d'utiliser de l'argent de haute qualité et de ne pas en faire vous même. 
Une consommation excessive et abusive de ce produit peut engendrer l'Argyria, dont le symptome principal est une coloration bleue de la peau. Les cas d'Argyria dus à la prise d'argent colloidal restent tout de même très rares. 
Pour l'anecdote, on pense que le terme Sang Bleu, pour désigner un membre de la royauté serait issu du fait de manger régulièrement dans des services en argent. 
Existe t-il un livre de référence sur l'argent Colloidal ? 
Vous souhaitez en savoir davantage sur l'argent colloidal et ses bienfaits. Nous vous recommandons de lire le livre de Jeanne Perros intitulé "L'argent colloïdal : Un remède en or !"Ce livre est un incontournable pour ceux qui veulent connaitre les propriétés et les différentes utilisations de l'argent colloidal. Découvrez le potentiel caché de l'argent colloidal dans la lutte contre la mucoviscidose, le cancer ou les maladies coronariennes. Et si l'argent colloidal était la réponse aux grands enjeux de la médecine moderne ?" 
Ingénieur de formation, Jeanne Perros est passionnée par les médecines douces, la nutrition et la botanique. 

DRAINAGE DE PRINTEMPS : Foie et vésicule biliaire....
PRUDENCE!
On entend dire partout que le printemps est la saison pour se " nettoyer de l'intérieur". Les rayons des magasins diététiques regorgent de "draineurs" en tous genres. Je sais que vous êtes nombreux à être perdus face à ces recommandations  Voici donc quelques conseils de bon sens. Tout d'abord revoyez votre hygiène de vie. Il ne sert à rien de se drainer si vous continuez à mal vous nourrir, à manquer de sommeil, à fumer, à ne pas faire d'exercice physique...  Adaptez votre démarche à votre état de santé et à votre vitalité : un nettoyage trop puissant pour vous risque de vous épuiser. Consultez un thérapeute qui vous prodiguera des conseils individualisés.   Un organisme qui se nettoie peut se manifester par quelques désagréments : boutons, mal de tête, nausées, haleine chargée.... Si ces symptômes sont trop 
violents diminuer les doses ou prenez votre produit un jour sur deux.    
POURQUOI FAUT-IL NETTOYER NOTRE ORGANISME AU PRINTEMPS ? 
 Nous sortons de l'hiver, saison ou notre corps a fait des réserves afin de faire face aux besoins énergétiques nécessaires pour conserver sa température interne. Au printemps, c'est l'inverse : le corps à besoin de s'alléger, le sang d'être fluide et dépollué pour préparer la saison à venir. C'est donc le moment de stimuler nos émonctoires pour les aider à réaliser ce nettoyage.  
 LE FOIE : ORGANE PRIMORDIAL ET TRAVAIL PHÉNOMÉNAL   
Pour la médecine chinoise  le printemps est la saison du foie : c'est le moment de l'année où son énergie est la plus haute, l'époque idéale pour lui donner un coup de pouce. Je vous rappelle que le foie effectue à lui seul autour de 600 fonctions essentielles à notre organisme. Avec ses 1,5 kg, c'est le plus gros organe du corps. Il filtre 1,5 litre de sang à chaque minute.  Parmi les rôles du foie vous retrouverez, entre autres, le stockage d'énergie, de vitamines, de minéraux, régulation de la glycémie en libérant le glucose dans le sang, production de bonnes graisses, des enzymes, des anticorps, des hormones, drainage des substances toxiques...Vous comprenez donc que cet organe a grandement besoin d'un coup de pouce, surtout à notre époque où il est plus que surmené !     
VOICI QUELQUES SIGNES QUI PEUVENT ÊTRE RÉVÉLATEURS D'UN MAUVAIS FONCTIONNEMENT HÉPATIQUE :  
- problèmes de peau divers (acné, eczéma, psoriasis...).
 - malaises digestifs : ballonnements, gaz, crampes, constipation, diarrhée, état nauséeux (particulièrement après avoir consommé des aliments gras), mauvaise haleine, langue chargée le matin...
 - prise de poids au niveau de l'abdomen Mais aussi : difficulté de concentration, de sommeil, manque d’énergie, anémie, hypercholestérolémie, hypertension artérielle,  migraines, hypoglycémie ou glycémie instable... 
 Sachez également que les troubles du foie peuvent aggraver les troubles d'origine allergiques : rhume des foins, urticaire, asthme...
Le syndrome prémenstruel peut aussi être favorisé par un foie en dysfonctionnement : parlez-en à votre thérapeute. Les médecins chinois attribuent également le mauvais état des ongles et les raideurs musculaires et tendineuses à la faiblesse du foie. Les émotions et la pensée étant étroitement liées au fonctionnement des organes nous aurons quelquefois, à cette saison, du mal à contrôler certaines émotions en lien avec un déséquilibre du foie. On peut retrouver des états dépressifs, des insomnies, de l'anxiété, de l'irritabilité ou de la colère. 
 QUELQUES CONSEILS GÉNÉRAUX POUR ALLÉGER LE TRAVAIL DU FOIE… 
- Commencez la journée par un grand verre d'eau tiède afin de provoquer une vidange de la vésicule biliaire et de relancer le travail du foie. Vous pouvez y ajouter 3-4 gouttes de jus de citron frais. 
 - Buvez au minimum 8 verres d'eau par jour, à petites gorgées pour bien hydrater vos cellules. 
 - Écoutez votre corps : ne mangez que si vous avez faim et arrêtez-vous sitôt que vous êtes rassasié. 
 - Mâchez longuement chaque bouchée et prenez le temps pour votre repas. Ne mangez pas si vous êtes contrarié. 
 - Adoptez une alimentation dépurative, riche en fruits et légumes crus (si vous les supportez) et cuits associés à des céréales légères comme le quinoa, le riz complet, le millet ou le sarrasin. 
 - Adoptez des modes de cuisson douce : vapeur, étouffée, papillote... 
 - Commencez votre repas par un aliment cru : les enzymes qu'il contient vont favoriser votre digestion. 
 - Consommez des herbes fraîches et des épices comme le gingembre, la cannelle ou le curcuma. Cette dernière étant, par excellence, l'épice du foie. 
 - Limitez au maximum les laitages et les produits contenant du gluten (pain, pâtes...) et lesaliments industriels.
 - Évitez les sucreries : l'excès de sucre (entre autres méfaits) se convertit en graisse ce qui favorise l'excès de cholestérol, de tri-glycérides et, à terme, les maladies cardiovasculaires.
 - Supprimez l’alcool : c'est le premier ennemi du foie. Bien sûr les personnes qui ont l'habitude de consommer un verre de vin rouge à table peuvent continuer si c'est un plaisir. 
 - Diminuez  au maximum les graisses saturées (viande, charcuterie, fromage, beurre) et surtout les graisses transformées contenues dans les produits industriels. Le foie est l'organe brûleur de graisses par excellence : si vous le submergez de lipides de mauvaise qualité, il sera incapable d'exécuter convenablement  ses fonctions métaboliques. Vous risquez de prendre du poids plus facilement surtout au niveau de l'abdomen. On sait maintenant que la prise de poids à cet endroit favorise l'apparition des maladies cardiovasculaires... 
 - Buvez un minimum de café. 
 - Simplifiez vos repas le plus possible. Évitez les mélanges. Les repas traditionnels : entrée, plat, fromage, dessert, alcool et café sont très lourds à digérer et font prendre du poids. Plus vous faites d'association plus vous surchargez le foie. Il est judicieux d'alléger certains repas en ne consommant qu'une soupe de légumes ou un seul aliment (mono-diète de pommes, de riz, de jus de légumes...) . Vous retrouverez un bel entrain et votre foie pourra s'occuper d'autre chose que d'une digestion fastidieuse. 
 - Ne buvez pas trop au repas pour ne pas noyer les enzymes digestives. 
 - Mangez des graines germées qui ont des vertus purificatrices grâce à leur richesse en chlorophylle, en vitamine C, en acides aminés et en acides gras. 
 - Augmentez la consommation des aliments qui purifient  le foie, en particulier les aliments amers et/ou soufrés : crucifères (brocolis, choux de Bruxelles, choux, choux-fleurs), ail, oignon, céleri, asperge, radis noir, pissenlit, artichaut... 
  - Rappelez-vous également que c'est le foie qui nettoie votre corps de toutes les substances chimiques ingérées (médicaments, pesticides, insecticides, colorants, conservateurs...) mais aussi inhalées (fumée de cigarette, pollution automobile...Allégez son travail au maximum .
- Prenez soin de votre intestin : vous ne pouvez pas avoir un foie en bonne santé si votre intestin ne se porte pas bien. 
 - Évitez les carences en vitamine C et en taurine ( poisson, viande, fruits de mer, oeufs, algues) car ces deux nutriments sont indispensables au bon fonctionnement du foie. 
D'une manière générale le calme, la paix, la sérénité, l’humour, le respect de soi-même et de l’autre et de nos capacités, tout en préservant notre territoire, garderont notre foie en bon état. 
 QUELQUES PLANTES AMIES DU FOIE Je vous rappelle ici les principales plantes connues pour leur action sur le foie. Ce sont des conseils d'ordre général à adapter bien sûr à votre cas particulier La betterave : hé oui, notre bonne vieille betterave, à condition de la consommer crue (râpée c'est délicieux), contient de la bétaïne qui stimule et régularise la fonction  hépatique. 
Le citron : son jus est un excellent stimulant d'une vésicule biliaire paresseuse. L'huile essentielle peut être aussi très pratique d'utilisation : une goutte dans un peu de miel le matin. L'ortie : pensez-y si vous en avez dans votre jardin. Dépurative, sa tisane est une merveilleuse cure de printemps. Elle stimule l'ensemble des fonctions digestives et ses feuilles permettent un excellent drainage du foie et de la vésicule. Le pissenlit : C’est un excellent dépuratif général qui nettoie le foie et les reins. En salade, c'est une délicieuse cure de printemps riche en vitamine C. Vous pouvez préparer également des tisanes de feuilles, de même que des décoctions de racines. On en trouve aussi dans le commerce sous forme de gélules, d'extrait sec ou aqueux ou d'ampoules buvables. La sauge : sa tisane exerce une action très positive sur les troubles hépatiques, qu'elle améliore rapidement. Le romarin : stimule et décongestionne le foie et la vésicule biliaire. L'artichaut : C'est un tonique amer présentant des propriétés hépato protectrices. Tonique et apéritif, il stimule et régularise le métabolisme et les fonctions du foie. Certains l'utilisent avec bonheur les lendemains de fête trop arrosée. C'est aussi un purifiant du sang. A prendre en décoction ou en gélules. Le curcuma : Remarquable plante du foie, puissamment hépato-protectrice. Elle augmente la sécrétion de bile de 100%, prévient la formation de calculs biliaires. On peut en saupoudrer les aliments ou la prendre sous forme de gélules. Cette épice ayant de nombreuses autres propriétés, je vous renvoie à la note que j'avais faite  le 22  février 2010.
Le chardon-marie : C'est un grand protecteur du foie (et des reins) qui permet aux cellules de se régénérer, conseillé contre l'hépatite, la cirrhose, les calculs biliaires. C'est une plante extrêmement bien tolérée. On peut la prendre sous diverses formes : gélules de plantes séchées, comprimés... Le radis noir : La plante de détoxification du foie par excellence, elle entraîne une vidange de la vésicule biliaire. Elle facilite le transit, génère une production de bile et a une action positive sur lesallergies (le foie étant impliqué dans tous les processus allergiques). Mangez-en régulièrement en salade. Par contre, en ce qui concerne la cure j'aurais quelques réserves : elle est très puissante, soyez prudent si vous êtes de tempérament neuro-arthritique car vous risquez de vous dévitaliser. Le chrysantellum americanum : Beaucoup moins connue cette plante est pourtant un remarquable hépato-protecteur. Elle a de multiples propriétés. En voici quelques-unes parmi d'autres : elle relance les fonctions métaboliques du foie, favorise le drainage de la vésicule biliaire, elle prévient la formation de calculs quelle que soir leur localisation,  elle aide à lutter contre les tri-glycérides et l'excès de cholestérol dans le sang. De plus c'est un draineur présentant une action générale. On peut se procurer cette plante sous diverses formes : plante sèche à préparer en décoction, extrait fluide, ou en gélules d'extrait sec.

Version rapide du nettoyage  de la vésicule biliaire (24h..)

nettoyage rapide de la vésicule biliaire

Il existe plusieurs types de calculs biliaires. La plupart contiennent des cristaux de cholestérol. Ils peuvent être de couleur noire, rouge, blanche, verte ou toute autre couleur plus foncée. Le centre des pierres contient des restes de bactéries.
Les scientifiques expliquent que les calculs dans le foie commencent à se former autour de bactéries mortes, qui en deviennent le noyau. Les calculs du foie sont une des raisons pour lesquelles il y a augmentation du taux de cholestérol puisqu'elles retiennent dans l'organisme.
Les pierres peuvent faire s'accumuler des kystes, des bactéries, des parasites et des virus qui vont vers le foie. Cela crée un environnement propice aux infections qui font augmenter le nombre de bactéries dans le corps. Les infections et les ulcères ne peuvent être guéris sans d'abord se débarrasser des calculs biliaires.
Pendant une grossesse, l'allaitement ou lorsqu'on a un rhume, ne pas effectuer de nettoyage du foie peut conduire à de graves maladies.
Ingrédients:
- 4 c de sel d'Epsom, non raffiné
- 1/2 tasse d'huile d'olive, pressée à froid
- Le jus de l'équivalent d'une grande pamplemousse ou de deux petites
Choisissez un jour au cours duquel vous pourrez vous reposer, comme le samedi ou le dimanche, par exemple. Ne prenez pas de médicaments, de vitamines ou de minéraux supplémentaires avant de procéder au nettoyage, parce qu'ils auront un impact négatif sur le nettoyage.
Pour le petit déjeuner et le déjeuner, mangez des aliments qui ne contiennent pas de matières grasses, comme les céréales et les fruits, les jus de fruits, le pain et le miel. Évitez le beurre, le lait et les légumes avec du sel. Ces aliments augmentent la pression dans la voie biliaire du foie, ce qui fait éliminer de plus de calculs (des toxines cristallisées dans le foie).
Horaires:
14 heures. À ce stade, vous devrez arrêter de manger ou de boire quoi que ce soit afin d'éviter de provoquer des douleurs par la suite.
Préparez le sel. Mélangez 4 cuillères à café de fleur de sel dans 3 tasses d'eau. Versez le mélange dans une bouteille en verre. Gardez-la au réfrigérateur jusqu'à ce qu'elle refroidisse suffisamment. Cette étape est importante car elle permettra d'améliorer le goût.
18 heures: Buvez le tiers de la solution saline froide.
20 heures:Buvez le deuxième tiers. Vous ne sentirez pas encore faim. N'oubliez pas de prendre la dose à temps, c'est essentiel pour que le nettoyage réussisse.
21h45: Prenez le jus de pamplemousse et ajoutez-y une demi-tasse d'huile d'olive. Mettez le couvercle et agitez jusqu'à obtenir une consistance lisse. Allez eux toilettes avant de boire le jus.
22 heures: Buvez le jus de pamplemousse. Si vous souffrez d'insomnie, prenez un peu de valériane. Buvez debout pendant cinq minutes et puis allez au lit.
Plus tôt vous vous allongerez, plus le traitement fera sortir les calculs biliaires.
Allongez-vous sur le dos, et gardez la tête légèrement surélevée, de préférence sur un oreiller. Restez immobile pendant 20 minutes.
Vous pourrez sentir les sones se déplacer à travers les canaux comme des billes. Vous ne sentirez aucune douleur, parce que le sel aura ouvert les canaux de foie. Maintenant, vous pouvez dormir tranquillement.
Prenez la troisième dose le lendemain matin. Si vous avez des nausées, attendez avant de boire la solution saline. Ne prenez pas la dose avant 6 heures.
Prenez la quatrième dose deux heures plus tard.
Après deux heures, vous pourrez manger. Commencez avec un peu de jus de fruits naturels et mangez des fruits après une demi-heure.
Prenez vos repas après une heure. Gardez une alimentation légère, et à l'heure du dîner, vous serez complètement rétabli.
Le nettoyage est-il réussi?
Vous pouvez avoir la diarrhée dans la matinée. Les calculs montent parfois jusqu'à la surface de l'eau en raison du cholestérol. Et oui, vous pourrez les compter. La purification sera complète une fois que vous éliminerez environ 2000 pierres. Répétez le traitement après deux semaines. N'effectuez pas le nettoyage si vous avez affaire à une maladie ou un problème de santé particulier.
Parfois, les canaux du foie sont remplis de cristaux de cholestérol et non de calculs, et ressortent dans les toilettes comme substance verdâtre.
Est-ce une méthode saine?
Oui, le processus de nettoyage est sûr. Il a été présenté par le Dr Hulda Clark, et il a été testé sur environ 500 personnes. Beaucoup d'entre eux étaient âgés de plus de 70. Aucun d'entre eux n'a ressenti de douleur.
Vous pouvez vous sentir faible ou épuisés après le nettoyage, mais seulement pour un jour ou deux.
Vous aurez réussi à enlever les calculs sans chirurgie.
Cette méthode de nettoyage est vieille de cent ans, et son origine est encore inconnue.
Remarque: Ne pas modifier le calendrier ou la recette, ceci aura une incidence sur le nettoyage.
Source: helthyfoodhouse 

Ayurveda...

AMALAKI : 
Puissant antioxydant, l’Amalaki apporte à l’organisme une quantité importante de polyphénols qui préservent les cellules du vieillissement. D’après une légende, l’Amalaki, cette plante de la jeunesse en Inde, serait même capable d’inverser les effets du temps ! L’Amalaki est d’un grand secours pour les fumeurs et consommateurs d’alcool qui, plus que tout autre, ont besoin de polyphénols et de vitamine C dont le petit fruit regorge. L’Amalaki convient aux trois doshas et tout particulièrement lorsqu’il y a un déséquilibre de Pitta. 

ANDRAKA (gingembre) 
L’Andraka est utilisé en médecine ayurvédique comme aphrodisiaque, cardiotonique, activateur de la digestion et stimulant de la circulation sanguine. Ses qualités le rendent bénéfique pour les troubles de Vata et de Kapha.

ANDROGRAPHIS : 
Véritable bouclier naturel, l’Andrographis est réputée pour stimuler les défenses naturelles, renforcer le système immunitaire et contribuer à un meilleur confort respiratoire. Selon l’Ayurveda, l’Andrographis aide à protéger l’organisme par anticipation, à l’approche des saisons froides. Elle a un effet asséchant et anti-mucus (mucolytique) qui fait merveille sur le nez bouché ou coulant, son action antibactérienne et anti-inflammatoire lui permet également d’éradiquer les maux de gorge. L’Andrographis apaise Pitta et Kapha mais peut augmenter Vata. 

BOSWELLIA : 
Réputé pour agir sur les articulations, le Boswellia apaise considérablement Pitta et peut aussi réduire Kapha. En bloquant le feu de Pitta, il agit comme un régulateur de l’inflammation, diminuant ainsi l’intensité des douleurs articulaires. En doses élevées, il augmente légèrement Vata. 

BRAHMI (Bacopa Monnieri): 
Le Brahmi augmente la capacité de mémorisation. À l’époque où l’Ayurveda se transmettait oralement, cette plante stimulait la mémorisation d’une quantité impressionnante de textes écrits. Les Indiens l’appellent également « plante de la sagesse » et la considèrent comme un précieux allié pour pratiquer le Yoga et la méditation. Si le Brahmi rééquilibre les trois doshas, il est particulièrement efficace pour calmer l’excitation du système nerveux des Pitta.

CENTELLA ASIATICA : 
La Centella asiatica stimule la vivacité intellectuelle et améliore la concentration. Cette plante est particulièrement utile en période de stress ou d’intense réflexion (surcroît de travail, décisions à prendre…). En effet, son action apaisante permet de conserver toutes ses facultés face aux situations compliquées, voire d’augmenter la concentration quand cela est nécessaire. La Centella asiatica rééquilibre les trois doshas et est particulièrement efficace pour calmer l’excitation du système nerveux des Pitta.

GUGGUL : 
Le Guggul favorise l’amincissement, aide à purifier l’organisme, contribue à lutter contre le cholestérol. Il y a plusieurs années, les Indiens le préconisaient pour éliminer les « graisses dans le sang », selon leurs propres termes… Le Guggul est aujourd’hui utilisé pour réduire de façon significative le taux de cholestérol et de triglycérides dans le sang. Le Guggul est particulièrement efficace pour stabiliser les déséquilibres de Vâta et de Kâpha sans irriter Pitta.

GYMNEMA SYLVESTRIS : 
Le Gymnema Sylvestris active le métabolisme du glucose et diminue l’envie de sucre. Une des théories fascinantes de l’Ayurveda est celle dite des signatures. Cette théorie, très ancienne, suggère que la nature donne des indices qui permettent de connaître la valeur thérapeutique des plantes. Ainsi, lorsque l’on mâchonne des feuilles de Gymnema Sylvestre, la langue est incapable de ressentir la saveur douce pendant environ une heure. Le Gymnema Sylvestris apaise Kapha et est neutre pour Pitta et Vata.

HARIDRA : 
L’Haridra, connue en Europe sous le nom de Curcuma Longa ou Safran des Indes, est d’une formidable richesse en curcumine, sa substance active. Cet antioxydant puissant protège naturellement les cellules de l’organisme du vieillissement. Echauffant pour les trois doshas, l’Haridra rééquilibre Kapha.

MUCUNA : 
Le Mucuna prurien est une source naturelle de L-dopa, précurseur de la dopamine, un neurotransmetteur essentiel à l’équilibre de chacun. Grâce à cette substance active, le Mucuna réveille la joie de vivre, permet de diminuer les effets du stress et libère les énergies positives. Les messages de bien-être envoyés au cerveau par le Mucuna stimulent globalement tout l’organisme, apaisent les raideurs articulaires et relaxent les muscles. Le Mucuna équilibre les trois doshas. En doses trop importantes, il renforce Kapha et Pitta. C’est un tonique précieux qui équilibre les 3 Doshas. En dose importante il renforce Kapha et Pitta. C’est un tonique précieux qui équilibre Vata.

NEEM : 
La feuille de Neem est traditionnellement consommée pour son puissant effet hypoglycémiant. Elle est également utilisée dans la tradition ayurvedique comme antifongique, anti-bactérien, anti-stress, désintoxiquant, amincissant. Le Neem peut servir aux personnes du type Kapha et Pitta pour un rééquilibrage mais peut exacerber les problèmes des personnes du type Vata. 

RASONAM : 
Rasonam est le nom sanskrit (langue ancienne de l’Inde) que les Indiens donnent à l’ail. Connu pour dilater les artères, le Rasonam est aussi réputé pour diminuer le taux de mauvaises graisses dans le sang. Par ses actions sur la circulation sanguine, il permet au cœur d’être mieux irrigué et à l’organisme de maîtriser sa tension artérielle. Le Rasonam équilibre Vata et Kapha mais peut augmenter Pitta. 

SHATAVARI : 
Aphrodisiaque, le Shatavari est particulièrement efficace pour l’appareil génital de la femme. Cette plante va nourrir et tonifier la peau, tout comme les muqueuses, favorisant leur lubrification et leur souplesse. Ce mécanisme combiné à l’effet aphrodisiaque de la plante, va permettre aux femmes d’avoir une vie sexuelle épanouie. Shatavari signifie d’ailleurs «celle qui possède 100 maris» en Sanskrit (langue de l’Inde ancienne). Le Shatavari est équilibrant pour Pitta et Vata, pris en excès, il peut légèrement augmenter Kapha.

TRIKATU :
Les 3 épices du Trikatu (Rhizome de Gingembre, Fruit de Piper nigrum et Fruit de Piper longum) activent la digestion selon l’Ayurveda. Le complexe Trikatu maintient Agni (le feu digestif) actif afin que l’alimentation se transforme en un maximum d’énergie. Le Trikatu est particulièrement recommandé pour les personnes de type Kapha. 

TRIMADA : 
Le Trimada aide à l’amincissement, favorise la régulation du métabolisme. Ce complexe contribue à tirer tous les bénéfices des aliments ingérés en favorisant leur absorption et leur bonne transformation en énergie et en nutriments nécessaires à l’organisme. Le Trimada est favorable pour les trois doshas. 

TRIPHALA : 
Le Triphala active et régularise le transit intestinal. Ce complexe de trois fruits, Amalaki, Bibhitaki et Haritaki, nettoie l’intestin en douceur et sans l’agresser. Son action contribue à faire perdre du poids grâce à une meilleure élimination des toxines et une reprise de l’énergie. Chacun des trois fruits présents dans le Triphala, régule l’énergie de l’un des trois doshas : Amalaki pour Pitta, Haritaki pour Vata, Bibhitaki pour Kapha. 

TULSI : 
Utilisé selon la tradition ayurvedique pour dépolluer le corps et l’esprit, le Tulsi est une plante précieuse en Inde, d’où son autre nom de basilic sacré. Riche en camphre, ce remarquable soutien des défenses naturelles influence en effet la liberté des voies respiratoires (bronches notamment), la santé de nos organes (reins, cœur, foie, vésicule, estomac, intestins) et de notre système nerveux. Le Tulsi apaise les trois doshas.

Kutki

kutki plante ayurvédiqueKutki, ou Picrorhiza Kurroa, est une plante tonique antipyrétique très puissante.
De plus, elle stimule la digestion, notamment en cas d’état grippal, elle fait baisser la fièvre, réduit l’acidité, purifie le sang, régule la fonction hépatique, diminue la sécrétion biliaire, abaisse le taux de sucre, draine la rate, et stimule le système immunitaire.
En bref, cette plante tonique et antiseptique agit sur les systèmes circulatoire, digestif, urinaire et respiratoire.
On l’utilisera préférentiellement dans les cas de prise de poids, de diabète ou d’hépatite.

 

 

Les plantes minceur de l'Ayurveda:
Parmi les plantes amincissantes les plus utilisées en Ayurvéda :
Guggul (Commiphora mukul) : C’est en fait une résine, agissant très puissamment sur l’ensemble des tissus pour éliminer la graisse, mais dotée également d’un pouvoir purifiant, détoxiquant et rajeunissant.
Haritaki (Terminalia chebula) : Son fruit est utilisé sous forme de poudres, de tisanes ou de pâtes, pour éliminer, tonifier et rajeunir l’ensemble des tissus.
Musta (Cyperus rotundus) : C’est la racine qui est utilisée, dans cette plante, pour traiter en général la plupart des problèmes féminins, mais aussi, en mélange avec du gingembre et du miel, pour stimuler le système digestif, et en particulier, le foie. Quant à son action sur l’obésité, cette racine est tout bonnement miraculeuse, puisque de récentes expérimentations scientifiques ont démontré qu’elle pouvait, à elle seule, à la dose de seulement deux grammes par jour, réduire le poids de dix kilos en l’espace de deux mois.
Bibhitaki (Terminalia belerica) : Reconnu pour ses propriétés toniques sur les poumons, et ses vertus rajeunissantes, ce fruit exceptionnel est aussi un laxatif raffermissant les tissus, un digestif et un apéritif. On le retrouve souvent mélangé à d’autres plantes dans de nombreuses tisanes.
Tinospora cordifolia : Cette plante tonique combat la fatigue et certains états arthritiques, et, bien sûr, élimine la graisse tout en aidant à rajeunir les tissus et les organes.
Hemidesmus indicus : Enfin, cette excellente plante est utilisée traditionnellement pour éliminer la graisse, purifier le sang ainsi que certains problèmes de peau comme l’acné, et stimuler l’organisme en cas de faiblesse. On l’emploie habituellement en mélange avec la Tinesporia cordifolia. 
Source: Jean-Baptiste Loin 

Les épices....
les épices. nutrition consciente, diététique énergétique








Le curcuma... 
...aux mérites déjà bien connus: puissant anti-oxydant, anti-inflammatoire, etc... Voir la recette en haut de page de l'antibiotique naturel...
A savoir: curcuma+poivre+huile...Utilisez ensemble des 3 ingrédients!
On le trouve facilement en po
udre mais bien-sûr, mon conseil sera de l'utiliser frais.
Pour les problèmes aigus: Huile Essentielle...
curcuma et cerveauParcequ'il contient essentiellement du pigment jaune, il est recommandé pour les problèmes oculaires, la vue!
De récentes études ont également révélé que le curcuma a une action très favorable sur les cellules du cerveau!!!









 
La cannelle.
La cannelle contient des taux élevés d'antioxydants, et son huile a de fortes propriétés antibactérienne et antifongique. Elle est riche en magnésium, en fibres, en fer et en calcium et peut guérir de nombreuses maladies telles que l'arthrite, l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie, le diabète de type 2, la diarrhée, améliorer la fonction cognitive, augmenter l'énergie, calmer les maux de dents, les maux de tête, la mauvaise haleine ...
- Abaisse le cholestérol - Une demi-cuillère à café de cannelle par jour peut réduire le cholestérol LLD. Mélangez-la avec un yaourt, vos flocons d'avoine ou du pudding. Pour profiter des effets de la cannelle, vous pouvez aussi mettre une cuillère à café de cannelle en poudre tous les jours dans votre café ou votre thé.
-Contrôle la glycémie - Selon des études, la cannelle régule le taux de sucre sanguin, et conduit à sa réduction. Par conséquent, la cannelle est excellente pour les personnes qui souffrent de diabète de type 2 puisqu'elle fait réduire le poids naturellement.
- Guérit les infections fongiques - La cannelle a un effet étonnant sur les infections fongiques persistantes qui présentent une  résistance aux médicaments.
- Anti-Cancer - Selon une étude américaine, la cannelle réduit la prolifération des cellules de leucémie et du cancer.
- Anti-caillots -La cannelle est efficace contre la coagulation du sang.
- Anti-arthrite - Selon une étude de l'Université de Copenhague, les patients qui prennent une demi-cuillère à café de cannelle combinée avec une cuillère à café de miel chaque matin avant le petit déjeuner, ont connu une réduction significative de la douleur causée par l'arthrite au bout d'une semaine, et ont pu marcher sans douleur au bout d'un mois.
- Antibactérien - La cannelle est un conservateur naturel et lorsqu'ajoutée à la nourriture, elle ralentit la croissance et le développement des bactéries. Ses propriétés bactéricides en font un conservateur naturel. La cannelle a des propriétés antimicrobiennes solides qui, selon une étude récente, peuvent être utilisées en remplacement des agents de conservation traditionnels. En outre, une étude publiée dans l'International Journal of Food Microbiology, a montré que quelques gouttes d'huile essentielle de cannelle sur la soupe de carotte empêchent la croissance des micro-organismes pathogènes dans les aliments pendant 60 jours. Sans la cannelle, la soupe va développer des organismes pathogènes, même si elle est conservée dans le réfrigérateur.
- Pour une bonne santé du cerveau - Une étude a révélé que l'odeur de la cannelle stimulait la fonction cognitive et la mémoire, et aidait à réduire le stress et la perte de mémoire. Son odeur peut améliorer le fonctionnement du cerveau et l'humeur.
- E.coli - Selon une étude de l'Université du Kansas, la cannelle combat les bactéries E. coli qui se cachent habituellement dans les jus non pasteurisés.
- Les éléments nutritifs - La cannelle est une grande source de manganèse, de fer, de fibres et de calcium.
- Contre l'inflammation et l'infection - La cannelle a une activité antioxydante prouvée, et par rapport aux six épices qui contiennent également des antioxydants (anis, gingembre, réglisse, menthe, noix de muscade et vanille), les plus efficaces sont la cannelle et la menthe.
- Supprime la propagation de la leucémie et le lymphome - Ceci est prouvé par une recherche menée par des scientifiques de l'Institut américain de l'agriculture.
- Soulage l'indigestion - Elle prend en charge la fonction du système digestif.
- Contribue à la perte de poids - Une combinaison de miel et de cannelle vous aidera à perdre l'excès de poids. Mélangez une cuillère à café de miel avec une demi-cuillère à café de cannelle dans 200ml d'eau tiède. Divisez le mélange en deux parties et buvez la première partie dans la matinée sur un estomac vide, une demi-heure avant le petit déjeuner, et l'autre partie une demi-heure avant d'aller dormir. Vous verrez le résultat au bout de deux semaines.
- Soulage les douleurs rhumatismales. 
- Effet préventif sur le développement de la carie dentaire et les maladies des gencivesLa cannelle est souvent utilisée dans le chewing gum, parce qu'elle supprime la mauvaise haleine, qui est également souvent causée par des bactéries.
- Contre l'infection urinaire.
- Contre la toux: Placez un bâton de cannelle dans de l'eau bouillante et laissez cuire pendant environ deux minutes. Retirez le bâton et mettez-le dans votre thé. Buvez-en deux fois par jour.
Précautions:  
Certaines études ont montré que la cannelle contient de la coumarine, une substance qui peut causer des lésions rénales et hépatiques lorsqu'elle est prise en grandes quantités.
Soyez prudent si vous utilisez la cannelle en combinaison avec de l'aspirine, parce qu'elles ont le même effet contre la coagulation du sang.
Ne consommez pas beaucoup de cannelle pendant la grossesse.

La badiane

diététique chinoise, nutrition consciente: la badiane

Le goût
La badiane, plus connue sous le nom d’anis étoilé, est appelée Ba Jiao en Chine dont elle est, d’ailleurs, originaire.
Plus typée que l’anis vert, elle parfume puissamment de nombreux plats à base de porc, de poulet, de canard ou tout simplement de riz.
A noter qu’on peut aussi la jeter dans la théière avec le thé.
Particulièrement appréciable dans les bouillons, les soupes et les ragoûts, la badiane reste évidemment un condiment propre aux cuisines chinoise et indienne, ce qui peut demander une relative initiation… 
Les vertus:
De nature tiède, de saveur piquante et douce, la badiane est en rapport avec la Rate et les Reins.
Au niveau énergétique, elle facilite la digestion en réchauffant la Rate et l’Estomac.
Elle tonifie le Yang des Reins.
De plus, elle est considérée comme astringente.
On l’emploie en cas d’indigestion, de ballonnements, de manque d’appétit, de diarrhées, ou encore de lombalgies par vide de Yang des Reins.
En revanche, on la contre-indique en cas de bouffées de chaleur ou tout simplement de chaleur et notamment au niveau de l’Estomac, en cas de soif, de bouche ou de gorge sèche et de transpiration nocturne. 

La cannelle

diététique chinoise, nutrition consciente: herbes et épices la cannelle

Le goût...
Sensiblement différente selon ses pays d’origine, la Chine, l’Indonésie, le Sri Lanka ou Madagascar, l’écorce de cannelle, Gui Pi en Chinois, s’achète en poudre ou, lorsqu’on est attaché à la qualité du produit, entière, roulée en petits bâtonnets.
On la retrouve dans les mets et les boissons de pratiquement tous les peuples de la planète. Omniprésente dans la cuisine indienne, elle reste fréquente dans les desserts occidentaux et bien entendu dans beaucoup de plats chinois.
Elle présente l’avantage de faire ressortir le goût sucré ; ce qui pourra considérablement aider les obèses ou diabétiques devant diminuer leur ration de sucres.
Par exemple, une compote ou une tarte aux fruits, assaisonnées avec de la cannelle en poudre, n’auront pratiquement pas besoin d’édulcorants pour être savoureuses.
Il est également possible de l’utiliser dans les mets salés et notamment avec le porc, l’agneau, les moules, les pommes de terre, les carottes, les coquilles Saint-Jacques, etc.
Enfin, la cannelle s’accorde merveilleusement avec certaines boissons comme le vin chaud, le grog, la Sangria, le thé, le café et même le chocolat…
Mais on peut aussi préfèrer, tout bonnement, se préparer une bonne décoction, de cinq à dix minutes, de trois à six grammes d’écorces de cannelle pour profiter du réconfort d’une tisane réchauffante en hiver.
Les vertus...
En Chine, cette merveilleuse cannelle fait partie des toniques réchauffant dont la nature est indéniablement tiède et la saveur piquante et douce.
Dédiée à la Rate, à l’Estomac, à la Vessie et aux Reins, elle tonifie le Yang des Reins et de la Rate, disperse le froid, réchauffe le centre, active le sang et calme les douleurs.
On l’indiquera tout particulièrement en cas de mauvaise digestion ou de manque d’appétit, de vomissements ou de hoquets par vide de l’Estomac, de diarrhées par vide de Yang, de douleurs abdominales, de règles irrégulières, d’abcès froids et de rhumatismes dus à l’humidité, au vent ou au froid.
Mais, parce qu’elle est réchauffante, on la contre-indique naturellement en cas de sécheresse ou de chaleur, mais aussi de grossesse ou de vide de Yin.
A noter que, pour un usage thérapeutique, les Chinois n’utilisent pas la cannelle ordinaire mais une variété médicinale spéciale, appelée Rou Gui, ou Cinnamomium cassia, que chacun pourra se procurer en épicerie chinoise. 

Le clou de girofle.

diététique chinoise, nutrition consciente: herbes et épices  clou de girofle

Le goût
Originaire d’Indonésie, ce petit bouton floral, nommé Ding Xiang en Chine, est un antiseptique et un anesthésique, notamment au niveau dentaire.
Sa saveur forte et légèrement piquante en fait un condiment de choix sur toutes les tables du monde.
Il participe notamment à des mélanges d’épices comme le curry et le garam masala indiens, le ras-el-hanout maghrébin ou les fameuses « cinq épices » chinoises.
Il gagne d’ailleurs effectivement en vertus stimulantes, digestives et carminatives lorsqu’on l’associe à d’autres épices comme la cannelle, la muscade ou le curcuma.
Dans nos contrées, on le retrouve fréquemment dans les plats de légumineuses et en particulier de lentilles, dans la choucroute, le pot-au-feu, les ragoûts, civets, courts-bouillons, marinades, charcuteries, et même dans certains desserts comme le pain d’épices ou les salades d’oranges, de poires et autres fruits.
Enfin, tout comme la cannelle, on peut l’incorporer dans le thé, le vin chaud, le grog, etc. 
Les vertus
La médecine traditionnelle chinoise lui accorde une nature très aromatique et chaude, une saveur piquante, et un tropisme avec l’Estomac, la Rate et les Reins.
Il réchauffe en effet l’Estomac et renforce le Yang des Reins et, plus concrètement encore, combat la mauvaise haleine et calme les douleurs dentaires.
A l’exception de ces douleurs dentaires, ses indications touchent exclusivement des affections liées au froid comme les vomissements, nausées, hoquets, diarrhées et autres maux de ventre, lombalgies par vide de Yang des Reins, etc.
Enfin, une fois de plus, cette plante réchauffante est contre indiquée en cas de chaleur, et notamment de rougeurs ou de dermatoses, ainsi que de vide de Yin se manifestant par des bouffées de chaleur, de la transpiration nocturne, des joues rouges, une bouche et une gorge sèches, ou une fièvre du soir.
Enfin, il reste contre-indiqué en cas de chaleur d’Estomac dont les symptômes les plus fréquents sont l’abus de boissons froides, la mauvaise haleine, la constipation, les lèvres rouges ou sèches, la digestion trop rapide et un appétit dévorant. 

Le fenugrec

diététique chinoise, nutrition consciente: herbes et épices  le fenurec

Le goût
Dénommé Hu Lu Ba par les Chinois, le fenugrec est une légumineuse originaire d’Inde et du bassin méditerranéen où on l’emploie, grillé et écrasé, pour aromatiser légumes, soupes et plats mijotés.
Il peut également être consommé sous forme de graines germées dans la salade.
Les Indiens et les Africains l’utilisent également fréquemment, réduit en farine et incorporé aux ragoûts et pâtisseries, généralement en mélange avec d’autres épices.
A noter qu’après l’avoir moulu, il est impératif de le consommer immédiatement car il perd rapidement ses propriétés et sa saveur. 

Les vertus
Selon les Chinois, la nature de cette plante aromatique est tiède, sa saveur amère et sa correspondance établie avec les Reins et le Foie.
Au plan de ses propriétés énergétiques, il est réputé tonifier le Yang des Reins, et éliminer le froid et l’humidité.
On le conseille donc en cas de lombalgies ou de hernies par faiblesse des Reins Yang, d’impuissance, de diarrhée matinale due au froid, de ballonnements et de douleurs abdominales également causées par le froid.
Enfin, on le contre-indique en cas de vide de Yin, de chaleur vide et de grossesse. 

L’aneth

diététique chinoise, nutrition consciente: herbes et épices , l'anethLe goût
Shi Luo, l’aneth, cousine du fenouil et de l’anis, sous nos latitudes accompagne avant tout le poisson et secondairement les concombres à la crème. 
Avec le poisson, elle est plus particulièrement appréciée dans les marinades, notamment de saumon, ou encore au court-bouillon, mais aussi tout simplement avec un poisson grillé.
Avec les produits laitiers comme la crème, les fromages blancs ou le beurre, l’aneth permet de confectionner des sauces très agréables qui, au-delà du poisson, conviendront bien aux cornichons et autres pickles.
Attention toutefois, l’aneth ne se fait pas cuire mais doit toujours être ajoutée au dernier moment dans les plats chauds; alors qu’au contraire, dans les plats froids, et surtout dans les sauces, elle doit macérer le plus longtemps possible pour lui laisser le temps d’exprimer pleinement toutes ses saveurs.
Enfin, les graines infusées permettent de préparer une excellente tisane digestive. 

Les vertus
Tiède et aromatique, de saveur piquante, l’aneth s’attache à l’énergie de la Rate, de l’Estomac et du Foie.
Dans ce domaine, elle tonifie la Rate, réchauffe l’Estomac, disperse le froid, fait circuler l’énergie et dissipe les stagnations alimentaires.
On l’indique dans des troubles digestifs par vide de la Rate et de l’Estomac comme le manque d’appétit, les lourdeurs post-prandiales, les flatulences et les nausées.
On peut aussi l’employer lorsqu’on est dégoûté de la nourriture ou qu’on a mauvaise haleine, et enfin en cas d’indigestion ou d’intoxication alimentaire.
Ses contre-indications se résument à la chaleur et au vide de Yin. 

La coriandre

la coriandre: diététique chinoise, nutrition consciente: herbes et épices Le goût
Autre grande herbe de la cuisine chinoise, la coriandre, ou Hu Sui, est assez proche du persil plat par son aspect et au moins aussi répandue sur les tables orientales et moyen-orientales que l’est le persil sur les nôtres. 
En cuisine chinoise, donc, la coriandre se saupoudre aussi bien à la surface des bols de soupe que dans les salades, mais elle se fait aussi sauter au wok ou se laisse volontiers intégrer dans des sauces.
Pratiquement aucun bouillon chinois n’est servi sans ce condiment des plus agréables, et nous pouvons, nous aussi, en faire un abondant usage dans nos soupes, ratatouilles, salades, marinades, viandes, poissons et fruits de mer.
Comme pour l’aneth, les feuilles de coriandre sont préférables à l’état frais et cru, donc ajoutées en fin de cuisson, mais toujours utilisées avec une relative parcimonie.
Enfin, il faut savoir que les graines de coriandre, elles, font partie des ingrédients classiques du curry.

Les vertus
Traditionnellement de nature tiède et aromatique et de saveur piquante, la coriandre est en relation avec la Rate, l’Estomac et le Poumon.
Elle facilite la digestion, dissipe les stagnations alimentaires, provoque la transpiration, favorise les éruptions cutanées et active la circulation sanguine.
On l’indique en cas d’indigestion ou de ballonnements, de nausées ou de manque d’appétit, de rhumes ou de maux de tête causés par un vent froid, et encore au début des maladies infantiles de type rubéole, rougeole ou variole.
Enfin, on la contre-indique en cas de chaleur, de sécheresse ou de soif, ou de faiblesse avec transpiration. 

Le persil

le persil:diététique chinoise, nutrition consciente: herbes et épices Le goût
Qin Cai, le persil, tout de même bien présent dans les cuisines chinoise et japonaise mais surtout omniprésent dans la cuisine occidentale, se subdivise en deux espèces : le persil frisé et le persil plat.
Il peut pratiquement être servi avec tout, viandes et poissons, soupes et salades, purées et ragoûts, sauces et vinaigrettes, marinades et courts-bouillons puisqu’il fait partie du bouquet garni, persillade avec l’ail dans les escargots, etc. 
Les vertus
De nature tiède et aromatique et de saveur douce et légèrement piquante, le persil est en rapport avec le Foie, l’Estomac et les Reins.
Il consolide en effet les Reins, facilite la digestion, dissipe les stagnations alimentaires, stimule les circulations sanguine et énergétique, et agit comme diurétique et antitoxique.
On l’indique dans les indigestions, l’arthrite, la goutte, les calculs rénaux, les oedèmes, le diabète, les leucorrhées, l’hypertension et les maux de tête par vent froid et humide.
Il est contre-indiqué en cas de chaleur, et notamment de l’Estomac, de plénitude, de sécheresse et de soif. 


bienfaits de l'extrait de pépins de pamplemousse L'incontournable Extrait de pépins de pamplemousse.... 
L'extrait de pépins de pamplemousse (EPP) est la solution à beaucoup de petits désagréments grâce à sa richesse en bioflavonoides (diosmine, hespéridine.), et vitamine C qu'il contient.
Ces deux antioxydants puissants possèdent entre autres la propriété de prévenir des effets des radicaux libres. 
L'activité antioxydante, est plus élevée après la consommation d'extraits de pépins de pamplemousse.
Appelé aussi antibiotique naturel, l'extrait de pépins de pamplemousse (EPP) est à la fois doux et puissant, il est utilisable très simplement par voie orale (usage interne) ou cutanée (usage externe).
Nom commun : Pamplemousse.
Nom botanique : Citrus maxima ou C. grandis. Famille des rutacées.
Son efficacité est valable dans bien des domaines :
- Augmente la résistance de l'organisme.
- Soutient le métabolisme.
- Idéal lors de changement de saison pour rester en forme.
- Anti-bactérien naturel.
Usage interne de l'extrait de pépins de pamplemousse :
L'extrait de pépins de pamplemousse est très efficace comme traitement des dysfonctionnements intestinaux et des rhumes,angine, Candida albicans, candidose, Gastrites, Infections gastro-intestinales, infections du système digestif, Inflammations en général, Laryngite, Refroidissements, Rhumes et grippe, tous problèmes dus à des champignons, Toux, ulcères (hélicobacter pylori).
Usage externe de l'extrait de pépins de pamplemousse :
- Bouche : maux de bouche aphtes, lèvres gercées, herpès labial, maux de dents, gingivite, désinfection de la brosse à dents, dissoudre le tartre, hallitose (mauvaise haleine).
- Nez - Oreilles - Visage : Rhume, rhinite, sinusite, pharyngite, toux, enrouement, laryngite, maux d'oreille, hygiène des oreilles, inflammation de l'oreille moyenne, acné, boutons, impuretés de la peau, rasage etc.
- Cheveux : Shampooing traitant, pellicules, démangeaisons du cuir chevelu, eczéma et diverses irritations du cuir chevelu, poux de tête etc.
- Peau : Petites coupures, égratignures, petites brûlures, éruptions cutanées, dermatite, piqûre d'insecte. Il participe grandement à la guérison de psoriasis, zona, eczéma sec, urticaire, ulcère variqueux sur les jambes, verrues, mycose.
- Pieds: Eczéma des orteils, hyper sudation (transpiration excessive), durillons, cors, cals verrues plantaires, ampoules etc.
- Ongles : Onychomycose, panaris.
- Organes génitaux : vaginite, infections vaginales à germes divers, parasites du vagin, soins des organes génitaux, maladies des organes génitaux masculins.
A titre préventif: En voyage, en camping et lors de randonnée... Dans les pays où l'eau et la nourriture ne sont pas toujours fiables : 10 gouttes diluées dans le verre d'eau tous les jours pour prévenir l'installation de parasites, vers, etc...
Conseil d'utilisation : 10 à 30 gouttes deux à trois fois par jour diluées dans de l'eau.
Utilisées pour : Angine, Candida albicans, candidose, Gastrites, Infections gastro-intestinales, Inflammations en général, Laryngite, Rhumes et grippe, tous problèmes dûs à des champignons, Toux, ulcères (hélicobacter pylori), acné et boutons d'origine diverse, angine, bactéries et parasites vaginaux, brûlures légères, cors et cals, coupures, égratignures, démangeaison du cuir chevelu, dermatite, dissoudre le tartre, eczéma et diverses irritations du cuir chevelu, eczéma sec, gingivite, hallitose (mauvaise haleine), herpes labial, inflammation de l'oreille moyenne, laryngite, lèvres gercées, mains et pieds, maux de bouche (aphtes etc.), mycose des ongles, mycose des pieds, mycose vaginale (candidose), mycoses de la peau, nettoyage des oreilles, piqûres d'insectes, psoriasis, rhinite, shampooing traitant et Pellicules, sinusite, toux, transpiration excessive des pieds, ulcères variqueux, vaginite, verrues.
Précaution : Eviter en cas d'allergie aux agrumes.
S'il arrive que l'extrait de pépins de pamplemousse entre en contact avec les yeux, rincez immédiatement avec de l'eau tiède.
Comme pour les compléments alimentaires en général, il existe des qualités d'extrait de pépins de raisin très variables, donc, offrant plus ou poins d'efficacité.... 

La sauge.

Depuis l'Antiquité cette plante indispensable au jardin, n'a cessé de prouver son efficacité. Le célèbre dicton « qui a de la sauge dans son jardin, n'a pas besoin de médecin » résume à lui seul ses nombreux bienfaits.
Le nom latin de la sauge officinale évoque ses propriétés médicinales puisque « salvare » signifie sauver, guérir. Déjà les Égyptiens reconnaissaient ses vertus, les Romains entouraient sa récoltes de rituels et elle était couramment utilisées dans de nombreuses potions au cours du Moyen Âge. De nos jours, elle reste une plante primordiale de la pharmacopée, et entre dans de nombreuses préparations de phytothérapie.
Un puissant antiseptique.
Astringente, la sauge permet de soigner rapidement les piqûres et morsures ; il suffit de frotter quelques feuilles fraîches sur la plaie, pour calmer douleurs et démangeaisons.Antiseptique et astringente, la sauge viendra à bout de la plupart des maux de gorges. On l'utilisera sous forme d'infusion et de gargarismes. De même pour le traitement des aphtes. Anti-microbienne son huile essentielle réduit les sécrétions bronchiques. Elle est aussi utilisée depuis toujours dans le traitement de l'asthme ; ses feuilles séchées seront alors fumées.
Des propriétés digestives.
La sauge ouvre l’appétit, elle régularise la digestion. Une infusion de sauge permettra de faire passer un repas trop copieux. Son effet antispasmodique atténue les crampes d'estomac et les douleurs intestinales.
Un tonique nerveux méconnu.
Les infusion de sauge seraient capables de calmer les crises survenant au cours de la maladie d'Alzheimer. Cette plante aurait en outre des propriétés tranquillisantes.
Régulateur hormonal.
La sauge est un remède ancestral bien connue des femmes pour réguler le cycle menstruel et éviter le phénomène de syndrome pré-menstruel.
Elle est aussi très utile pour minimiser les troubles de la ménopause. Bien que son action hormonale ne soit pas encore clairement élucidée, la sauge permet de réguler la transpiration et les bouffées de chaleur, elle aide l'organisme à s'adapter aux changements hormonaux durant cette délicate période.
Cosmétique.
La sauge est un fixateur de parfum bien connu dans le domaine de la parfumerie. N'hésiter pas à essayer ce truc de grand-mère : frottez une feuille de sauge sur votre peau avant d'appliquer votre parfum, il durera plus longtemps !
Utilisée dans les soins capillaires, la sauge permet de lutter contre les pellicules et donne de la brillance au cheveux. Son huile essentielle entre dans la composition de masques pour les peaux grasses ou acnéiques.
Attention, cette huile essentielle contient jusqu'à 50% de thujone, substance neurotoxique et abortive, les femmes enceintes ne devront pas l'utiliser, tout comme les sujet épileptiques .


La réglisse.RéglisseLa réglisse est une solution naturelle très savoureuse, utile pour rester en bonne santé. Aussi connue sous le nom scientifique de Glycyrrhiza glabra L. cette plante appartient à la famille des Fabacées et fleurit en été entre Juin et Juillet. Sa tige peut atteindre une hauteur de 100 à 150 cm et trouve ses origines en Méditerranée et au Moyen-Orient.
On cultive couramment la réglisse en France, Italie, Espagne, Turquie, Iran, Irak, Grèce et Syrie. On retrouve les premières références quant à l’utilisation de la racine et des rhizomes à des fins thérapeutiques dans l’Égypte ancienne. A cette plante sont associées certaines propriétés curatives importantes, comme son pouvoir anti inflammatoire et régulateur de l'acidité gastrique, mais aussi des contre-indications habituellement liées à l’hypertension. 
Propriétés curatives de la réglisse
En cas d’hypertension artérielle, il convient d’éviter la réglisse; cela prend un ton complètement différent en cas d'hypotension, puisque la glycyrrhizine , une substance présente dans la réglisse peut aider à faire remonter une pression artérielle basse.  
L’effet de la glycyrrhizine est exprimé dans le foie et les reins, où les altérations produites génèrent un ralentissement du métabolisme des corticostéroïdes, avec pour conséquence d’augmenter l’action du cortisol et de la pression artérielle. Un remède naturel pour une pression artérielle  basse, pour lequel, cependant, reste recommander l’apport modéré et contrôlé de réglisse.
Les propriétés de la réglisse agissent non seulement en ce qui concerne la gestion de l’état de l'hypotension,  mais impliquent d’autres aspects importants tels que l’assimilation et la gestion de potassium. Cependant sa consommation excessive (plus de 3 grammes de principe actif) peut induire des troubles tels que l’hypokaliémie et la rétention hydrosaline, jusqu’à induire une diminution de la diurèse ou même des difficultés du muscle cardiaque.
Prise avec modération et en suivant les précautions nécessaires, la réglisse contribue à augmenter la dose quotidienne de potassium; en choisissant des boissons ou des aliments qui favorisent la diurèse, la réglisse peut également être utilisée pour augmenter la pression artérielle au cours d’une chute soudaine.
Réglisse pour la toux : la réglisse est aussi un remède pour le système respiratoire. Elle a le pouvoir de calmer la toux et de promouvoir l’expulsion des mucosités des bronches.
Réglisse pour le foie. Manger de la réglisse peut également fournir une protection adéquate pour le foie. Dans une étude, il a été constaté que la consommation d’extrait sec de réglisse pendant trente jours consécutifs a produit une amélioration significative des conditions chez les personnes atteintes d’insuffisnce hépatique chronique. Ce sont les anti-oxydants de réglisse qui agissent dans ce cas pour la réduction des triglycérides et des transaminases dans les tissus du foie et pour l’augmentation du glycogène dans le foie.
Réglisse contre le stress.... Asseyez-vous, détendez-vous et sirotez du thé à la réglisse, également capable de neutraliser l'insomnie, grâce à la régulation du sucre dans le sang et la stimulation des liquides céphalo-rachidien.
Pas tout le monde sait que… La réglisse peut aussi agir comme un aphrodisiaque: le parfum de cette plante stimule le plaisir féminin plus que tout autre parfum…

Protégez votre organisme grâce au noyau d’avocat....

L’avocat a de nombreuses propriétés médicinales, et il est non seulement délicieux mais également très nutritif ; cependant, il est bon aussi de savoir que le noyau d’avocat est très utilisé pour traiter différentes maladies, surtout en Amérique du Sud !
L’usage du noyau d’avocat en médecine naturelle
Le noyau de l’avocat est un puissant agent anti-microbien et antifongique, et c’est surtout un antibiotique naturel. Il a aussi la faculté de freiner l’apparition du candida et d’autres sortes de champignonsn, et il a un rôle protecteur face aux piqûres de moustique qui transmettent la fièvre jaune.
Ce noyau contient une grande quantité de fibres diététiques qui captent le cholestérol dans le tractus intestinal et empêchent son absorption par l’organisme ; c’est pour cette raison que l’extrait de noyau d’avocat est recommandé pour empêcher la formation de plaque, puisqu’il fait baisser le taux de cholestérol et freine donc l’apparition de maadies cardio vasculaires, protégeant ainsi notre santé.
Il a aussi la faculté d’augmenter les défenses  de l’organisme et renforce ainsi le système immunitaire; il a également des propriétés anti-inflammatoires, et sa consommation est indiquée aux personnes qui souffrent d’affections articulaires,comme l’arthrite.
Le noyau de ce fruit est efficace pour traiter les problèmes d’estomac ; il soulage les diarrhées et diminue l’inflammation du tractus gastro-intestinal, évitant ainsi les ulcères d’estomac et les maladies bactériennes et virales.
Le noyau d’avocat est de surcroît un puissant antioxydant naturel !
Un thé de noyau d’avocat, qui a été mixé au préalable dans 750 ml d’eau, consommé en trois prises durant la journée, est très efficace pour éliminer les graisses, car il a des propriétés thermogènes.
Les peuples indigènes ont la coutume d’utiliser ce noyau pour soigner toutes sortes de maux : les diarrhées, les douleurs musculaires, les affections rénales et hépatiques,  la cataracte, les furoncles, l’épilepsie et les problèmes de thyroïde. 
Il est évident que l’on ne doit pas se défaire du noyau d’avocat, car il peut être la solution à l’un des problèmes de santé que nous avons mentionnés plus haut.
Il est d’autre part facile de s’en procurer et sa préparation est vraiment simple !
Je mets le noyau dans un torchon (ça glisse), je pose dessus un couteau très large et je donne dessus un bon coup de massue! Après c'est beaucoup plus facile de le broyer plus finement si besoin (au mixer). Je met l'équivalent d'un noyau (bio bien-sûr) pour 1 litre d'eau, en décoction. Lorsque j'en ai trop, je mets au congel ou je fais sécher... 

pastedGraphic.pngLe citron...
Nous sommes tous conscients de la richesse en vitamine C de ce fruit, c’est pourquoi nous l’utilisons pour augmenter nos défenses immunitaires en cas de rhume, de grippe… Dans l’approche énergétique, le citron est la saveur du Bois : il harmonise les méridiens du Foie et de la Vésicule Biliaire.  L'énergie du Bois est celle de printemps, c'est le moment! Important à savoir : si le citron a une saveur acide, il ne l’est pas pour l’organisme, il est alcalin ! Un fruit acide qui alcalinise le sang! 
Certains praticiens déconseillent le citron pour son acidité, en l'accusant de déminéraliser l'organisme. Cette condamnation du citron est tout à fait non fondée. Il est établi que les citrates sont brûlés dans l'organisme et laissent un résidu moyennement alcalin. Les sels acides des acides organiques perdent par oxydation, au cours du métabolisme, leur acidité primitive et donnent lieu à la formation de carbohydrates alcalins possédant les propriétés et les caractéristiques des bases. Loin de décalcifier l'organisme, de nuire au squelette, l'acide citrique a un effet déterminant dans la rétention du calcium. De plus, il est établi que le calcium a besoin d'acidité pour être assimilé. Le citron contient un peu de vitamine A, de vitamines B1 et B2 ainsi que des bioflavonoïdes et de la pectine. Mais c'est la vitamine C qui est de loin la plus présente dans ce fruit. On estime une moyenne de 50 mg de vitamine C pour 100 g de fruit. Il contient également des caroténoïdes et des coumarines. Tous ces composants sont de puissants antioxydants et confèrent également au citron de puissantes qualités antiseptiques. Le citron étant particulièrement riche en vitamine C, rappelons que celle-ci joue un rôle important dans le développement des os et des dents, dans l'intégrité du tissu sanguin et des capillaires; elle tend à normaliser la pression sanguine et le taux de sucre dans le sang; elle protège le cristallin et stimule la surrénale et la fonction ovarienne. Elle est un puissant antioxydant et permet également de contrer favorablement les effets néfastes du stress.
Utilisation thérapeutique du Citron: 
Pouvoir antiseptique:
Puissant antiseptique, il combat efficacement une vingtaine de germes. Il est donc très utile pour combattre toutes infections, particulièrement les refroidissements, grippes, rhumes. Il contribue à abaisser la fièvre par son action sudorifique. Ce pouvoir antiseptique est également efficace dans les problèmes d’infections urinaires, vésicales et rénales. Son action diurétique accélère également l'élimination des toxines. Il préserve l'appareil digestif des infections, dont les diarrhées. 
Circulation sanguine:
Au niveau du système circulatoire, le citron contribue à abaisser le taux de cholestérol. Son action sur le système sanguin est digne d'intérêt. En effet, en cardiologie on a régulièrement recours à l'aspirine pour fluidifier le sang et prévenir ou traiter la formation de caillots sanguins. Cependant, l'aspirine présente l'inconvénient de favoriser également des hémorragies. Nous avons vu que le citron possède la propriété de fluidifier le sang. Mais, contrairement à l'aspirine, selon le Dr Paul Nègre, il a également la propriété d'améliorer très rapidement la majorité des syndromes hémorragiques. La propriété hémorragique de l'aspirine cesse par administration concomitante de citroflavonoïdes. De nombreux œdèmes rétrocèdent aussi sous leur action. 
Le citron est, par exemple, très efficace contre les saignements de nez.
Citron et digestion: 
On reproche souvent au citron d'augmenter la sécrétion d'acide chlorhydrique et de provoquer des aigreurs. Certains allant même jusqu'à l'accuser de favoriser l'apparition d'ulcères gastriques. Certaines personnes peuvent en effet éprouver des sensations de brûlures après la consommation de citron, mais il s'agit en réalité d'un signal d'alarme qui doit les inciter à revoir leur façon de s'alimenter. Le plus souvent les aigreurs ressenties à la suite de l'absorption du citron sont le résultat d'une mauvaise composition des menus. Abondance de pâtes, féculents, pain blanc, riz blanc, sucres et alcool sont incompatibles avec le citron. Le citron ne devrait être consommé qu'après complète digestion de ceux-ci. En fait, les meilleurs effets seront obtenus du citron que lorsque consommé loin des repas. Les personnes à constitution fragile, et tempérament nerveux, devraient également éviter de consommer le citron le matin à jeun. Le meilleur moment serait en après-midi, plus de deux heures après le repas. 
Loin de provoquer de l'hyperchlorhydrie, le citron a une action eupeptique, c'est à dire qu'il favorise la digestion. 
Citron et peau:
Rien de tel que le citron pour rajeunir la peau. Celui-ci contribuera à maintenir l'équilibre du PH de la peau. Vous pouvez composer un masque pour la peau en mélangeant en proportions égales du citron à du miel. Pour soigner une blessure, quelques gouttes de citron agiront comme antiseptique. Pour traiter l'eczéma on peut l'utiliser mélangé à de l'huile d'olive ou d'amande douce. Pour le pied d'athlète on l'utilisera mélangé à du jus de papaye.
Vieux remèdes Un peu de jus de citron frais ajouté à une infusion d'herbes ou pris tel quel avec un peu de miel est un vieux remède utilisé contre les maux de gorge et infections des voies respiratoires supérieures. Le jus de citron aide à réduire la congestion et à éliminer le mucus qui entrave la respiration. Un autre vieux remède traditionnel consiste à appliquer une tranche de citron épaisse et fraîchement coupée, à un abcès ou à un autre type d'éruption cutanée. 
Maigrir avec le citron Selon le Dr Mark Moyad M.D. de l'Université du Michigan, des récentes recherches sur le citron révèlent que la vitamine C, dont le citron est riche, réduit le taux d'hormones qui stimulent le centre de l'appétit dans le cerveau.   
Conseil de consommation: 
Il est important de consommer des fruits bien mûrs, idéalement le citron aura complété sa maturation sur l'arbre, au soleil. Privilégier dans la mesure du possible le fruit issu de culture biologique, qui sont exempts de tout pesticides et sont cueillis à un stade de maturation plus avancé.
Fiche de Jean Pelissier:
Le CITRON, Ning Meng.
Le citron, « citrus limon », Ning Meng 柠檬 en chinois est un agrume issu du citronnier.
Le citronnier est un arbuste de 5 à 10 m de haut, à feuilles persistantes, de la famille des Rutacées.
Il est cultivé depuis plus de 3000 ans, d’abord en Chine, dans les contreforts du Cachemire, puis en Inde. Il arriva ensuite en Grèce pour s’implanter dans tous les pays du pourtour méditerranéen, et finir à Menton, la ville du citron !

le citron

D’abord appelé « limon », en Italie il devint « limone » qui vient de l’arabe « li mun ». Cela a donné le « limoncello » italien et notre limonade. Citron lui, vient du latin « citrus ».
Il existe deux catégories de citrons : les jaunes et les verts, encore appelés lime.
C’est réellement et à moindre frais, un « agrume aux dix mille vertus ».
Les médecins antiques l’utilisaient en cas de grippes, de fièvres, de morsures de serpents ou pour éviter certaines épidémies. Au moyen Âge, grâce à sa vitamine C, il permettait d’éviter le scorbut des marins, mais aussi, permettait de conserver les aliments sur un bateau. Les rats sont loin d’en raffoler ! 
Nous allons voir que c’est un extraordinaire détoxifiant du corps et comme tendrait à le montrer les recherches actuelles, un produit capable de freiner la multiplication des cellules cancéreuses !
Saviez-vous que le citron est beaucoup plus sucré que la fraise. Il contient en effet 8gr de glucide/100gr alors que la fraise en contient 7gr/100gr. C’est l’acide citrique qu’il lui fait cacher son jeu !
C’est un excellent agrume que l’on devrait prioritairement consommer en début de printemps, la « saison du Foie ». À condition d’en respecter les quantités, la saveur acide, qui est justement à mettre en relation avec le logiciel Foie, permet de stimuler celui-ci.
Un clin d’œil avec une citation « acide » de Sacha Guitry qui a dit : « Elle a l’air d’avoir été sculptée dans un citron, de sorte que, quand elle se presse l’esprit, le citron s’entrouvre au-dessous du nez et les paroles qui coulent sont acidulées ».
Une autre plus poétique. Dans « Guignon » de Mallarmé :
« Toujours avec l’espoir de rencontrer la mer
Il voyageait sans pain, sans bâtons et sans urnes
Mordait au citron d’or de l’idéal amer ».
Que dit la médecine chinoise ?
Le citron, Ning Meng 柠檬 est de saveur Acide et de nature Neutre à Fraîche.
Sa nature lui permet ainsi de « rafraîchir la chaleur » et de « refroidir le sang », mais aussi de « neutraliser les toxines de l’inflammation ».
La saveur acide quant à elle est à mettre en relation avec le Foie. Prise en petite quantité, elle permet de « régénérer les liquides organiques ». Cette saveur est astringente et « retient ».
Quand vous mettez du jus de citron dans la bouche, les muqueuses se rétractent. Il en est de même pour la « malheureuse huître », pour savoir si elle est bien vivante !
Les méridiens organes cibles sont ceux :
- de l’Estomac, 
- du Foie,
- du Poumon. 
Ces actions selon les compendiums de pharmacopée chinoise de :
- Régénérer les  liquides organiques. 
- Arrêter la soif.
- Disperser la canicule. 
- Harmoniser l’Estomac. 
- Dissiper le Tan, les mucosités (surtout au niveau du Poumon). 
- Calmer le fœtus.
Toujours selon la médecine chinoise, Ning Meng traite la soif, la bouche sèche, les fièvres caniculaires, l’agitation, les vomissements gravidiques, la toux avec Tan.
Le citron permet de dissiper efficacement les mucosités, le Tan avec une toux  productive grasse et jaune, liée à une inflammation du Poumon.
Très important. On peut prendre à jeun le matin, l’équivalent d’un demi-citron, dilué dans de l’eau chaude, dans un peu moins d’un verre à moutarde.
La chaleur permet de disperser les effets du citron vers les méridiens et organes cibles, alors que le froid « contracte ».
Ce breuvage permet de prévenir les calculs rénaux et biliaires, ainsi que les infections urinaires. Il permet aussi de combattre les douleurs articulaires, l’arthrite et la goutte. Il permet aussi de déclencher le péristaltisme intestinal, favorisant ainsi l’évacuation des selles.
Ce même breuvage  peut être pris deux à trois fois par jour pendant neuf jours dans les périodes critiques, par exemple aux changements de saison pour se prémunir des attaques externes.
Cela permet ainsi de prévenir la grippe, les rhumes, en augmentant les défenses immunitaires. Mais aussi les gastro-entérites, car c’est un désinfectant de l’estomac. Cette boisson peut aussi fluidifier le sang.
En cas de mal de gorge, on se gargarise avec du jus de citron toujours dilué dans de l’eau chaude, mélangé avec un peu de miel. Ce breuvage a alors d’importantes propriétés antiseptiques.
Agissant sur le Foie qui est le lieu en médecine chinoise de « tous les tics et les tocs » de l’organisme, quelques gouttes de citron quand on a envie de fumer, est un excellent moyen de stopper la dépendance.
Que disent les recherches modernes ?
On pourrait en écrire des livres entiers tant ce fruit est important. Retenons que le citron contient de l’acide citrique qui a la propriété de se dégrader très rapidement, dès l’entrée en bouche. Cet acide est alors éliminé par les poumons sous forme d’acide carbonique, laissant des sels minéraux alcalins dans le corps. En particulier du potassium, très vite disponible, indispensable pour le bon fonctionnement du Cœur et du système nerveux.
Il permet aussi d’apporter du magnésium, du fer et du Fluor.
Il contient évidemment, beaucoup de vitamine C qui est protégée dans son milieu acide.
Notons l’effet protecteur très efficace de par les flavonoïdes (vit. P), vit. B et Vit E qu’il contient.
Tout est bon dans le citron, à condition évidemment de se procurer des citrons issus de l’agriculture biologique, en particulier si on est amené à consommer les noyaux, qui ont tendance à concentrer les pesticides et la peau.
Il y a :
- Le zeste de citron qui contient des pectines capables de faire baisser le taux de cholestérol et qui renforcent l’étanchéité des vaisseaux capillaires. Il permet ainsi de prévenir les maladies cardio-vasculaires. Notons que le zeste doit être ajouté cru dans un plat pour avoir un maximum d’effets.
- La partie blanche (un peu comme dans l’orange) peut être très épaisse. On l’appelle albédo. Elle favorise la digestion et dissout le Tan en MTC. Elle permet de lutter contre le mauvais cholestérol et « raffermit » le bon. Mais aussi elle a des effets anti-inflammatoires et anticancéreux. Il est dit qu’une consommation régulière de cette partie blanche diminue le risque d’accidents vasculaires cérébraux. D’autre part elle a des vertus laxatives douces.
- Les pépins contiennent des substances capables de prévenir les tumeurs en particulier de la bouche et du colon. Mais ses propriétés iraient encore plus loin, en s’opposant à la multiplication des cellules cancéreuses.
Du fait de son pouvoir alcalisant, le citron permet de chasser la mauvaise haleine.

citron et miel pour la santé

Il est  reconnu en occident comme étant un antiseptique majeur, mais aussi un antiviral.
Des cataplasmes faits à partir de la pulpe  peuvent être utilisés pour soigner les abcès, les furoncles et autres infections de la peau.
Dans la médecine traditionnelle arabe, on l’utilise contre l’eczéma en  le mélangeant à l’huile d’olive. Le jus permet de nettoyer les blessures et les brûlures provoquées par les piqûres d’insectes.
Du jus de citron mélangé à de l’huile d’olive permet en massage local de lutter contre les douleurs articulaires et de conserver les articulations souples.
Le citron aide à traiter les insuffisances hépatiques et biliaires. Il protège le Foie. Il permet de supprimer rapidement les substances toxiques contenues dans le sang et le foie tel que l’alcool. Il traite aussi les insuffisances pancréatiques.
On peut s’en servir en cas d’anémie, ou de taux d’hémoglobine trop bas.
Il a fait aussi ses preuves en cas de présence de « Candida albicaens ».
En cosmétologie, grâce aux vit. B1 et B2, et C qu’il contient, il a un effet antioxydant très puissant et favorise le métabolisme des cellules de la peau, empêchant l’apparition de tâches. C’est un anti vieillissant notoire.
Mode d’utilisation.
Le citron peut être consommé cru, en jus, en décoction, et évidemment entrer dans de multiples préparations culinaires.
Il peut même dans certains cas être pris entier avec la peau, à condition évidemment qu’il soit « Bio ».
La quantité quotidienne est difficile à définir.
Pour la majorité des personnes, un demi-citron amène exactement la quantité « d’acide » qu’il faut pour « tonifier le Foie ». On peut aller jusqu’à un citron. Attention au surdosage, car trop d’acide finirait par « blesser le foie » et déclencher entre autres, une souffrance des tendons, mais encore bien d’autres maux.
Pour avoir toutes les vertus du citron, il faut qu’il ait été cueilli à maturité sur l’arbre. A l’heure actuelle ils sont trop souvent cueillis vert, puis  mûrissent ensuite artificiellement.
Il faudra choisir des citrons jaunes ou verts (limes) « lourds » et bien fermes. Veillez à ce que l’écorce soit d’un « jaune pétillant ». Éviter les citrons à épiderme rugueux, car ils renferment beaucoup moins de jus.
Ils peuvent se garder une à deux semaines à température ambiante. Une fois le citron coupé, il est recommandé de le consommer rapidement sous peine de voir sa vitC s’évaporer très vite au contact de l’air.
Le citron peut remplacer très avantageusement le vinaigre dans nos salades.
Dans les épiceries arabes, chinoises et autres, on trouve des bocaux de citrons en saumure, ou citrons confits. Ce sont des citrons entiers plongés dans de l’eau salée dans lesquels ils vont macérer.
Cette préparation permet d’avoir tous les effets de la peau, du « blanc » et des pépins, car tout se mange alors. C’est un met de choix pour les tagines.
Recette de nos campagnes : « prendre un citron. Plantez dedans un grand nombre de clous de girofles et mettez le tout dans une armoire. C’est un excellent antimite et donne une  odeur agréable au linge.
Quand on en consomme pendant un repas, il aide à la digestion en favorisant le travail des différents organes digestifs.  En dehors des repas, il a essentiellement une action de nettoyage.


Au Japon, on coupe l’écorce en fines lamelles dans de très nombreux plats comme les salades, les légumes, les soupes, les œufs brouillés.
L’ajout de quelques gouttes de citron dans la pâte brisée la rend plus tendre et moins élastique, car l’acide citrique désagrège le gluten, protéine de la farine.
Le citron est un excellent conservateur naturel, que ce soit pour les légumes, ou d’autres fruits. Toujours en rajouter quelques gouttes dans une salade de fruits, pour qu’elle ne s’oxyde pas.
Contre-indications 
Le jus de citron est déconseillé en cas d’ulcère, de gastrite ou de reflux gastro-œsophagien.
Attention de ne pas en consommer en même temps que des médicaments contenant de l’aluminium  comme certains antiacides, car il tend à le fixer dans le corps.
Le citron sur la peau est photo sensibilisant. Une exposition au soleil risque de favoriser l’apparition de taches.
En croquant trop souvent dedans, on risque de fragiliser la dentine, l’émail de la dent. Même si une petite quantité permet de blanchir la dent.
Et évidemment, éviter la surconsommation, car cela se retournerait contre l’organisme.
Conclusion
Dans la pharmacie du Bon Dieu, le citron joue un rôle central.
Évidemment, il ne faut pas en rajouter dans son thé, sous peine d’occulter les vertus thérapeutiques des thés chinois.
Si en en met dans de l’eau chaude, il entre dans la quantité des liquides que vous devriez consommer dans une journée, soit en moyenne un litre par jour en petites quantités fractionnées.
Un Zeste d’humour pour finir. À force de se presser le citron, on finit par ne plus avoir de jus. Et du coup on n’a plus rien dans l’citron !!!

La BANANE, Xiang Jiao

Fruit de l’été par excellence, la banane se dit Xiang Jiao, 香蕉 en chinois.
Elle provient donc du bananier, qui n’est pas du tout un arbre, mais en quelque sorte une herbe géante qui peut atteindre 7-15 m de haut. Son « tronc » est une superposition de feuilles enroulées en cornets. La véritable « tige » étant souterraine : c’est un rhizome traçant qui produit de nouvelles pousses.

la banane : diététique

Les bananiers cultivés appartiennent aux espèces « musa acumanita » et « musa balbisiana ».Xiang Jiao est originaire de Chine du Sud et d’Asie tropicale. On en trouve encore quelques espèces sauvages, non comestibles, car les fruits contiennent de grosses graines et très peu de chair.
C’est un des premiers fruits à avoir été « domestiqué ». Comme il ne supporte que très peu les longs voyages, il a fallu attendre le début du 20e siècle et l’apparition des transports rapides, pour qu’il apparaisse sur nos étals.
Parmi les centaines de variétés, on peut citer deux grandes catégories de bananes : les bananes à chair sucrée consommée comme un fruit. C’est celle que l’on va étudier ici. Les bananes riches en amidon que l’on appelle « bananes à cuire » ou « bananes plantains ». Elles sont alors utilisées comme légume.

Pour mémoire, le bananier ne donne naissance qu’à un seul « régime » par an, mais celui-ci peut regrouper jusqu’à 300 fruits. Son nom serait d’origine arabe qui signifie « doigt » !
C’est un peu grâce à Joséphine Backer, avec sa « jupe-banane » qui a mis au goût du jour ce fruit aux vertus extraordinaires.
À ce propos, le profil de la banane est très évocateur. Au 18e siècle, le père Labat affirme c’est la banane et non la pomme qui fut le fruit défendu du paradis !
Dans un autre registre, Paul Vialard a dit : « Il y a trop d’embûches, trop de gens sur votre chemin qui ont intérêt sous vos pas à glisser une peau de banane » !
Que dit la médecine chinoise ?
Xiang Jiao, la banane est de saveur Douce et de nature Froide.
Rappelons-nous que le Doux tonifie, nourrit, fortifie le corps. Cette saveur peut aussi humidifier, relâcher les tensions musculaires et calmer le stress. À condition bien sûre de ne pas en abuser auquel cas cela se retournerait contre l’organisme.
Sa nature Froide, comme son nom l’indique rafraîchit le corps. C’est un fruit qui est idéal quand le temps et chaud et sec.
Les méridiens-organes cibles sont ceux:
- De la Rate, 
- de l’Estomac, 
- du Poumon, 
- du Gros intestin.
Ces principales actions sont :
- d’enlever la « chaleur » et d’humidifier les intestins, 
- d’humidifier le Poumon, 
- d’arrêter la toux, 
- de nourrir l’Estomac, 
- de générer les liquides organiques.
*Ainsi la banane permet de régénérer les liquides organiques indispensables au bon fonctionnement du corps.
Deux exemples d’utilisation en MTC : après un épisode grippal ou autre cause d’accès de fièvre, l’augmentation de la température du corps peut se transformer en « perversité Feu » qui assèche les compartiments liquidiens entraînant de la soif, une sécheresse des lèvres et de la gorge, autant de signaux d’alarme qu’émet l’organisme.
Dans un autre cas, en plein été, la canicule peut pénétrer à l’intérieur de l’organisme. Si elle y reste trop longtemps, cela va déclencher les mêmes symptômes. C’est ce qu’on appelle le « coup de chaleur ».
Dans ce type de situation, il conviendra alors de consommer 2 à 3 bananes nature par jour, jusqu’à ce que les symptômes disparaissent.
*La banane permet d’humidifier les poumons. C’est donc le fruit à prendre régulièrement dans les climats chauds et secs.
Nous savons d’autre part que la fumée de cigarette dessèche très fortement les liquides organiques de l’organisme, entraînant ainsi un vieillissement précoce. La banane peut momentanément être un très bon antidote contre ce type de symptômes.
Poumons et Gros intestins sont étroitement reliés en MTC, un assèchement de l’un peut déclencher un assèchement de l’autre. L’inverse est tout aussi vrai. La banane est un très bon laxatif naturel, mais aussi un anti-inflammatoire des voies abdominales basses.
De plus, par son action « humectante » sur le Poumon, c’est aussi un très bon antitussif en cas de toux sèche, que cette toux soit due à un climat sec, ou à ce que l’on appelle une faiblesse du Yin des Reins souvent liée au stress.
Dans ce cas, on peut cuire à l’étuvé deux bananes avec un peu de sucre poudre, une fois par jour pendant neuf jours.
En MTC, la chaleur au niveau du Gros intestin peut être à l’origine de l’apparition de fissures anales, ou d’hémorroïdes sanguinolentes. Là aussi la banane est excellente pour lutter contre ces symptômes.  Cuire alors à l’étuvée deux bananes avec la peau. Ensuite, on en consommera la chair.


La banane est très bon pour la gueule de bois. Après un lendemain de fête trop arrosée faite bouillir de la banane avec du miel. La banane calme l’estomac et le miel booste le taux de sucre dans le sang et vous fait reprendre vos esprits.
Vous venez de vous faire piquer : frottez la zone avec l’intérieur d’une pelure de banane pour atténuer gonflement et démangeaison.
Un remède de « buena fama » : appliquer le côté jaune d’une peau de banane sur une verrue. Faire là tenir avec une compresse et garder quelques heures. Répéter deux ou trois fois s’il le faut. Les résultats sont souvent spectaculaires.
Que disent les recherches modernes ?
Les recherches modernes ont montré que la banane avait une très forte capacité antioxydante. On lui reconnaît à ce titre de nombreuses vertus préventives au niveau de certains cancers et  maladies cardio-vasculaires. Consommer très régulièrement des bananes diminue d’environ 40% le risque de crise cardiaque.
C’est aussi un excellent fruit pour les hypertendus.
Très riche en glucides, en vitamine B, en potassium et magnésium, la banane se digère très facilement. C’est un des  premiers fruits à recommander lors de la diversification alimentaire des jeunes enfants.
Grâce au tryptophane, protéine que le corps convertit en sérotonine, on peut dire que c’est un fruit antidépresseur. De même, la vit. B qu’elle contient peut détendre le système nerveux.
Très riche en fer, elle augmente la production d’hémoglobine dans le sang.
Très riche en fibre, elle permet d’améliorer le péristaltisme intestinal.
C’est un anti-acide naturel qui peut soulager les brûlures intestinales et stomacales.
Riche en vit. B6 qui se combine au potassium et au magnésium, la banane vous aide à moins ressentir la sensation de manque de nicotine.
Il faut savoir que deux bananes fournissent assez d’énergie pour effectuer un effort de 90’ en séance d’entraînement !
Mais aussi pour les adolescents en période d’apprentissage. Le potassium renforce les pouvoirs du cerveau.
Mode d’utilisation.
La banane peut être consommée crue, cuite à la poêle ou au four, à la vapeur, bouillie…
On doit donc la consommer prioritairement en été du fait de sa nature Froide. Mais aussi en automne. Rappelons-nous que cette saison appartient au Poumon en MTC et que l’élément qui lui correspond est le métal. C’est en cette saison que le Poumon peut très vite s’assécher générant ainsi des toux sèches plus ou moins chroniques.
Prenez l’habitude de les consommer issue de l’agriculture biologique. Au moment de l’achat, il faut qu’elles soient fermes, uniformément jaunes. Il ne faut surtout pas les conserver au réfrigérateur.
Quand elles sont pelées, la consommer très rapidement pour éviter qu’elles noircissent. Dans un dessert, vous pouvez y rajouter du jus de citron pour empêcher ce « mûrissement » naturel.
Contre-indications 
Elles sont importantes et il convient de bien les connaître.
Vous devez ainsi en consommer avec grande modération en cas de faiblesse de l’énergie de la Rate qui je vous le rappelle est le chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire. Les symptômes principaux sont alors des selles molles chroniques, des diarrhées, de colites chroniques.
En excès, elle peut aggraver des crises d’arthrites préexistantes par une augmentation de « l’humidité interne ».
Ne pas consommer en cas de toux grasses avec expectoration. L’indication n‘est que pour les toux sèches.
De même en cas  de néphrite aiguë ou chronique.
Conclusion
Certes, ce fruit va à l’encontre de la règle : «  fruit de saison et de région ». Mais au vu de toutes ses vertus bénéfiques, nous pouvons totalement le faire entrer dans nos alicaments à condition, bien évidemment de tenir compte des contre-indications.

la banane en médecine chinoise

Mais aussi en l’adaptant à notre climat intérieur aussi bien qu’extérieur. Il est évident qu’il faut éviter d’en consommer de manière excessive en plein hiver, sauf signe de chaleur interne liée par exemple à une maison surchauffée.
Tout est une question de logique et de ressenti. Soyons donc à « l’écoute de notre âme », à condition  de s’en donner les moyens.
N’oublions pas la règle de la mastication : la banane ne peut avoir toutes les vertus précitées que si elle est mâchée encore et encore, jusqu’à la réduire en bouillie dans la bouche.
Un peu d’humour : « Un homme glisse sur une peau de banane devant dix personnes. S’il rit c’est de l’humour. Dix personnes glissent sur dix peaux de bananes devant un homme. S’il rit, c’est de l’imprudence ».

Selon la théorie des signatures, la banane a une forme de sourire. Or, nous savons qu’elle contient de la sérotonine qui stimule la bonne humeur !
Enfin, en Chine, rêver de banane est un présage d’amour passionné. Rêver de « régime de bananes » profit et prospérité ! Cela risque de vous arriver après la lecture de ce texte…

LA POMME, Ping Guo. Jean Pelissier.

la pommes en MTC

La Pomme, un des fruits les plus connus au monde, s’appelle Ping Guo, 蘋果en Chinois.

C’est donc le fruit du pommier, ou plutôt un « faux fruit », au même titre que la poire. Elle ne se développe pas directement par le pistil de la fleur. En réalité le fruit du pommier est uniquement la partie centrale contenant les pépins.
Elle fait partie de la famille des Rosaccées, « Malus domestiqua ». Le nom de « pomme » vient du Gallo-Romain « poma » qui a donné « pomum » en latin.
Le pommier naturel donne des fruits immangeables, du fait de leur amertume et leur âpreté. Cependant, ils font la joie des sangliers et des cochons. Les pommiers dits « domestiques » sont issus d’Asie centrale et occidentale. Ils poussent principalement dans les climats tempérés, ce qui en fait déjà un fruit du « juste milieu ».
Il y en a plus de 7500 variétés !

L’autre nom latin de la pomme est « malum ». Nom peut-être à l’origine de la forte charge symbolique portée par ce fruit.
Ainsi, nous avons le « fruit défendu » qu’Ève a fait manger à Adam. Flaubert a dit : « Quand on songe que le Christianisme a pour base une pomme ! »
C’est aussi la « Pomme d’Or » des Jardins des Hespérides, gardée par un dragon et cueillie par Héraclès.
C’est aussi le symbole d’une pomme où nous mordons peut-être trop souvent à pleine dent, celle de la compagnie des ordinateurs « Apple » et leur fameux sigle à la pomme « croquée ».
On a souvent assimilé la pomme à l’image du pentagramme, symbole de la déesse mère. La fleur du pommier contient cinq pétales et son fruit loge ses pépins dans une structure à cinq branches.
Quelques citations pour nous dérider :
« Des millions de gens ont vu tomber une pomme. Seul Neuwton s’est demandé pourquoi ».
En Angleterre, il est coutume de dire un célèbre diction : « Une pomme par jour éloigne le médecin ! ». Mais Churchill a dit : « Une pomme par jour éloigne le médecin, pourvu que l’on vise bien ».
Plus poétique : « Chaque pomme est une fleur qui a connu l’amour ».
Que dit la médecine chinoise ?
La pomme a une saveur Douce-Acide et une nature Fraîche.
Rappelons-nous qu’un aliment de goût sucré, bien qu’il soit catégorisé comme Yang, exerce toujours une action de tonification sur le Yin aussi bien que sur le Yang et que les aliments de nature fraîche ont tendance à neutraliser les toxines de la « chaleur » et de « refroidir le sang ».
Les méridiens et organes destinataires sont ceux de :
- la Rate, 
- l’Estomac, 
- le Poumon.
Ses actions en médecine chinoise sont de :
- Générer les liquides organiques.
- « Lubrifier le Poumon ». 
- Disperser la chaleur caniculaire.
- Ouvrir l’estomac.
- Réguler la Rate-pancréas.
- Atténuer les méfaits de l’alcool.
- Arrêter les diarrhées. 
La pomme est un des rares fruits capables d’agir aussi bien sur des diarrhées chroniques, mais aussi de traiter la constipation.
En effet, très souvent un épuisement de l’énergie de la Rate peut générer des selles molles pluriquotidiennes.
Les causes de cet épuisement sont multiples. On pourrait citer ainsi l’excès de travail intellectuel, l’excès de sport, une alimentation inappropriée, une prise de cannabis excessive, etc. La pomme est un très bon « reconstituant » de la Rate, chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire. Il vaudrait mieux alors consommer des pommes cuites ou séchées.
Prendre ainsi 15gr de pommes séchées que l’on doit mastiquer très longtemps. On peut aussi faire bouillir une  pomme avec la peau, comme une décoction, puis en boire le jus et manger la chair.
En cas d’une constipation due à une sécheresse des liquides organiques, très souvent accompagnée de ballonnements intestinaux, la pomme en tant que tonique de l’énergie de la Rate sera excellente à consommer. Il faudra alors préférer les pommes crues à raison de deux par jour ou alors sous forme de jus naturel.
La pomme est excellente en cas de toux ou de gorge sèche, surtout quand il y a présence de soif. En cas de toux sèches chroniques, il conviendra de consommer 250gr de pommes par jour, en choisissant les plus douces et ce pendant une semaine.
Dans les familles chinoises, on dit que la pomme à une action sur le Shen, le mental. En consommant une pomme avant de se coucher, ou deux pommes par jour, cela apaise l’esprit et agit sur les problèmes d’insomnie.
De même, il est très important de consommer régulièrement des pommes dans les périodes de convalescence ou quand le corps a été affaibli, après une grippe par exemple.  Elles permettent entre autres de retrouver l’appétit et de reconstituer l’énergie.
Dans certaines régions de Chine, il existe ce que l’on appelle « le jour de la pomme ». Une fois par semaine, il est donc de coutume de ne consommer que des pommes, crues ou cuites. Cela aide non seulement à tonifier la Rate, et par là cela aide à l’élimination du Tan, des graisses. Mais cela permet aussi de « laver » la vésicule biliaire.
En effet, la pomme a comme propriété de dilater les voies biliaires et de lutter contre les stagnations du Qi du Foie. À ce titre, elle a des effets excellents contre les maux de tête. Une recette parmi d’autres : « prendre une pomme avec la peau, accompagnée d’une pincée de sel, en guise de petit déjeuner. Ne consommer ensuite qu’un peu de thé noir (Pu Her) chinois  ».
Depuis des temps très reculés, la pomme avec un peu de miel a toujours été un excellent remède pour prévenir et lutter contre les troubles cardiaques. En occident, on dira qu’elle contient beaucoup de potassium.
Que disent les recherches modernes ?
La pomme contient beaucoup d’antioxydants, comme la Quercétine, la cathéchine etc.. Il faut savoir que ces antioxydants sont deux à six fois plus concentrés dans  la pelure de pomme.
De même  la peau contient plus de flavonoïdes que la chair.  Les flavonoïdes sont des pigments responsables de la coloration des fleurs et des fruits. Les études épidémiologiques suggèrent un effet protecteur des pommes  contre les maladies cardio-vasculaires et certains cancers.
Elle contient de l’acide malique qui a comme propriété de dissoudre les stagnations de bile dans le foie. D’autre part, cet acide neutralise l’acide urique permettant d’avoir une action très intéressante sur les problèmes de goutte, d’arthrites ou certains rhumatismes.
Reprenant ce que dit la tradition, à savoir que la pomme « humidifie le Poumon », deux à trois pommes par semaines peuvent permettre de venir à bout de crises d’asthmes récurrents et de toux sèches chroniques.
Une action non négligeable : quand on « croque » une pomme, cela favorise un massage des gencives qui permet de prévenir les problèmes de gingivite ou de parodontite.
Les très nombreux antioxydants qu’elle contient, ainsi que sa capacité à régénérer les tissus,  font de la pomme un excellent produit cosmétique. Deux recettes très simples :
-« On mixe deux pommes, on applique le tout sur le visage et on laisse poser 20 minutes. On rince soigneusement à l’eau froide avant d’appliquer sa crème de jour habituelle ».
-« Il nous faut : une pomme, un verre de lait, une cuillère à soupe de farine, une cuillère à soupe d’huile d’amande douce. On lave la pomme, on lui ôte son cœur et on la coupe en morceaux. On la fait cuire dans du lait. On la réduit en purée, on ajoute la farine et l’huile d’amande douce et on mélange le tout jusqu’à obtenir une pâte homogène. On applique la préparation sur le visage. On laisse poser 20 minutes puis on rince ».
Mode d’utilisation.
La pomme peut se consommer crue, en jus, en compote, cuite, séchée, en décoction. Le jus fermenté de pomme va donner le cidre. Le distillat de cidre nous donnera le « petit verre de calva » !
Les fruits doivent être bien fermes, sans traces de pourritures.  Si on désire les consommer avec la peau, il convient de prendre des pommes issues de l’agriculture biologique. Effectivement, elles n’auront pas la brillance et la rougeur luisante de la pomme empoisonnée de Blanche Neige, mais elles n’en seront que meilleures.
Comme dit André Breton : « Pour être ridée, une bonne pomme ne perd pas sa bonne odeur ».
Il faut savoir que le jus de pomme fraîchement pressé contient plus de composés phénoliques qui sont très efficaces pour prévenir entre autres, le cancer du côlon et lutter contre les dommages du « stress oxydatif ».
Si on doit agir sur les liquides organiques en cas de « feu interne » lié à un excès d’alcool, à une insolation entraînant entre autres de la constipation,  il faut consommer la pomme crue, ou en jus biologique.
D’une manière générale, il conviendra de choisir les pommes les moins acides possible.
Une  infusion à base de pelures de pomme préparées en infusion avec un filet de jus de citron et du miel (idéal s’il est à la fleur de pomme) est calmante et antistress.
Enfin, fabriquez vous-même des tranches de pommes séchées, même si vous n’avez pas de déshydratateur.  Vous enlevez le cœur, coupez en lamelles votre pomme et enfourné le tout  à 50° pendants 6-8h.
Contre-indications 
Attention de ne pas faire une trop grande consommation de pommes. N’oubliez pas qu’il existe d’autres fruits !  Cela risquerait de générer des stagnations d’énergie, entraînant par là même douleurs et distensions abdominales.
De même pas trop de pommes en cas de diabètes.
Prenez garde aux fruits abîmés qui peuvent contenir un champignon, la paruline, qui peut attaquer le système nerveux s’il est pris en forte dose.
Il convient que les enfants souffrant très facilement du « ventre » ne fassent pas de ce fruit, leur aliment de prédilection.
Conclusion
La pomme a été depuis des temps immémoriaux, d’un engouement hors du commun, tant au niveau de sa valeur nutritive, de ces vertus médicinales, que de sa charge symbolique.
Cependant, il convient de mettre en application les "nuefs règles de diéttiue". Par exemple, celle de ne pas consommer de fruits après un repas, ou l’application de la règle des trois heures, dite « anti grignotage ».
Pour en terminer avec ce fruit emblématique des Beatles : « Oh, gamin haut comme trois pommes, ce n’est pas parce que je n’adhère pas obligatoirement à la pomme d’Apple que pour autant s’installera entre nous la pomme de la discorde. Et si tu devais en tomber dans les pommes, ce serait pour ta pomme ».

LA MANGUE, Mang Guo.Jean Pelissier.

la mangue en diététiqueLa mangue, Mang Guo, 芒果 est le fruit du manguier, qui est un arbre tropical originaire de l’Inde. On l’appelle aussi « Mango » ou « Mangotine ».
Il fait partie de la famille des Anacardiaceae, famille qui produit aussi les noix de cajou, la pistache.
Le manguier s’appelle « Mangifera indica ». Son feuillage est persistant, dense et vert foncé.
On considère que sa domestication remonte à plus de 4000 ans avant notre ère. En Inde il est considéré comme le « roi des fruits ».
Il en existe plus de 2500 variétés. Il peut  peser entre 300gr et 2kg.
Selon la tradition, Bouddha aurait reçu de la courtisane Ambapali un verger de manguiers pour y méditer et pour se faire quelque argent, pour poursuivre sa voie.

Il faut savoir que c’est le sixième fruit le plus produit au monde après la banane, le raisin, l’orange, la pomme et la banane plantain.
Un proverbe africain : « Le premier à se lever le matin ramasse toujours les mangues les plus jolies ».
Un autre proverbe, celui haïtien : « Si tu attends sous le manguier, la mangue peut tomber ».
Que dit la médecine chinoise ?
Mang Huo, la mangue est de saveur douce et acide et de nature fraîche.
Nous savons que la saveur acide « contient la sueur, arrête la diarrhée et régénère les liquides organiques en particulier ceux de l’estomac ».
Au Burkina d’où je reviens, ils ont l’habitude de la servir en rajoutant dedans un peu de citron vert pour renforcer cette action.
Les méridiens-organes cibles sont ceux:
- de la Rate
- de l’Estomac.
La mangue a comme principales actions de :
- tonifier l’estomac,
- arrêter les vomissements
- dissiper la soif,
- favoriser la miction,
- de clarifier le foyer moyen, 
- d’abaisser le vent interne.
Dans le Shi Xing Ben Cao, il est dit : « La mangue traite l’absence de communication des méridiens chez les femmes et la non-circulation dans les vaisseaux sanguins chez les hommes ».
Il est dit en MTC que « l’estomac déteste quand il y a une stagnation d’aliments et de liquides à son endroit ».
Cela favorise des états de nausée, de « remontée à contre-courant de l’énergie » pouvant aller jusqu’aux vomissements.
Ce cas de figure se retrouve très facilement lorsqu’on boit trop de liquides pendant un repas, surtout quand il fait très chaud et humide à l’extérieur.
La mangue en faisant circuler l’énergie et en « harmonisant l’estomac » s’oppose à ce type de situation. C’est d’ailleurs un excellent remède en cas de mal des transports (voiture, mer), mais aussi les « nausées de la femme enceinte ».
On doit aussi en consommer quand il y a trop de chaleur-humidité dans l’estomac, consécutif à des blocages émotionnels ou à l’absorption excessive de produits laitiers et d’aliments gras et frits. Cela entraîne une bouche pâteuse, une sensation de lourdeur dans le corps, souvent des problèmes de sinusite,  une soif permanente et des nausées-vomissements.
C’est un grand fruit favorisant la diurèse, quelle qu’en soit la cause.

En dehors du « vent externe », celui de la nature, il existe en MTC ce que l’on appelle le « vent interne ». C’est un déplacement trop rapide et excessif d’énergie en particulier vers le haut du corps. Cet état est souvent à mettre en relation avec un excès de Yang au niveau du Foie.
La mangue est alors excellente pour traiter les vertiges, en particulier ceux de Ménières et l’hypertension artérielle.
Une consommation régulière permet d’agir sur les problèmes d’oligoménorrhée et d’aménorrhée.
Dans les familles chinoises, on prend une infusion de mangue en cas de toux, de difficultés respiratoires, d’angines chroniques ou d’aphonie.
Mais la mangue peut aussi devenir un excellent masque de beauté : « Prendre deux cuillères à soupe de pulpe de mangue soigneusement hachée, une cuillère à café de miel et une cuillère à soupe d’huile d’amande douce. On mélange bien le tout et on l’applique sur le visage. Après 15’, on rince ce masque. Il est parfait pour tous les types de peau ».
Que disent les recherches modernes ?
Les recherches modernes insistent sur le fait que la mangue contient de très nombreuses fibres.
Elles permettent l’augmentation du péristaltisme intestinal facilitant ainsi l’élimination des déchets, des selles. Ceci est très appréciable, surtout pour les femmes, quand on est dans un pays étranger, quand il fait très chaud.
La mangue, comme la goyave ou le litchi contient une très grande quantité de polyphénols à très grande capacité antioxydante.
Elle protège les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres.
Elle contribue à diminuer le risque des maladies cardio-vasculaires et de certains cancers, en particulier digestifs.
Sa couleur orangée est donnée par les bêta-carotènes qu’elle contient en quantité importante. Ils ont de grandes propriétés antioxydantes et sont précurseur de vitamine A qui a un rôle très important sur la croissance des os et des dents .
La mangue regorge de vitamine C.
Elle est très peu calorique et contient très  peu de sucres.
Mode de préparation.
La mangue est prioritairement consommée en tant que fruit frais, mais on peut aussi la prendre en jus, en infusion. On la trouve aussi sous forme séchée.
Elle peut être incorporée aux salades de fruits, en coulis, en confitures. En Inde, on fait sécher le fruit au soleil, puis on le réduit en poudre dont on se servira comme épice. Elle contient alors un enzyme qui a la propriété d’attendrir les viandes et de favoriser la digestion.
Pour savoir si la mangue est mûre, la peau doit « céder » sous une légère pression des doigts et un parfum agréable doit s’en dégager. Elle peut comporter des taches noir signe d’une maturité avancée.
Vous trouverez facilement sur internet les techniques de découpe.

Sa chaire doit être jaune foncé, onctueuse et sucrée. Si elle est trop mûre, la chaire devient filandreuse. Il ne faut pas consommer l’écorce, car elle contient des substances irritantes.
Un point jaune peut apparaître sur la peau de certains fruits montrant que celui-ci est arrivé à maturation.
Bien qu’elle soit consommée partout dans le monde, elle n’est vraiment délicieuse que cueillie à maturité là où elle pousse. Dans nos villes, elle est importée verte et ne mûrît qu’après. Elle perd alors une grande partie de ses saveurs.
Il ne faut pas la conserver dans le réfrigérateur, car elle ne supporte pas une température inférieure à 8°.
Contre-indications
Comme la mangue met en mouvement « le souffle du vent », c’est-à-dire qu’elle fait circuler le sang et l’énergie, il ne faut pas en consommer en période de convalescences des maladies épidémiques.
Il ne faut pas en prendre après un repas copieux ou qui contient de l’ail ou des aliments piquants, car elle peut engendrer des ictères.
Conclusion
La mangue étant un fruit des pays tropicaux, elle ne pousse évidemment pas dans nos climats tempérés. On doit donc la consommer quand il fait très chaud.

Par contre c’est un excellent fruit à prendre dès que l’on voyage. À Ouagadougou, on en prenait tous les matins au petit déjeuner alors qu’il faisait 40° dans la journée avec une importante hygrométrie.
Et plus que jamais, il faut appliquer ici la règle de diététique qui est « d’éviter de consommer des fruits après un repas, surtout quand il est copieux ».
Un proverbe créole pour terminer : « Les mangues mûres peuvent rester accrochées à leurs branches, les mangues vertes peuvent tomber ». Moralité : il n’y a pas d’âge pour mourir.

LE RAISIN, Pu Tao. Par Jean Pelissier. 

Le raisin est donc le fruit de la vigne, Vitis.
C’est un des fruits les plus cultivés au monde.
Nous nous intéresserons ici au raisin de table, en laissant de côté le « vitis vinifera » qui sert à fabriquer le vin.
Le raisin s’appelle Pu Tao, 葡萄, en chinois.
Originaire d’Asie Centrale et d’Asie Mineure, la vigne sauvage a été domestiquée il y a environ 6000 ans grâce à la découverte de son processus de fermentation qui déboucha sur la fabrication du vin.
Aussi bien en Chine que dans la Rome ancienne, les égyptiens ou les Grecs étaient très friands de raisins frais ou séchés.
Les textes de pharmacopées traditionnelles chinoises vantent depuis des millénaires les pouvoirs extraordinaires de ce fruit de fin d’été.
Quelques citations à son sujet :
Un proverbe juif : « Celui qui a un jeune homme pour maître est semblable à l’homme qui mange du raisin vert et boit du vin doux. Mais le disciple du vieillard mange des grappes mûres et boit du vieux vin ».
Un proverbe berbère : « Le présomptueux devient raisin sec avant d’avoir été raisin mûr ».
Enfin Victor Hugo a dit dans le « chant du crépuscule » : « Tirons de chaque objet ce qu’il a de meilleur : la chaleur de la flamme, le vin du raisin mûr, le parfum de la fleur et l’amour de la femme ! ».
Que dit la médecine chinoise ?
Le raisin est de saveur est douce et acide et sa nature est neutre.

Les méridiens-organes cibles sont ceux :
- du Poumon,
- de la Rate-Estomac,
- des Reins,
- de l’intestin grêle..
Ces actions principales sont 
:
- De tonifier le sang et l’énergie.
- De fortifier les tendons et les os.
- De favoriser la miction.
- De calmer la toux consécutive à une faiblesse du Yin du Poumon.
- De calmer les douleurs rhumatismales dues au « vent-humidité ».
- Il « nourrit le Yin des Reins et du Foie ».
- Il apaise la soif, génère les liquides organiques.
-Il humidifie le Poumon. 
Le raisin est un antirhumatismal notoire.
Nous savons qu’en MTC l’énergie du Foie gouverne les tendons de l’organisme et celle des Reins « les os du squelette ». En régulant ces deux « logiciels organes », on agit directement sur les douleurs rhumatismales. Les Chinois parlent alors de « faiblesse des lombes et des genoux ».
Il a aussi une action puissante sur les problèmes d’arthrites qui « augmentent en cas de climat orageux ».
Ce n’est pas un hasard si c’est un  fruit de fin d’été. En effet, en régénérant les liquides organiques il permet d’arrêter la soif et de s’opposer aux maladies fébriles qui tendent à « assécher » l’organisme.
En cas de faiblesse du Poumon, on peut avoir une perte de voix, la gorge sèche et surtout une toux sèche. C’est un très bon antidote de ce type de toux.
Son effet diurétique est très connu en MTC. Il permet d’éteindre des signaux d’alarme comme les œdèmes, les difficultés urinaires, les urines foncées et peu abondantes.
Dans un compendium de pharmacopée chinoise de plus de 2000 ans, il est dit que : « Pu Tao renforce le Zhi contenu les Reins ».
Cette entité gouverne la volonté mais aussi la mémoire pure. C’est aussi le dynamisme, la détermination, la résolution dans la poursuite de ses objectifs, la puissance de la capacité réalisatrice. Directement relié au Cœur, le Zhi permet d’émettre des « énergies de pensée ».
À la lecture de toutes ces actions, difficile de mettre de côté ce « don de la nature ».
En tant que laxatif doux, il favorise l’évacuation des déchets par les selles.
Contenant une grande quantité de fibres, notamment dans la peau et les pépins, il permet d’augmenter le péristaltisme intestinal et le nettoyage des villosités intestinales.
Il a comme action « d’ouvrir l’estomac », c’est-à-dire de favoriser la future digestion. En tant qu’apéritif donc, il est conseillé de mastiquer 9-10gr de raisins secs une demi-heure avant le repas. Cela permet de tonifier l’énergie de l’estomac, chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire.
Dans les familles chinoises, on sait que consommer régulièrement des raisins secs, ou frais pendant la saison peut traiter l’anémie chez l’enfant, chez la femme enceinte ou favoriser la récupération de sang et d’énergie chez les personnes en convalescence.
Son action sur le Cœur et  le sang en fait un puissant tonicardiaque. Il permet d’apaiser des symptômes comme les palpitations, l’insomnie, les fatigues accompagnées de transpirations nocturnes abondantes.
Son action sur l’énergie du Foie permet d’agir sur la vésicule biliaire et favorise l’élimination des micros calculs.
Son action en cosmétologie n’est pas du tout négligeable.
Si on mixe des raisins et que l’on récupère la pulpe et les graines, on peut en faire un masque. Son action exfoliante douce et éclaircissante redonne clarté et vigueur à la peau.
De même qu’un massage à l’huile de pépins de raisin permet de nourrir, de réguler et de réparer. Il prévient le vieillissement précoce de la peau. Ce massage est aussi idéal à faire quand les cheveux sont fins, sec et abîmés.
Une recette très connue en Chine pour tonifier fortement l’énergie des Reins : « on prépare une solution alcoolique avec 4gr de raisin sec et 4gr de Ginseng. On frictionne ensuite chaque matin la région lombaire avec cette solution ». Cette préparation peut également se boire.
Une autre recette : « Pour agir efficacement sur l’hypertension artérielle, on  mélange 125cc de jus de céleri et la même quantité de jus de raison bio de première pression à froid. On pourra prendre pendant neuf jours d’affilés ce breuvage deux à trois fois par jour ».
Que disent les recherches modernes ?
Le raisin de saison et de région ou le jus de raisin bio prévient la thrombose artérielle en ralentissant la formation de caillots d’origine plaquettaire. Il permet donc de prévenir l’infarctus du myocarde et les accidents vasculaires cérébraux.
Il combat le « mauvais cholestérol ».
Il est très riche en vitamines A, B, C et il contient aussi de très nombreux oligo-éléments.
Chaque grain de raisin est recouvert de pruine, riche en levure.
Il a une très forte activité antioxydante, sachant que le raisin rouge l’est deux fois plus que le vert.
La consommation régulière de raisin, surtout rouge, permet d’avoir un effet préventif sur certains types de cancers en particulier ceux du colon et des globules blancs (lymphome, leucémie).
Une consommation régulière de raisins ou de jus de raisin (un petit verre à chaque fois à température ambiante) permet de réduire les effets secondaires de la chimiothérapie.
D’autres recherches ont pu montrer que la consommation régulière de raisins pouvait augmenter les facultés cognitives d’un individu et donc le raisin pouvait être un allié précieux quant à la prévention de la maladie d’Alzheimer.
Nous avons vu plus haut que la tradition chinoise stipule que « le raisin tonifie le Zhi dans les Reins ».
L’huile de  pépin de raisin pressée à froid est le seul produit alimentaire au monde qui contient des oligoproanthocyanidines (OPC), qui sont considérés comme les antioxydants les plus puissants.
À noter que les huiles pressées chimiquement perdent complètement cette propriété.
Mode de préparation.
jus de raisin en nutrition consienteQuand on choisit une grappe de raisin, les grains doivent être fermes, bien mûrs, car ils ne mûrissent plus après la cueillette. La tige doit être ferme, sans traces de moisissures.
Il ne faut pas s’acharner sur la pellicule blanche qui recouvre les grains, car elle est bonne pour la santé. Par contre si le raisin n’est pas bio, il convient de nettoyer soigneusement la grappe.
Il peut être consommé cuit dans un plat.


Contre-indications
La consommation abusive aussi bien dans la répétition que sur le moment même peut être responsable de l’apparition d’un excès de chaleur-humidité interne ou d’une agitation interne avec des symptômes tels que l’inquiétude excessive.
Pris en excès, le raisin se retourne contre l’énergie de  la Rate-Estomac et peut déclencher des diarrhées.
Conclusion
Il est évident que le raisin doit faire partie de notre panoplie  d’alicaments destinés à réguler notre organisme et prévenir les déséquilibres.
J’en profite ici pour vous mettre en garde sur les effets négatifs que peuvent générer des monos diètes sous forme de cure, en particulier de raisin.
Ne consommer que du raisin pendant une semaine à dix jours peut apporter plus d’inconvénients que d’effets positifs sur la santé.
Les raisons sont très simples à comprendre.
Les raisins actuels sont beaucoup trop acides. Cet excès d’acidité se retourne contre le foie et favorise l’apparition entre autres de tendinites.

L’excès de saveur sucrée risque de déséquilibrer fortement la Rate et de vous mettre dans un état pré diabétique.le raisin en nutrition conscienteEnsuite il y a le problème de la quantité de liquide ingérée, l’équivalent de plus d’un litre qui se rajoute aux boissons quotidiennes, car le raisin donne soif. Quand on connaît les effets secondaires d’une hyperhydratation, ce n’est pas le moyen le plus adéquat de perdre du poids.
Enfin, même si vous le consommez bio, même si vous le rincez correctement, il a été obligatoirement soufré pendant sa croissance. Si au moment de la montée en graine, il a subi cette opération et qu’il n’a pas été lavé par la pluie, ce souffre risque d’être emprisonné dans la grappe et d’y rester. Or l’excès de souffre est très nocif pour le foie.

Bref, il vaut mieux consommer le raisin pendant sa saison, ou prendre de temps en temps des raisins secs ou du jus de raisin plutôt que de suivre ce type de cure.
Une citation de Galilée pour finir : « Le soleil, avec toutes ses planètes qui gravitent sous sa gouverne, prend encore le temps de mûrir une grappe de raisin, comme s’il n’y avait rien de plus important ».


LA PÊCHE, Tao Zi.Par Jean Pelissier.

la pêche en MTC

La pêche, en chinois Tao Zi, 桃子 est un fruit produit par le pêcher, « prunus persica ».
C’est un fruit qui est originaire de Chine. On en retrouve des traces sous la dynastie des Shang (-1570 av. JC).
En suivant la route de la Soie, il est parvenu en Inde, au proche Orient, en Perse.Son nom latin est « malum persicum« , « pomme de Perse » qui a donné pesca, puis « pesche » au 12ème et pêche vers 1740.
En France, elle est cultivée depuis le VIème siècle. C’était le fruit préféré  du Roi Soleil à Versailles. Son jardin n’en comptait pas moins de 30 variétés, dont les plus connues sont « la Belle de Chevreuse« , « la Belle de Vitry » et le « Têton de Vénus« .
En Chine, la pêche et le pêcher sont un symbole d’immortalité. Il est dit que « les Immortels se nourrissent de fleurs de pêche. Le bois du pêcher, bois très noble, permet de « repousser les kouei, les démons« .
Il existe des dizaines de variétés de pêche.
On a celles à chair blanche, plus hâtive et plus savoureuse, mais plus fragile que les pêches à chair jaune. Il existe aussi la » pêche de vigne » qui se caractérise par sa couleur violacée.
On rencontre de plus en plus sur nos étals la « pêche plate de Chine« , Pan Tao encore appelé « fruit des immortels », Xiao Guo.
C’est une mutation de la pêche commune connue depuis plus de 2000 ans en Chine.
Il est de mise, lors de la fête du printemps de décorer sa maison avec une branche de pêcher en fleur pour décorer et amener « chance et bonheur ».
Au Japon, la fleur de pêcher est présente dans les mariages, car elle est synonyme de virginité et de fidélité.
Nous allons voir que c’est un excellent fuit contre tout type de sécheresse interne.
Victor Hugo, dans les misérables disait : « Ne nous pressons pas. Voyez le printemps. S’il se dépêche, il est flambé, c’est à dire gelé. L’excès de zèle perd les pêchers et les abricotiers ».
Que dit la médecine chinoise ?
Tao Zi, 桃子, la pêche est de saveur  Douce et Acide et sa nature est Tiède.
Il faut se rappeler que les aliments de nature tiède pris en petites quantités réchauffent l’organisme, éliminent le froid interne et activent la circulation du sang et de l’énergie.
Ils permettent de reconstituer la vitalité surtout quand ils sont accompagnés de la saveur Douce.
La saveur acide, elle, est astringente. On dit qu’elle « permet de retenir ce qui s’échappe », que ce soit la sueur, le sperme, le sang ou l’énergie. Mais comme toujours, pris en excès, elle se retourne contre l’organisme, le Foie en l’occurrence et « blesse les tendons ».
Les méridiens organes cibles sont ceux :
- du Gros Intestin,
- de l’Estomac.
Les actions principales de Tao Zi, selon les compendiums traditionnels, sont de:
- Nourrir le Yin de l’estomac, c’est-à-dire de s’opposer à la sécheresse des muqueuses responsables de douleurs gastriques. 
- Mais aussi d’aider à la reconstitution des lésions, donc très intéressant dans les cas d’ulcères.
- De générer les liquides organiques.
- D’humidifier la sécheresse du Gros Intestin.
- De « vivifier » le sang.
- de supprimer les accumulations, favorisant par là l’élimination des déchets, du Tan par l’organisme.
Voyons quelques indications :
Par son action lubrifiante et régénérante des liquides au niveau du gros intestin, la pêche permet de lutter contre certains types de constipation dite de « sécheresse ». En particulier celle qui provient de la cigarette.
N’oublions pas qu’en MTC, Poumon et Gros Intestins sont étroitement liés, et que la sécheresse de l’un (toux par exemple) peut déclencher une sécheresse de l’autre (constipation).
Dans certains traités, il est dit que Tao Zi est « le fruit du Poumon« .
En effet, en régénérant les liquides organiques, elle permet de lutter contre certains symptômes d’asthmes chroniques et de toux dites « sèches » ou avec peu de mucosités.
En cas d’épuisement d’énergie des Reins, on peut se trouver devant un symptôme dit de « transpiration dérobée« . C’est une transpiration nocturne qui « glace et colle à la chemise« . La pêche est très bonne dans ce cas.
Le Si Jing dit : « Elle nourrit le Yin, le sang du Foie« . C’est donc un fruit très important dans les cas d’hypertension (je vous renvoie à mon cours sur l’HTA : suivre ce lien).
Dans le Qiao Nan Ben Cao : « La pêche favorise la menstruation et supprime les accumulations de la région du foyer moyen, région épigastrique« .
Une autre propriété non négligeable, c’est son action vermifuge. Cette élimination des oxyures va de pair d’ailleurs avec une action sédative et calmante chez les enfants.
Je vous rappelle que notre diététique actuelle, où saveurs sucrées et excès de liquides prédominent, favorise l’apparition d’un terrain humide et chaud qui fait le lit de l’hyper multiplication de ces petites « bébêtes ».
Son action légèrement diurétique permet de lutter contre les néphrites, les inflammations des Reins.
Dans les « Cahiers de Sinobiologie », j’ai développé les vertus extraordinaires de Tao Ren, l’amande du noyau de pêche et, entre autres son action sur la circulation sanguine.
Que disent les recherches modernes ?
La pêche contient des tanins dits « condensés », des acides chlorogéniques, des flavanols et des anthocyanosides qui sont de puissants antioxydants.
Très riche en fibres, elle favorise ainsi le péristaltisme intestinal et l’élimination des déchets par les selles.
Elle contient aussi des caroténoïdes qui lui donnent sa couleur et de très nombreux minéraux comme le potassium, le phosphore, le cuivre, le Fer, le Zinc et le Magnésium.
Mode d’utilisation.
La pêche se consomme crue, bouillie, à la vapeur, séchée, salée.
Elle entre dans de multiples recettes de gâteaux, en compote, en confiture…
Si vous la consommez avec la peau, il faudra veiller à bien la rincer et plutôt la choisir bio.
Une bonne méthode pour éplucher les pêches, c’est de les plonger trente secondes dans l’eau bouillante et de la rafraîchir sous l’eau froide. La peau s’en va alors toute seule.
Vous pouvez les arroser d’un filet de jus de citron après les avoir épluchés pour conserver leur teinte nacrée.
Il est facile de reconnaître une pêche « mûre à point », non seulement par son parfum très marqué, mais aussi parce qu’elle cède très légèrement à une pression douce du doigt.
Il est préférable de conserver la pêche dans un endroit frais plutôt qu’au réfrigérateur. Si elles ne sont pas cueillies trop tôt sur l’arbre, elles donneront alors toute leur sublime odeur.
Coupées en deux et dénoyautées, vous pouvez les conserver pendant plusieurs mois au congélateur.
Il est évident que les pêches séchées ou en conserve au sirop de sucre seront plus caloriques et contiendront moins de vitamines.
Contre-indications 
Prises en excès, sans mastication, sa nature tiède peut déclencher une « chaleur interne » responsable de l’apparition de furoncles, d’acnés ou d’inflammations cutanées.


En excès, du fait de l’humidité qu’elle génère, cela  pour déclencher des selles molles et des diarrhées.
Les traités de pharmacopée traditionnelle disent que « la pêche ne doit pas être consommée en même temps que de la chair de tortue sous peine de déclencher des problèmes cardiaques », association qui n’est pas très courante sous nos latitudes !
Certaines personnes peuvent déclencher une allergie à la pêche et en particulier à la peau de la pêche.
Conclusion
Voilà un fruit que vous ne devrez pas oublier dans votre panoplie d’alicaments.
Si vous avez tels ou tels symptômes récurrents cités plus haut, vous pourrez en prendre 3 à 4 fois dans la semaine. Sinon, continuez à appliquer la « loi des neuf jours » qui vous incite à varier le plus possible votre alimentation.
Il n’empêche que ce serait un péché que de ne pas prendre de pêche en saison. Ce ne sera pas un péché de gourmandise. Non, non, ne vous fendez pas la pêche!!! Ce n’est pas si facile que cela, que d’aller à la pêche aux mots.

 

Le KIWI, Mi Hou Tao.

pastedGraphic.png

Le Kiwi ou « groseille de Chine », Mi Hou Tao, 獼猴桃 est encore appelé « poire du macaque », ou encore Yang Tao, « souris végétale».
Nous allons voir que c’est le fruit idéal à prendre après les fêtes.
Ce fruit de l’actinidia Sinensis, une plante liane qui peut pousser de plus de dix mètres de longueur.t est originaire du centre de la Chine, où il était considéré comme une plante médicinale à part entière, qui poussait uniquement à l’état sauvage.
« Sa domestication » et sa culture à une grande échelle a débuté au début du siècle.
En passant par la Nouvelle-Zélande, Mi Hou Tao a pris le nom de Kiwi, oiseau typique de ces contrées.
C’est ce qui a amené certains à dire que « le Kiwi est un oiseau ridicule qui pond des œufs poilus et verts à l’intérieur ».
Sa peau est mince, brun jaune ou jaune-vert, couverte de poils fins poussiéreux jaunes. La chaire est tendre, vert pâle, semi-translucide, remplie de petites graines noires. C’est un fruit qui contient beaucoup de jus.
C’est une des plantes les plus résistantes aux maladies, et donc  demande que très peu de traitements.
En Occident, elle est connue comme la « plante de la vitamine C » par excellence.
Un aphorisme à son sujet : « le vert est dans le fruit ».
Que dit la médecine chinoise ?
Sa saveur est Douce et Acide et sa nature Froide.
Je vous rappelle que la saveur douce nourrit, tonifie et favorise la production de liquides organiques, surtout quand elle est combinée à la saveur acide, ce qui est le cas ici.C’est aussi une saveur qui a comme propriété de relâcher les tensions.
Les méridiens-organes destinataires sont ceux : Des reins, de la Vessie, de la Rate et de l’estomac.
Ses actions principales sont : de Clarifier la chaleur, de favoriser la production de liquides organiques, dissiper les amas d’aliments, favoriser la diurèse, débloquer les urines en cas de calculs.
Voyons quelques indications :
*Le kiwi est indiqué dans tous les cas de sécheresse de liquides organiques. Que ce soit en cas de diabète avec envie de boire, de maladies fébriles, de coup de chaleur.Il convient alors de consommer le fruit frais qui aura des vertus désaltérantes et rafraîchissantes, 30 à 60gr de fruit frais trois fois dans la journée.
*C’est aussi un fruit qui tonifie l’énergie de la Rate-pancréas, chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire. On le considère alors comme un digestif.
Il s’oppose aux amas d’aliments qui peuvent stagner dans l’estomac, pourrir et provoquer des nausées ou des indigestions chroniques.
Le kiwi est très efficace en cas de brûlures de l’estomac avec vomissements.
Dans ce cas, il convient de prendre un mélange de 90gr de fruits frais et de 9gr de gingembre frais que l’on écrase. On presse le jus frais et on en boit matin et soir.
C’est donc le fruit idéal après des périodes de bombances culinaires.
*En pharmacopée chinoise, on dit que le Kiwi s’oppose à la « chaleur-humidité » dans la vessie.
Ce type de syndrome désigne, outre les problèmes d’infections urinaires, les lithiases, les calculs de la vessie qui  peuvent bloquer non seulement la miction, mais la rendre douloureuse avec des émissions d’urines chaudes et rouges.
On écrase alors 30 à 60gr de fruit frais que l’on ajoute à une tasse d’eau tiède. On filtre le tout pour obtenir un jus que l’on va boire en trois fois dans la journée.

LA POIRE, Son nom chinois est Li, 梨.

pastedGraphic_1.pngElle serait originaire d’Asie occidentale et de la mer Caspienne. La chine est un des premiers producteurs de poires dans le monde.
Bien qu’on puisse la consommer toute l’année, la poire est avant tout le fruit de l’automne.
N’oublions pas qu’en MTC, Poumons et Gros Intestin sont en relation directe, l’atteinte de l’un pouvant retentir sur l’autre. La sécheresse du Poumon peut être donc être à l’origine de problèmes de constipation.
Dès que l’on souffre de sécheresse dans un endroit quelconque du corps, c’est un des aliments les plus efficaces pour reconstituer les liquides organiques.
Une anecdote en passant. Si vous allez en Chine, ne partagez jamais une poire avec quelqu’un. C’est très mal vu car en chinois cela se dit Fen Li, vocable qui a la même sonorité que « quitter quelqu’un ».
Au Québec il est dit : « Il faut garder une poire pour la soif ».
Que dit la médecine chinoise ?
Les méridiens-organes cibles sont ceux
Ses actions principales sont :
Dans le Gang Mu il est dit : « La poire humecte les Poumons, rafraîchit le Cœur, dissipe les glaires, neutralise les toxiques des furoncles et de l’alcool ».
*En MTC, on considère que si l’on sait hydrater son corps en « petites quantités fractionnées » tout au long d’une journée, on ne devrait jamais avoir soif.
Les causes sont multiples. En effet, on peut avoir un dessèchement des liquides organiques
La poire est alors tout à fait indiquée pour combattre cette soif.
En Chine d’ailleurs il est courant d’utiliser la poire sous toutes ses formes en cas de coqueluche.
*Les médecins chinois considèrent que la poire prévient le cancer de toute la sphère naso-pharyngienne. C’est un très bon « contre feu » momentané contre une consommation excessive de cigarettes dont la fumée dessèche fortement les liquides organiques.
*En cas de « chaleur dans l’estomac » avec une soif très importante, « mettre à tremper une demi-journée avec de l’eau de source fraîche une poire fraîche découpée en morceaux. Les broyer pour en extraire le jus et boire fréquemment en petite quantité ».
*L’application de broyat de poire permet d’éviter l’ulcération et calme les douleurs d’une brûlure.
Ces recherches ont pu montrer que :
*Elle ne contient que très peu de sodium et donc peut être consommée même en cas d’insuffisance rénale importante.
*Ses fibres stimulent très efficacement le fonctionnement des intestins, facilitant ainsi le transit et l’élimination des déchets.
Un transit harmonieux et une évacuation quotidienne des selles permettent d’éliminer les déchets rapidement du corps. Ses fibres permettent bien évidemment de lutter contre les problèmes de constipation.
*En usage interne, la poire peut être consommée crue, cuite à la vapeur, bouillie, en jus, en pâte de fruit, en marmelade, en gélatine.
*En arrosant les poires pelées de jus de citron ou d’orange, on peut éviter qu’elles brunissent très vite à cause du contact de l’air. Cependant il est plus judicieux de les consommer ou de les cuisiner tout de suite après les avoir pelées.
*Recette de « buena fama » : pour faire mûrir rapidement une poire, vous pouvez la mettre dans un sachet en papier avec une banane.
*Pour les jeunes enfants, choisir les poires à peau fine que l’on épluche et mixe après les avoir légèrement citronnées pour éviter qu’elles noircissent. Vous pouvez alors en faire une compote à très haute valeur nutritionnelle. Cette compote est donc excellente quand vos enfants ont une toux sèche.
Les contre-indications sont nombreuses et importantes à connaître. On devrait par exemple éviter d’en consommer en cas :
Voilà un fruit qui est l’exemple type de l’application de la règle de diététique qui stipule de « consommer des fruits et des légumes de saison et de région ».
Enfin, tiré de propos d’Alain : « Se tromper est la rançon de penser. En l’animal la nature environnante s’exprime directement par des actions ; l’animal se meut comme la poire mûrit ».

pastedGraphic_2.pngLa fraise vient du fraisier, Fragaria, qui est une plante herbacée.Fraise vient du latin « fragra » , qui a aussi donné « fragrance » qui fait référence à l’odeur dégagée par la fraise.Saviez-vous que c’est un « faux fruit ». C’est le réceptacle charnu de la fleur qui s’hypertrophie sous l’action des hormones de croissance des petits grains jaunes, les akènes, qui sont les véritables fruits des fraisiers.Il existe des centaines de variétés de fraisiers, mais si vous avez déjà goûté des fraises des bois, ou bien de culture comme la « gariguette », vous vous abstiendrez d’acheter ces grosses fraises chargées d’eau et sans goût, bodybuildées aux engrais.Les fraises des bois sont connues depuis l’Antiquité. Les Romains les utilisaient déjà comme cosmétiques. Le fraisier est originaire à la fois d’Asie, d’Europe et d’Amérique. Une des raisons de cette dissémination est que les akènes, les vrais fruits du fraisier sont facilement ingérés par les oiseaux et ainsi « transportés » aux quatre coins de la terre.Un proverbe chinois dit : « Chaque jour, manger une fraise est favorable à la beauté, renforce le corps, fortifie et nourrit ».Un autre proverbe : « À la Pentecôte, fraises, on goûte.  À la Trinité, fraises au panier ».Enfin, au XVIII siècle, on nommait  fraises «  les tétons de femme ». De là est apparue une des significations « d’aller aux fraises » qui voulait dire flirter.Que dit la médecine chinoise ?Son nom est donc Cǎo Méi草莓La fraise est de saveur Douce et Acide et de nature Fraîche.Nous savons que l’association de la saveur douce avec la saveur acide est très humidifiante. C’est pour cela qu’il ne faut pas en prendre en grande quantité pour ne pas déséquilibrer la Rate qui « déteste l’humidité ».Un aliment de nature Fraîche permet d’évacuer l’excès de chaleur dans le corps, d’humidifier la sécheresse, de régénérer les liquides organiques et de réchauffer le sang.Les méridiens-organes cibles sont :
Cǎo Méi a pour principales actions :
De clarifier et d’humidifier les poumons.
D’humidifier les intestins.
Et de favoriser la diurèse.
Ses indications principales :*En cas de toux sèche, de gorge douloureuse, d’aphonie, souvent dues à des problèmes de sécheresse du Poumon, la fraise peut être très utile.*Poumon et Gros Intestin font partie du même « logiciel-organe » en MTC. Des problèmes de sécheresse du Poumon, par exemple, due à l’action asséchante de la fumée de la cigarette peuvent entraîner une sécheresse du Gros intestin. Cela peut déclencher des problèmes de constipation avec selles sèches et possibilités d’hémorroïdes. Les fraises sont indiquées dans ce cas-là. On peut les classer comme plantes laxatives.*Agissant sur le méridien de la vessie, elle est diurétique. Elle est indiquée lors des problèmes de dysurie, c’est-à-dire de difficultés à uriner ou d’oligurie.*Lorsque l’on consomme trop de sucres rapides, trop de graisses saturées, d’alcool, cela peut déboucher sur un problème de chaleur-humidité au niveau de la Rate. Un des symptômes classiques est la crise de goutte. Une bonne recette : « Écrasez 80gr de fraises, y ajouter du sucre cristallisé et mélangez avec 100ml d’eau chaude. Buvez le tout une fois par jour pendant 9 jours ».*C’est un excellent fruit pour réhydrater et désaltérer en cas de forte chaleur.*Un masque aux fraises écrasées nettoie et rafraîchit votre peau. Ce masque aide à diminuer les rides, à rééquilibrer la peau et à éclaircir le teint. Il est particulièrement indiqué pour les peaux grasses.Vous écrasez une poignée de fraises bien mûres et étalez cette pâte sur le visage déjà lavé. Vous laissez agir le plus longtemps possible, en faisant une séance de relaxation par exemple.Que disent les recherches modernes ?*Elles ont pu montrer que la fraise était très riche en vitamine C, puissant antioxydant, en vitamine A pour les défenses immunitaires, en vitamine Kpour le système nerveux, en calcium et en magnésium.*Elle contient entre autres des anthocyanes bénéfiques pour l’élasticité des artères. Ils sont capables d’inhiber les multiplications cellulaires dans les cas de cancer du côlon, de la prostate et de la cavité buccale.*Elle aide à lutter contre les bactéries et elle est dépurative.*Le sirop de fraises naturellement sucré est excellent pour l’élimination des calculs biliaires.*Sa couleur rouge est donnée par les flavonoïdes, puissants antioxydants. La fraise est minéralisante et alcalinisante, s’opposant à un terrain trop acide qui peut par exemple être la cause de chutes de cheveux, de rhumatismes, de crises de gouttes…Mode de préparationBien évidemment, l’idéal serait de les cueillir soi-même, au petit matin quand les fruits sont gorgés de saveur et qu’elles sont bien fermes.Elles peuvent être conservées 2-3 jours au frais. On ne les lave qu’au moment de leur utilisation, en gardant leur pédoncule pour éviter que le fruit se gorge d’eau.Les recettes sont infinies : crues, cuites, en salade, etc…La confiture de fraise a la propriété de ne perdre que très peu les effets antioxydants de la fraise (bio avec le moins de sucre rajouté !).Contre-indications*En cas de faiblesse de la rate avec des selles molles, il convient d’éviter l’excès de fraises.*Les fraises contiennent de l’histamine, ce qui explique que certaines personnes affaiblies puissent déclencher une allergie, surtout en début de saison, et surtout chez les enfants.ConclusionOn en revient toujours aux mêmes règles. Fruits de saison et de région et ne pas en prendre de manière excessive tous les jours, mais en pleine saison 2-3 fois tous les neuf jours.
 « Celui qui cherche un goût de fraise au vin et un goût de noisette au beurre ne doit pas s‘étonner s’il trouve des cailloux dans ses lentilles ». 

LapastedGraphic_3.png Carotte, Hu Luo Bo, est connue pour ses vertus médicinales depuis des millénaires en Chine.   A l’heure actuelle, c’est le légume dont la culture est la plus répandue sur terre, 35% de la production mondiale venant de Chine. Au départ, elle était blanchâtre, très ligneuse et uniquement réservée à la médecine. Ensuite, à force de croisements, elle a pris la couleur orange que l’on connaît et est devenue légume courant. Bien qu’il existe tout un panel de couleurs, je vais m’intéresser, dans cette étude, à la carotte orange que l’on connaît tous. Que dit la médecine chinoise ? La carotte crue  est de saveur très légèrement amère et  piquante, Xin.Beaucoup moins cependant que le navet. Ce goût disparaît d’ailleurs totalement à la cuisson. Elle devient alors douce. Nous savons que la saveur douce, sucrée, a comme propriété de favoriser la production de sang et d’énergie, de même que les liquides organiques.   Elle humidifie l’organisme et agit comme fortifiant général. Sa nature est  modérée, neutre. Cependant, en tant qu’alicament, elle est considérée comme très légèrement rafraîchissante et lubrifiante. C’est un légume qui sera donc bon à consommer pour les personnes qui sont en état Xu, de faiblesse.  Les vertus thérapeutiques de Hu Lui Bo vont aller prioritairement vers les méridiens et les organes : o   Poumon, o   Foie et o   Rate.*Une de ses principales propriétés est de « décontracter et de dégager le diaphragme en favorisant le travail de la digestion de l’intestin et de l’estomac. » Il est dit « que la carotte élargit le milieu, fait baisser le Qi et dissipe les stagnations perverses au niveau de l’estomac ». Ceci est dû au fait que la carotte tonifie la rate qui est le chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire. C’est donc un légume très utile en cas d’indigestion, de ballonnement, de distension abdominale. La carotte est très précieuse chez les enfants dénutris, anémiques et qui n’ont pas d’appétit. Une très bonne recette dans ce profil de déséquilibre : « Couper en lamelle dans le sens de la longueur  une belle carotte bio. La faire revenir dans une poêle  ou un wok avec de l’huile de sésame en y rajoutant de de la ciboule et du gingembre frais coupé en petit morceaux » *Une autre propriété très intéressante est celle d’humidifier  les intestins, de lutter contre la sécheresse du gros intestin. N’oublions pas que Poumon et Gros Intestin sont directement liés en M.T.C.  et donc l’action de tonifier le Poumon a un effet direct sur les problèmes de constipation, de selles sèches. La carotte est donc considérée comme un laxatif doux. Par exemple, le fait de boire en 4 ou 5 fois par jour 40cc (un petit verre) de jus de carotte fraîchement extrait, permet de lutter contre la constipation commune. L’action peut être augmentée quand on prend du jus de carotte avec du miel.  *Une autre action. Nous avons vu qu’un des « logiciels-organes » cible de la carotte était le Foie. Or, nous savons que les yeux, en M.T.C. sont l’ouverture du Foie. Par cette action de nourrir le Foie, les textes anciens disent que « la carotte « éclaircit » les yeux ». En effet, ce légume pris régulièrement a pour action de lutter contre la baisse de l’acuité visuelle, ce que l’on appelle l’héméralopie. Elle permet aussi de lutter contre la sécheresse des yeux. Une recette traditionnelle en cas de fatigue visuelle : «  On coupe en lamelles dans le sens de la longueur une carotte bio. On la fait sauter dans de l’huile de sésame. On y ajoute 30 gr de céleri branche coupé en morceaux et 30 gr d’algue laminaire réhydratée. Ce plat se consomme avec du riz et l’idéal est de rajouter du foie de volaille ou d’agneau ». *Elle agit aussi directement sur  l’énergie du poumon. Non seulement, elle favorise la lubrification, l’humidification de cet organe, mais surtout elle augmente ou rétablit l’action fondamentale du poumon qui est de faire descendre l’énergie vers le bas. Toutes ces actions permettent donc à ce légume d’être un très bon antitussif et de lutter contre les inflammations chroniques du poumon. Traditionnellement, les chinois savaient qu’il fallait consommer beaucoup de ce produit, lorsqu’un enfant présentait une coqueluche avec une toux très sèche. Une recette traditionnelle consiste à : « Cuire à feu doux 250 gr de carottes et 1 douzaine de jujubes préalablement ouvertes dans un litre d’eau. Une fois que la décoction est réduite à 1/3, on la boit en plusieurs fois ». Une autre recette très intéressante est de : « Prendre du jus de carotte coupé avec de l’eau chaude dans lequel on rajoute un peu de miel dans le cas de toux sèche ». *N’oublions pas que peau et poumon font partie du même logiciel en M.T.C. En Chine, la carotte est réputée pour donner une belle peau. Les Chinois recommandent de consommer ce légume quand on a la peau sèche ou rugueuse. Mais aussi en cas de démangeaison du cuir chevelu ou de pellicules. Le jus de carotte pris par petites cures de 9 jours à raison de 3-4 petits verres de 40cc peut avoir effectivement un effet de rajeunissement des tissus. *Aussi bien dans la médecine chinoise, que dans la médecine traditionnelle africaine, la carotte a une action fondamentale au moment de la rougeole. Les médecins chinois disent que c’est une maladie nécessaire qui a toujours existée et qui permet, dès le plus jeune âge, à l’enfant de se débarrasser des toxines, présentes dans le sang, qu’il a héritées du sang maternel. Le but du jeu est donc de favoriser au maximum l’irruption des boutons qui ne sont que l’extériorisation de ces toxines. La carotte joue ce rôle fondamental. Elle permet aussi, en agissant sur le poumon, de prévenir  les risques de complication pulmonaire ou tout au moins de les atténuer. Pour augmenter  cet effet, on rajoute dans l’utilisation de la carotte, sous forme de jus ou cuite,  de la coriandre. *Enfin, dans le Yi Lin Zuan Yao, il est dit que « la carotte humecte les Reins, tonifie le Yang originel, le Yuan Yang, réchauffe le foyer inférieur et enfin élimine le froid et l’humidité ». C’est pour cela que ce légume est plus ou moins contre-indiqué quand on est en excès important de Yang. Que disent les recherches modernes, quant aux effets de la carotte ? Toutes ces recherches ne font que conforter les dires de la tradition. Voyons quelques effets. *Un dicton populaire dit que la carotte « rend aimable et donne les fesses roses ».  Amabilité est, entre autres, à mettre en relation avec un bon fonctionnement du Foie.  Les fesses roses, c’est le poumon…. *Elle présente un pouvoir hématopoïétique, à savoir qu’elle stimule la formation des globules rouges (Rate en M.T.C). Elle possède donc d’importantes propriétés antianémiques. *Elle favorise la sécrétion lactée. *Elle renforce la résistance de l’épiderme à l’agression des rayons ultraviolets. *Elle a comme particularité d’avoir une très haute teneur en carotène, précurseur de la vit A, essentielle pour la constitution de la rétine et de la cornée, et donc aussi pour la vision nocturne. Cette vitamine permet aussi de favoriser la croissance, la cicatrisation, la reconstitution des muqueuses. En usage externe, la carotte possède des pouvoirs cicatrisants et désinfectants. Il faut alors déposer de la pulpe de carotte crue sur des plaies ou des brûlures. *D’autre part, le carotène contenu dans la carotte est un très puissant antioxydant qui permet d’éliminer les radicaux libres (Tan en M.T.C.), cause de vieillissement précoce,  de maladies cardiovasculaires et de cancers. Modes d’utilisation On peut consommer la carotte crue, sautée, bouillie, en jus, à la vapeur, en purée, en soupe. Il est évident que pour que ces propriétés soient optimales, il convient de se tourner vers les légumes de culture biologique. Ensuite, il convient de consommer des carottes jeunes et surtout éviter qu’elles soient flétries, ternes et ramollies car elles deviennent alors indigestes. La peau peut être consommée car elle est très intéressante en tant 

qu’alicament, à condition que le légume soit bio et surtout bien lavé. Quelle est la fréquence de consommation ? Hormis quelques cas spécifiques, dont je vous ai parlé plus haut et où il est possible de faire des cures de neuf jours, s’arrêter une semaine et reprendre ensuite, il convient de ne pas prendre en permanence de ce légume. Ce n’est pas parce que l’on va en prendre tous les jours pendant un an que l’on va rajeunir de 20 ans. N’oubliez pas la règle des « neuf jours »  qui dit en résumé que : « On ne devrait pas consommer le même légume, le même fruit, la même protéine (c’est différent pour les céréales) pendant neuf jours d’affilée. Comme il y a 18 repas en 9 jours, cela sous-entend que manger deux fois de la carotte en 9 jours est largement suffisant ». N’oubliez qu’il y a bien d’autres légumes. Toujours avoir en ligne de mire  cette règle : « Consommer les lé
gumes de saison et de région, et être le plus varié possible ».

LA PASTÈQUE, Xi Gua 

pastedGraphic_4.png

Xi Guamelon d’eauwatermelonAvoir goûté de la pastèque, c’est savoir ce que mangent les angesXi GuaQue dit la médecine chinoise ?saveurdoucenatureexcessivement froideDe clarifier la chaleur. On entend par là qu’elle permet d’évacuer, de diminuer fortement les états de chaleur pathogène.Cette nature froide permet aussi d’humidifier la sécheresse,de générer les liquides organiques etde rafraîchir le sang.méridiens et les organes ciblesL’estomac,du cœur etde la vessieLorsque l’on est exposé à la caniculerégénérer les liquides organiques, d’arrêter la soiftrès utile en cas d’un coup de chaleur,clarifie le cœurShenFeu du Cœurwatermelon frostexcellent diurétiquemiction peu abondanteYinYangrégit l’élimination des liquidesd’atténuer de manière très notoire les effets secondaires de l’alcool.Xi Guad’asthme, où prédominent des symptômes de chaleurJ’en profite pour vous parler ici d’une notion le plus souvent occultée en Occident : c’est celle de «  »Fu
Que disent les recherches modernes?
Mode de consommation
Contre indications. Il est fortement déconseillé d’en prendre quand on se trouve en présence d’un vide de Yang de Rate et d’Estomac, ou d’une accumulation de froid dans le foyer moyenBEN CAOGANG MUMing,La pastèque est froide en nature. Les gens ordinaires pensent que cela les rafraîchit et leur apporte satisfaction en excès sans savoir qu’ils détériorent leur Rate et stimulent l’humiditéFruits de saison et de région. Il convient donc de ne pas consommer en hiver, ou dans un climat par trop humide. L’étude de ce fruit nous a fait toucher du doigt l’importance d’avoir accès aux  règles de base de la diététique, comme la loi des trois heures, la non-prise de fruits après un repas et la consommation de fruits et de légumes de saison et de région. Mais surtout j’ai abordé dans cette étude la notion de «  » et l’importance de consommer de la pastèque en fin d’été, surtout si nous avons été exposés à de fortes chaleurs. Cette consommation permet d’éliminer la chaleur résiduelle qui pourrait « remonter à la surface » en automne.
Complément: La graine de pastèque cache une multitude de bienfaits pour la santé.
Un des régals de l’été les plus appréciés est une tranche de pastèque pendant une chaude journée. La plupart d’entre nous crachent les graines de pastèque ou les mettent à la poubelle, mais ce que la plupart des gens ne savent pas est qu’il y a certains avantages étonnants pour la santé cachés dans ces petites graines.
Si vous les mangez, vous ne savez surement  pas qu’elles sont bénéfiques pour votre digestion, mais le tube digestif les éjecte intactes. Par conséquent, leur utilité n’est presque pas utilisée.
Si vous souhaitez bénéficier des avantages de la graine de pastèque, vous devez les faire bouillir, les écraser ou les faire cuire pour atteindre le contenu. Les fibres figurant dans les graines sont essentielles pour le fonctionnement normal de l’appareil digestif. Elles sont utiles contre les parasites intestinaux, et aussi pour les patients qui souffrent de jaunisse et de maladies inflammatoires.
La citrulline présente dans les graines agit comme un antioxydant, contribue à élargir les vaisseaux sanguins, est utile pour l’artériosclérose, l’hypertension et l’angine de poitrine. Selon les scientifiques américains du début du 20e siècle, les graines de pastèque sont très utiles pour les reins et les voies urinaires. Ils ont dit que vous pouvez utiliser une infusion à partir des graines fraîches, qui est un diurétique utile et bon pour le nettoyage des calculs et du sable des reins et des voies urinaires.
La graine de pastèque stimule le coeur et la structure des muscles du corps. Elles sont utiles pour la mémoire et la concentration, et l’éclat et le resserrement de la peau. Vous pouvez les utiliser sous la forme d’infusion ou d’en-cas. Les graines sont très efficaces dans le traitement du diabète de type 2 et sont fortement recommandées pour les diabétiques. Les hommes peuvent utiliser les graines pour renforcer leur libido et leur virilité.
Le magnésium, les vitamines A, B, C, le fer, les antioxydants, le manganèse, le calcium, les graisses polyinsaturées et mono saturées, sont tous inclus dans les graines de pastèque.
Préparation de l’infusion:
Prenez 4 cuillères à soupe de graines de pastèque fraîches et émiettées. Faites-les bouillir dans 2 litres d’eau pendant 15 minutes. Vous devriez consommer cette quantité sur deux jours et faire une pause le troisième jour. Continuez ainsi pendant plusieurs semaines.
Source: buynongmoseeds

LA CHÂTAIGNE, Li Zi. Par Jean Pelissier.

la chataigne, nutrition conscience

La châtaigne se nomme Li Zi, 栗子, en chinois. C’est le fruit comestible du châtaignier, « castanea sativa ».
Elle appartient à la catégorie des fruits à écales, coque dure qui protège le fruit.Ce fruit se trouve donc dans une coque épineuse que l’on appelle « bogue ». Si celle-ci renferme des fruits cloisonnés par une peau brunâtre et amère que l’on appelle « Tan », ce sont des châtaignes. Si la « bogue » renferme les fruits d’un seul bloc, ce sont des marrons.Originaire d’Asie, le châtaigner a été introduit par les Romains dans les Cévennes.

Cet arbre majestueux peut atteindre 30m de haut. La production optimale de fruits se situe quand l’arbre est à maturité, c’est à dire entre 40-60ans !
Le bois du châtaignier est très dur. On s’en sert souvent pour faire des cercueils. 

Le terme châtaigne  est apparu au 12ème siècle et dérive du latin « castanea » : c’est avec le bois du châtaigner que l’on fabrique les castagnettes.
On lui prête dans la tradition d’importants pouvoirs aphrodisiaques. Dans la mythologie grecque, la châtaigne est appelée « gland de Zeus ». Probablement en raison de sa ressemblance avec les testicules, selon la théorie des signatures, « simila similibus curantur, les semblables soignent les semblables ». Comme par « hasard », la châtaigne à une action reconstituante sur l’énergie des reins en médecine chinoise.
La châtaigne, avec la pomme de terre étaient des aliments très prisés en cas de disette. Dans les Cévennes, on appelle le châtaignier « l’arbre à pain », car il offre un aliment complet.
Quelques proverbes relatifs à la châtaigne : «Pluie d’août fait truffes et marrons » ou « jusqu’à ce que les châtaigniers soient en fleurs, ne sortez pas les couvertures du lit ».
Que dit la médecine chinoise ?
Li Zi, 李子 est de saveur Douce et de nature Tiède.
La saveur douce a une action de reconstitution, d’ harmonisation et de relâchement. La nature tiède permet de réchauffer l’interne, d’aider à la reconstitution du Yang et de désobstruer les vaisseaux.
Les méridiens organes cibles sont ceux :
- de la Rate, 
- de l’Estomac,
- des Reins.
Les actions principales de Li Zi, selon les compendiums traditionnels, sont de:
- Tonifier l’énergie de la Rate.
- Arrêter la diarrhée. 
- Tonifier les reins. 
- Activer le sang. 
- Arrêter les saignements. 
Voyons quelques indications :chatainge en diététique énergétique chinoise
La châtaigne permet de tonifier fortement l’énergie des Reins. Quand ce « logiciel organe » est affaibli, des symptômes signaux d’alarme peuvent apparaître comme :
- une fragilité osseuse, un retard de croissance (les os sont à mettre en relation avec l’énergie des Reins en MTC),
- des dents qui branlent (on dit que les dents « sont l’extrémité des os »,
- un blanchiment prématuré des cheveux,
- des acouphènes,
- une baisse de l’acuité intellectuelle,
- une baisse de la libido, des problèmes d’impuissance,
- des mictions fréquentes..
Grâce à ses facultés toniques et son action de réchauffement, la châtaigne permet de lutter contre ce type de déséquilibres.
Une consommation régulière d’une à deux châtaignes par cure de neuf jours est conseillée pour les personnes âgées, pour prévenir ce type d’affaiblissement.
En chine, quand on se trouve en présence de Tan, de mucosités au niveau des bronches, cas retrouvé fréquemment chez les personnes âgées, on prendra alors pendant neuf jours d’affilés cinq châtaignes. N’oublions pas que le Tan, les déchets, les mucosités sont la conséquence d’un déséquilibre du logiciel Rate-pancréas.
Les châtaignes sont très caloriques, mais l’énergie qu’elles donnent à l’organisme, provient principalement d’hydrates de carbone qui se transforment en sucres lents pendant la mastication. Une châtaigne doit être mastiquée très longtemps. Elle ne crée pas, ainsi, de pic d’hyperglycémie. Elle peut être prise par un diabétique à condition, bien évidemment de ne pas en faire une surconsommation.
De par ses propriétés hémostatiques, on l’utilise en cas de vomissements de sang, de saignements de nez, de selles sanguinolentes. La Rate, en médecine chinoise, a pour rôle de conserver le sang dans les vaisseaux.
Reconnu comme tonique du système nerveux (les Reins en MTC sont la « mère de moelles ») et tonique du sang (le sang est produit par la Rate), le miel de châtaignier est recommandé en cas de faiblesse constitutionnelle, d’anémie et de troubles circulatoires.
En médecine populaire, on utilise la châtaigne pour traiter la dysenterie des enfants. Elle est alors consommée avec la peau brune qui la recouvre. En effet, celle-ci est riche en tanins aux vertus astringentes.
Que disent les recherches modernes ?
Ces recherches ont montré que la châtaigne ou le marron, étaient très riches en acides gras essentiels, dont font partie les omégas 3 et 6. Ce sont eux qui aident à la fabrication de certaines hormones et surtout des membranes cellulaires. Elles jouent un rôle protecteur du système nerveux.
La châtaigne contient :
- Des saponines et de la pectine aux propriétés antispasmodiques.
- Des acides foliques recommandés pour prévenir certaines malformations fœtales,
- Une grande quantité d’amidon dit « résistant ». Cet amidon favorise l’augmentation du volume des selles et diminue les acides biliaires. Elle est bénéfique dans la prévention du diabète, des maladies cardio-vasculaires et des cancers du côlon.
- Une grande quantité de potassium qui agit comme antiseptique,
- du phosphore responsable de la formation de cellules nerveuses,
- du magnésium qui « équilibre l’humeur » et régénère le système nerveux,
- mais aussi du calcium pour favoriser la formation des os.
Bien qu’étant un fruit, elle pourrait entrer dans le cadre des légumineuses, car elle contient beaucoup de protéines. Elle peut tout à fait composer un plat végétarien.


Mode d’utilisation.
La châtaigne vient à maturité en septembre. C’est le moment où elle tombe de l’arbre. D’ailleurs si on les ramasse au sol ; il faut rechercher la présence de « trous », car les vers en raffolent. La récolte se fait entre fin septembre et mi-novembre.
Il faut choisir les châtaignes dures, lourdes, aux écorces lisses, brillantes, sans trous. Quand vous touchez l’écorce, assurez-vous qu’elle est bien collée à la chair.
Elles peuvent être consommées grillées sous la cendre ou dans les fameuses poêles à trous.
Mais aussi bouillie, en farine. Cette farine s’utilise dans les préparations de pâtisserie, de « soupe hivernales qui «tiennent au ventre ». Comme elle contient peu de gluten, elle est indiquée pour  les personnes « allergiques aux céréales ».
Pour préparer soit même des châtaignes, il faut juste avoir un peu de patience.
«  A l’aide d’un petit couteau à lame pointue, épluchez la première peau à froid. Mettez dans une casserole une douzaine de châtaignes. Faites cuire 4 à 5 minutes, puis prélevez-en deux ou trois à chaque fois pour éplucher la deuxième  peau à chaud.  Changer l’eau de temps en temps, car elle devient vite brun foncé.  Laisser alors refroidir. Recommencez l’opération tant que nécessaire ».
Vous pourrez les conserver au frigo quelques jours où les congeler. Cette préparation est longue, mais délicieuse. Heureusement, les magasins bio en vendent dans des bocaux déjà toute préparés !
Quant aux marrons grillés, vous pouvez les faire à l’ancienne, dans un poêle à trous avec un long manche, sur de la braise. On les entaille horizontalement sur la partie bombée et on les fait griller pendant 15’. Pour faciliter l’épluchage, dès la sortie du feu on les laisse refroidir quelques minutes dans un torchon humide.
On peut aussi les faire au four. On les étalera alors après incision sur une plaque de cuisson. Cuisson qui durera 25’ à un four thermostat 6-7, à 220°, en remuant régulièrement.
Contre-indications 
Pris en excès, les marrons peuvent très facilement être la source de flatulences, surtout si on est en présence d’un ralentissement du péristaltisme intestinal. Il convient alors de consommer des châtaignes bien cuites et surtout de les mastiquer très longuement.
Il faut éviter d’en prendre en cas de digestion très lente, « d’amas d’aliments dans l’estomac ».
Conclusion
Le passage de l’automne à l’hiver est souvent une période périlleuse pour l’équilibre de notre organisme. L’adaptation aux changements brutaux de température, met souvent à mal notre « batterie des Reins ». Ce fruit est excellent pour « réchauffer » notre interne.
Son étude permet aussi de nous remémorer cette règle fondamentale liée à la mastication. C’est la huitième des neuf règles de prévention en diététique chinoise.
Bref, vous ne serez pas « marron » en lisant cet article. Et si quelqu’un veut vous flanquer une « châtaigne », n’allait pas obligatoirement à la « castagne » et « tirez vite vos marrons du feu ».
Une citation tirée de Timon d’Athènes de Shakespeare : « De quoi avez-vous besoin ? Voyez ! La terre a des racines, dans l’espace d’un mille jaillissent cent sources ; les châtaigniers portent des châtaignes, les ronces, des fruits écarlates, la généreuse ménagère Nature, à chaque buisson, met le couvert devant vous. Besogneux ! De quoi avez-vous besoin ?”

LE PETIT POIS, Wan Dou. Par Jean Pelissier.

petits pois en nutrition consciente

Le pois est un terme générique qui englobe aussi bien les petits pois, graines que l’on écosse, les pois secs, les pois cassés, les pois gourmands au corps aplati  encore appelé « mange-tout » que l’on consomme avec la gousse.
Le pois fait partie de la grande famille des légumineuses.
Son nom chinois est Wan Du, 豌豆 .


on nom scientifique est « pisum sativum » et il fait partie de la famille des « fabacées ».
Pois vient du latin « pisum », du grec «pisos» et du sanscrit «pesi» qui veut dire « pois séparé de sa gousse ».
Il proviendrait d’Asie centrale et aurait été domestiqué il y a environ 10 000 ans en même temps que le blé et les lentilles.

Au départ il n’était cultivé que pour sa graine sèche et le terme « petit pois » ne serait apparu qu’au 18éme siècle pour le distinguer du poids sec.
Nous allons voir qu’en tant que légumineuse, c’est un élément essentiel, de la diététique « du juste milieu ».
Un proverbe dit « Veux-tu  oignons, carottes, seigle, petit-pois, sème-les à la St Benoît ».
Un peu d’humour.
Un proverbe chinois : « Petit pois sous le matelas, petit pois dans le crâne tu auras ».
Ou bien de Pierre Henri CAMI : « L’optimiste est un homme qui s’abrite sous une fourchette le jour où il va pleuvoir des petits pois ».
Que dit la médecine chinoise ?
Les petits pois sont de saveur douce et de nature neutre.
Nous savons qu’en MTC, la saveur douce harmonise et tonifie la Rate-Pancréas, ce que l’on appelle « le centre ».
D’autre part quand on dit qu’un aliment est de nature neutre, cela sous-entend que c’est un aliment du juste milieu, ni « froid », ni « frais, ni « chaud », ni tiède », un peu comme le riz. Ce sont des aliments très importants à consommer pour un bon équilibre interne.
Les méridiens-organes cibles sont ceux :
- de la Rate
- de l’Estomac.
Ses actions principales selon la tradition sont :
- De renforcer la Rate, 
- d’harmoniser le Foyer Moyen ,
- d’abaisser le Qi en excès de l’estomac, 
- de nourrir le Yin de l’estomac, 
- de favoriser la diurèse, 
- de débloquer le lait, 
- de neutraliser les toxiques du furoncle.
En renforçant la Rate, « chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire », les petits pois permettent de lutter contre les nausées, les vomissements, les selles molles à répétitions.
La fonction « humidifiante » de l’estomac, liée à la saveur douce en fait un puissant hydratant et permet de lutter contre les sensations de soif et de gorge sèche.
Le petit pois est un très bon diurétique et permet de réguler les problèmes d’œdèmes au niveau des membres inférieurs et de faire diminuer l’ascite.
En cas de « stagnation d’énergie » en particulier du Foie, les vaisseaux galactogènes des seins peuvent être bloqués, empêchant par-là, la remontée régulière du lait. Les petits pois selon la tradition favorisent l’allaitement. On dit en MTC qu’ils « débloquent le lait ».
Que disent les recherches modernes ?
Les petits pois contiennent de nombreux antioxydants, dont la lutéine et la zéaxanthine qui protègent les cellules du corps contre les dommages causés par les radicaux libres.
Les petits pois écossés contiennent une très grande quantité de protéines, deux fois plus que les mange-tout dont les graines sont plus petites. Par contre les « mange-tout » contiennent beaucoup plus de fibres longues.
C’est une excellente source de vitamine C et de vitamine K qui régule la coagulation sanguine.
Ils contiennent une grande quantité de fer, mais aussi du magnésium, du phosphore, du cuivre, du manganèse et bien d’autres éléments.
Mode de préparation.
Les pois peuvent donc se consommer sous forme séchée ou fraîche.
Les variétés à écosser sont donc appelées « petits pois ». Pour les variétés à consommer avec la cosse, on les appelle donc « mange-tout » ou pois gourmand. Le pois sec peut être coupé en deux : il s’agit alors des pois cassés.
Quand on les choisit sur les marchés, les cosses doivent être bien vertes, gonflées, et fermes. Elles doivent être luisantes, sans tâche et bien cassantes. Les grains des petits pois doivent être croquants et sucrés.
Les pois mange-tout doivent être bien verts, bien plats et de petite taille pour éviter les fils.
Quand le petit pois est sec, il doit être consommé bien cuit. Il est préférable de le faire tremper au préalable dans de l’eau salée pour une meilleure cuisson et une meilleure digestibilité.
Quand il est frais, son temps de cuisson est court. L’idéal alors est la cuisson à la vapeur pendant 10-15’. On n’a pas besoin de trempage préalable, car la graine est « propre » protégée par sa cosse. Plus il cuit, plus il perd ses vertus thérapeutiques.
L’idéal est évidemment d’écosser soi-même les petits pois, juste avant de les cuisiner et le plus près possible après la cueillette. En effet le processus de conversion du sucre en amidon commence à se faire dès le moment où ils sont cueillis.
Les préparations sont très nombreuses, mais en tant que légumineuse, on peut considérer qu’un plat de petit pois est complet et se suffit à lui-même.
En effet, c’est en même temps une source de sucres lents, de fibres, de protéines, les trois ingrédients d’un repas diététique complet.
Vous pouvez par exemple les cuisiner à l’étouffée avec de petites carottes, de petits oignons marinés et de fines herbes ciselées ajoutées en fin de cuisson comme de la menthe, du romarin, de la marjolaine ou du thym. Humm !
Les pois mange-tout se cuisent à la vapeur pendant quelques minutes ou à l’étouffé avec un peu de viande et de l’oignon comme dans certains plats chinois.
Contre-indications
Les réactions allergiques sont très rares. Mais je profite de cette étude pour faire le rappel suivant.
Je vous disais plus haut qu’une légumineuse pouvez être considéré comme un replat complet. Mais de très nombreuses personnes n’arrivent pas à les digérer.
En voici une des raisons.
En diététique chinoise une légumineuse a pour but d’augmenter très fortement le péristaltisme intestinal pour aider à l’évacuation des déchets par les selles.
Fermentant rapidement dans l’estomac, elle favorise l’apparition de flatulence, véritable « vent interne » capable d’éliminer les déchets des villosités intestinales.
J’avais un jour fait un cours sur la « réhabilitation du pet », élément essentiel d’un bon fonctionnement de l’appareil digestif.
Mais si la personne à un blocage du foyer moyen, avec des stagnations au niveau de l’estomac et des intestins, cette fermentation se retourne contre l’organisme et fait « gonfler le ventre », déclenchant météorisme, douleur et remonté à contre-courant de l’air.
Ces blocages entrent très souvent dans le cadre de ce que l’on appelle en médecine chinoise « blocage de l’énergie du foie » sous l’effet d’émotions intériorisées. 
Conclusion
L’étude de cette légumineuse nous a permis de mieux cerner l’usage raisonné des fruits et légumes dans notre alimentation quotidienne.
À la lumière de ce qui vient d’être dit, vous comprendrez facilement l’importance d’appliquer la « loi des neuf jours » qui stipule que l’on ne devrait pas remanger le même fruit, légume ou viande pendant ce laps de temps.
Manger trop souvent des petits pois se retournerait alors contre l’organisme.
Un peu de poésie pour finir.
Une citation de Neil Armstrong : « Tout d’un coup j’ai réalisé que ce minuscule petit pois, bleu et joli, était la terre. Avec mon pouce, je me suis caché un œil et mon pouce a effacé la terre. Loin de me croire un géant, je me suis senti petit, tout petit».

 

Le HARICOT VERT, Si Ji Dou.Par Jean Pelissier.

le haricot vert en médecine chinoise

Le haricot vert, se nomme Si Ji Dou四季, en Chinois. Le haricot commun que l’on a l’habitude de consommer s’appelle « phaseolus vulgaris ». Il provient de la famille des « Fabacées ». C’est donc une légumineuse.
Sous le nom générique de « haricot vert », on englobe aussi bien le haricot vert commun, que le haricot jaune ou « haricot beurre », que le haricot plat encore appelé « mange-tout » et les haricots violets.  Ils ont des vertus médicinales très approchantes.
On en retrouve des traces, remontant à plus de 7000 ans en Amérique Centrale et en Amérique du Sud. Son nom vient de l’Aztèque « ayacolt ». Mais aussi de l’ancien français « harigoter » qui signifiait « couper en morceau ».

Au Québec, il est appelé « petite fève », bien que le haricot ne fasse pas partie du genre « vicia ».
Bien qu’il soit récolté de mai à septembre, c’est toute l’année que nous le trouvons sur nos étals.
Il en existe de très nombreuses variétés. Au Mexique, du fait de ses qualités nutritives autant que gustatives, mais aussi pour sa  propriété de régénérer le sol en le préparant très rapidement à de nouvelles cultures, il devint très vite un symbole d’abondance et de longévité.
Ramené du Nouveau Monde par Christophe Colomb, il est devenu très rapidement l’aliment indispensable des grands voyages, car il pouvait se conserver sec.
Mais c’est aussi le symbole même de la minceur. De par sa forme d’une part, « avoir la ligne haricot vert », mais aussi pour ces propriétés nutritionnelles. Il favorise non seulement le transit, mais aussi l’élimination des liquides stagnants dans l’organisme : c’est un amincissant naturel.
Quelques expressions à son sujet : « C’est la fin des haricots. En effet, il commence à me courir sur le haricot, que de me faire travailler pour des haricots» !
Un dicton : « Qui sème les haricots à la St Didier (23mai), en récoltera de pleins paniers. Qui sème des haricots à la St Claude (6 juin) rattrapera les autres » !
Que dit la médecine chinoise ?
Si Ji Dou, 四季, est de saveur Douce et sa nature va de Neutre à Tiède.
La combinaison Douce et neutre-tiède en médecine chinoise est très importante pour, entre autres, tonifier la Rate, chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire. Une « bonne Rate » est fondamentale pour éviter l’accumulation de liquides dans l’organisme.
Les méridiens organes cibles sont: ceux :
- la vessie,
- les Reins
- la Rate.
Les actions principales de Si Ji Dou, selon les compendiums traditionnels, sont de :
- Favoriser la diurèse.
- Dissiper les tuméfactions.
- Nourrir le sang.
- Tonifier la Rate.
Voyons quelques indications :
En médecine chinoise le haricot, joue avant tout, le rôle d’un diurétique. Il s’oppose ainsi à un état que l’on appelle en médecine chinoise, « excès d’humidité ».
Ce sont tous les liquides en « surplus » que l’organisme n’a pas pu éliminer, et qui stagne au niveau des tissus interstitiels.
On se rappellera que lorsque l’énergie de la Rate est déficiente, les liquides ne sont alors ni transformés, ni transportés correctement. Ils stagnent et s’accumulent à certains endroits du corps (généralement plutôt dans le bas du corps et dans les articulations) formant ainsi de l’humidité. Et, bien évidemment Reins et Vessies, participent à cet état.
Or, comme Si Ji Dou agit sur ces trois méridiens-organes, il permet de résoudre des problèmes comme la prise de poids par rétention de liquides, les œdèmes, les stagnations sous la peau telle que la cellulite.
En tant que tonique de la Rate, il permet de combattre des problèmes de glaires récurrentes, que l’on appelle « Tan », mais aussi de nausées et de vomissements « clairs ».
En usage externe, la farine de haricot est excellente pour calmer l’eczéma, souvent dû en médecine chinoise à une « stagnation de chaleur-humidité ». C’est aussi un très bon résolutif des abcès et des plaques de psoriasis.
Un cataplasme fait de broyat de feuille et de gousses vertes broyées est excellent pour traiter les morsures d’animaux domestiques.
Sous forme de décoction, on l’utilise dans les familles chinoises pour contrer les calculs et les maladies de la vessie.

haricot vert en médecine chinoise

Que disent les recherches modernes ?
Les haricots verts sont très riches en vitamines, en antioxydant. Ils s’opposent ainsi à un excès de radicaux libres, de déchet dans le corps. Bien évidemment, cette action sera optimale si le haricot est consommé  tout de suite après la cueillette.
Ils contiennent une très grande quantité de fibres. D’une part des fibres insolubles qui servent à « balayer » les villosités intestinales, a en augmenter le péristaltisme, à augmenter le volume des selles et par là même, l’élimination des déchets. Empêchant la stagnation de déchets dans les intestins, la prise régulière d’haricots verts permet de prévenir les cancers de l’œsophage et surtout des intestins.
On trouve aussi beaucoup de fibres solubles qui contribuent entre autres à la prévention des maladies cardio-vasculaires et surtout à contrôler le diabète de type II.
Très riches en silicium, ils contribuent à la formation osseuse.
Les haricots verts sont très peu caloriques  60Kcal, pour 200gr. Cela en fait un très bon aliment quand on doit parler de « régimes amaigrissants ».

Ils sont d’autres parts très riches en fer, en folate, en minéraux et en oligo-éléments. Mais pour en tirer la quintessence, les haricots ne doivent pas être cuits plus que nécessaire et surtout dans un volume d’eau modéré.
Ils sont reconnus pour leurs vertus réparatrices du système nerveux grâce à l’apport en vitamine B. C’est, entre autres,  un très bon aliment pour prévenir la maladie d’Alzheimer !
Ils possèdent une action anti-leucopénique, en favorisant la production de globules blancs. Ils sont recommandés pour les rhumatisants.  Les haricots verts sont des anti-infectieux notoires.
Mode d’utilisation.
On peut les consommer cuits à la vapeur, sautés (dans un wok par exemple), bouillis à l’eau, en soupe.
La meilleure préparation : après un rapide équeutage et effilage, on les rince et on les fait blanchir, ou légèrement cuits « à l’anglaise » dans de l’eau salée, ou à la vapeur. C’est d’ailleurs cette dernière préparation qui est à privilégier, car elles donnent aux haricots verts le maximum de leurs qualités nutritionnelles. Une fois cuit à votre goût, si vous ne les consommez pas tout de suite, vous les plongerez rapidement dans de l’eau glacée. Après les avoir égouttés, vous les placerez au réfrigérateur, ou les congèlerez.
Cette manière de faire permettra de conserver leur belle couleur vert émeraude. On peut aussi rajouter une cuillère d’huile d’olive pendant la cuisson et pour éviter qu’ils « noircissent », mettre un bouchon en liège dans l’eau de cuisson.
Une recette très connue en Chine pour tonifier le « centre », à savoir l’énergie de la Rate et de l’estomac, surtout dans les états de « froid ». Mais aussi l’énergie des Reins, en cas de douleurs rénales avec des troubles urinaires. 
Contre-indications 
Les haricots verts font partie de la famille des légumineuses. À ce titre, ils contiennent des sucres lents, des protéines et des fibres. C’est un aliment complet. Mais, si en consomme trop, surtout quand on se trouve devant une stagnation du « foyer moyen », cela risque de favoriser l’apparition de « ballonnements » et de flatulences.
On ne doit pas les consommer crûs, car ils peuvent causer des troubles gastriques qui peuvent être parfois sévères. Ceci est dû à la présence de phaséoline en excès, agent protéinique, que la cuisson détruit.
Conclusion
C’est donc un légume vert à consommer encore et encore, tout en respectant bien évidemment la règle des  neufs jours.
Nous ne sommes donc pas tout à fait d’accord avec Ph.Bouvard, dans ses « mille et une pensées » qui a dit : « Ras la fourchette de la dictature du haricot vert, sempiternelle vedette de la garniture de légumes ! Le légume unique n’est pas plus supportable que la pensée du même non ! … »

LA LAITUE, Wo Ju.Par Jean Pelissier.
La laitue est issue de la famille des Astéracées. La plus cultivée à l’heure actuelle est l’espèce Lactuca Sativa, qui vient du mot latin Lactuca, lac-lactus signifiant lait. En effet il s’écoule un latex blanc quand la tige a une blessure.

la laitue en nutrition conscienteC’est à partir de cette espèce que les jardiniers ont sélectionné de nombreuses variétés comme la batavia, la laitue frisée, la romaine, la feuille de chêne et bien d’autres encore.
2500 ans avant notre ère, des peintures sur les tombes égyptiennes représentaient déjà une forme primitive de la laitue romaine.
Elle est originaire du bassin méditerranéen et du proche orient et ce sont les Grecs qui l’auraient domestiqué en premier.
Le mot laitue se traduit en chinois par Wo Ju, 萵苣.
On le traduit aussi par shēng cài, 生菜ce qui en fait un homophone de shēng cái, 生财, qui signifie « faire de l’argent ». En effet, très récemment, une nouvelle coutume a fait sa place en Chine et plus particulièrement dans les boutiques : accrocher une laitue à la devanture d’une vitrine est sensé « faire de l’argent » dans l’année !
Au moyen âge, elle était consommée en grande quantité par les moines, car, à l’instar du bromure, elle était considérée comme anaphrodisiaque, vœux de chasteté obligent.
De même les paysans disaient qu’elle était soporifique pour les lapins…

Une citation en passant : « Il dépend de nous-mêmes d’être d’une façon ou d’une autre. Notre corps est notre jardin, et notre volonté en est le jardinier. Voulons-nous y cultiver des orties ou y semer la laitue, y planter l’hysope et en sarcler le thym, le garnir d’une seule espèce d’herbe ou d’un choix varié, le stériliser par la paresse ou l’engraisser par l’industrie ? Eh bien ! le pouvoir de tout modifier souverainement est dans notre volonté. » Dans Othello de Shakespeare.
Une autre : «  En août, il fait bon aller chercher salade et ciboule »
Que dit la médecine chinoise ?
La saveur de la laitue est amère et douce et sa nature fraîche.
On se rappelle que la saveur amère purge et assèche l’humidité, favorise les écoulements. Elle est rafraîchissante et légèrement laxative. La saveur douce elle relâche les contractures, tonifie les états de manque. La saveur fraîche, quant à elle, peut éliminer les symptômes de chaleur.
Les méridiens-organes destinataires sont ceux :
- du Gros intestin,
- de l’Estomac.
La laitue a pour principales actions :
- de perméabiliser la circulation au niveau des méridiens, en particulier ceux de l’estomac et du gros intestin (selon le Ben CaoShi Yu), 
- de traiter les stagnations de froid, les stagnations de Qi, l’accumulation de Tan et les parasitoses (selon le Gian Nan Ben Cao.), 
- de clarifier la chaleur, 
- de favoriser la diurèse, 
- de désobstruer la « voie du lait », 
- de tonifier les tendons et les os, 
- de libérer les selles : c’est un laxatif doux.


Ses principales indications selon la tradition :
- Les problèmes d’hématurie, 
- les insuffisances de montée de lait, 
- les dysuries, 
- les piqûres d’insectes (en application externe).
La laitue favorise la production de lait au moment de l’allaitement.
On peut alors prendre une décoction de 250gr de laitue matin et soir.
Une autre recette : « on réduit en poudre fine des graines de laitue et des noix, et ce, en proportion égale et on en prend 3gr matin, midi et soir ».
La laitue est particulièrement indiquée lors de symptômes d’inflammation des voies urinaires et de la vessie provoquant des urines chaudes, foncées, peu abondantes. On peut alors la consommer crue ou cuite, ou en décoction. C’est aussi un diurétique et un antiseptique des voies urinaires.
Une recette très connue en Chine en cas d’œdème avec peu de miction : « on prend 200 gr de laitue et 100 gr de haricots verts. On fait blanchir les haricots que l’on fait ensuite revenir au Wok avec un peu d’huile. On rajoute la laitue quand les haricots sont presque cuits. On fait sauter à feu vif quelques instants . On y ajoute un peu de coriandre et de basilic ». Il faut éviter de saler ce plat, car cela contrarierait l’action des deux légumes.
Que disent les recherches modernes ?
La laitue contient une molécule qui se rapproche de l’opium sans en avoir les défauts et la toxicité. Cela en fait un excellent légume pour lutter contre la nervosité et l’insomnie. C’est un somnifère naturel.
Pour augmenter encore ces effets, on la prend cuite ou en décoction : « une tasse d’eau avec deux feuilles de laitue. On porte à ébullition pendant 1 minute et on laisse infuser 10’ ».
C’est un légume qui provient directement de la terre et qui est donc très riche en vitamines et en minéraux. Elle contient entre autres une grande quantité de silice organique qui joue un rôle essentiel dans l’assimilation et l’élaboration du calcium. La silice est aussi un antidote de l’aluminium, très toxique pour l’organisme. On sait qu’elle joue un rôle protecteur du système cardio-vasculaire.
Des études ont montré qu’une consommation régulière de laitue diminuait le risque de cancer digestif et ceux  du poumon. Rappelons-nous le lien direct qu’il y a entre poumon et gros intestin en MTC. Ceci du fait de la présence de nombreux antioxydants, et de très nombreuses fibres qui favorisent le péristaltisme intestinal.
Mode de préparation.
Il convient de choisir toujours une salade possédant une belle couleur verte, car c’est elle qui possède le plus d’éléments nutritifs.
En usage interne on peut la prend crue, blanchie, sautée, en décoction ou en potage. En application externe sous forme de broyat.
Cru ou cuit ? Les deux sont possibles, bien que la tradition préfère le cuit pour atténuer la nature froide qui risque de générer des stagnations ou  tout au moins de retard de digestion.
Ensuite c’est une question de logique. En été, une bonne salade crue peut rafraîchir le corps. Inversement en plein hiver, on risque de s’exposer à des  phénomènes de stagnation.
Mais en tout état de cause, quand on consomme de la laitue crue il faut la « cuire dans la bouche » par une longue mastication.
Ensuite, la salade doit être lavée feuille par feuille sous l’eau, bien rincée et bien «essoré » (ne pas la laisser trop longtemps tremper) et ce d’autant plus que la salade est « bio », c’est-à-dire qui n’a pas subi de traitements chimiques. Ceci pour éviter d’ingérer des parasites ou des œufs de parasites qui ne feraient qu’augmenter une parasitose déjà présente.
Le fait uniquement de la blanchir tue ces parasites, mais la salive aussi au moment de la mastication à cette même action.
Il convient de consommer la laitue très fraîche. En effet, c’est un légume qui contient beaucoup de nitrates qui peuvent se transformer en nitrites très toxiques quand la salade est coupée depuis trop longtemps.
Et bien sûr ne jamais consommer une salade de la veille qui a déjà été assaisonnée. D’ailleurs, l’assaisonnement doit se faire au dernier moment quand on la consomme crue, voir même juste avant de servir ou sur la table.
Il faut savoir qu’au moment de sa culture « en masse », c’est un des légumes qui reçoit le plus grand nombre de traitements chimiques que ce soit des herbicides, des insecticides et surtout des fongicides. À cause de cela il faut préférer les laitues issues de l’agriculture biologique ou mieux encore, la cueillir dans son jardin.
Contre-indications
Dans la tradition, il est dit très souvent que l’abus de laitue « trouble la vue, obscurcie celle-ci. Il faut l’éviter en cas d’atteinte oculaire importante.
Il faut la consommer avec précaution en cas de déficience de Yang du foyer moyen, entre autres de la Rate-Estomac, déficience qui génère un état de froid au niveau de l’estomac avec des difficultés de digestion entraînant des selles molles ou liquides.
Éviter aussi la consommation de laitue, surtout crue en cas de règles douloureuses avec une sensation de froid dans le petit bassin.la laitue en nutrition consciente
Conclusion
L’étude sur la laitue est un excellent exemple pour comprendre les dangers d’une culture « anti-traditionnelle » qui peut avoir pour conséquence d’empoisonner lentement notre organisme.
Mais aussi elle nous permet d’introduire une réflexion que l’on doit avoir quant à une consommation excessive de crudités.
Une des grandes règles dans la « diététique du juste milieu » c’est d’insister sur la mastication.
Non seulement une mastication prolongée est capable de « cuire » la salade dans la bouche, mais aussi la salive étant un puissant antiseptique naturel, cela permet de tuer tous les parasites microscopiques pouvant être encore présent.
Pour finir, une citation du poète du 19ème François Coppée : « Il faut quatre hommes pour faire une salade; un prodigue pour l’huile, un avare pour le vinaigre, un sage pour le sel et un fou pour le poivre. » 



Le CHOU CHINOIS, Bai Cai 

pastedGraphic_5.pngParmi l’extrême variété de Chou, j’ai pris le parti aujourd’hui de vous parler du Chou chinois.
Le chou chinois, Bai Cai, 白菜, encore appelé « chou de Pékin » se retrouve à l’heure actuelle sur tous nos étals.
Son autre nom est Pe-Tsaï.
C’est une plante herbacée de la famille des brassicacées, anciennement  dénommé « crucifère ».
En Chine, il est cultivé depuis des millénaires comme plante potagère pour ses feuilles que l’on consomme comme légume.
C’est une plante bisannuelle qui a des feuilles allongées et dressées comme une pomme de forme allongée.
Pour les Chinois, c’est le légume par excellence qui entre dans une infinité de préparations culinaires.  Rares sont les soupes qui n’en contiennent pas.
Dans Bai Cai, Caï signifie « plat de viandes et de légumes » et Bai, « blanc ».
Introduit en Occident à la fin du 19e, il est de plus en plus cultivé sur nos sols au regard de ses extraordinaires pouvoirs nutritifs. Nous allons voir que les produits laitiers font pâle figure au regard de ce légume qui est un des plus riches en calcium assimilable.
Un proverbe chinois dit « Il vaut mieux un pou dans un chou que pas de viande du tout ».
Un dicton français : « Hiver n’est bon que pour les choux, où qu’à faire gagner la toux »
Que dit la médecine chinoise ?
Sa saveur est Douce et sa nature est légèrement Froide.
Les méridiens-organes destinataires sont ceux : du Poumon, de l’Estomac et de la Vessie.
Ses actions principales sont de : Clarifier la chaleur du Poumon. Clarifier la chaleur de l’Estomac. Clarifier la chaleur de la vessie.
Voyons quelques indications :
Le chou chinois est excellent quand on se trouve devant un état dit de « chaleur dans l’estomac » qui assèche et irrite les muqueuses en donnant une symptomatologie « feu » comme de la soif, de l’agitation, des problèmes de constipation par sécheresse des liquides organiques.
Cet état peut apparaître quand on mange de trop et que les aliments stagnent dans l’estomac.
Par son action tonifiante et rafraîchissante du Poumon, Bai Cai permet de lutter contre les inflammations du Poumon avec toux et mal de gorge.
On peut aussi le prendre en cas d’inflammation de la vessie avec des mictions incessantes et douloureuses, des rétentions urinaires.
Il ne faut pas oublier ce légume en cas de rhume ou de grippe avec fièvre, car il rafraîchit le corps du fait de sa nature légèrement froide.
Le chou chinois permet de rapidement éliminer les effets nocifs des repas de fête un peu trop arrosés.
Dans le Dian Nan Ben Cao il est dit que « Bai Cai favorise la circulation de sang et d’énergie dans les vaisseaux et les méridiens ».
Que disent les recherches modernes ?
Il fait donc partie de la famille des crucifères, avec les brocolis, les choux fleurs, famille botanique à même de nous protéger des cancers du Poumon, de l’appareil digestif, des ovaires et des Reins.
Il diminue les risques de maladies cardio-vasculaires.
Surtout, le chou chinois est un des légumes qui contient le plus de calcium dit « disponible », c’est-à-dire directement assimilable par l’organisme.
En outre il contient une grande concentration de vitamine A qui favorise la croissance des os et des dents, maintient la peau en bonne santé et favorise une bonne vision entre autres nocturne.
Mode d’utilisation.
Ce légume peut se consommer en soupe, en salade, sautée avec de la viande. 
En Chine il entre dans la composition des raviolis et des galettes fourrées. 
Surtout au nord-est de la Chine, il peut être fermenté par saumurage. On l’appelle alors Suan Cai. Il serait à l’origine de notre choucroute !
On peut manger les feuilles crues, émincées avec une vinaigrette en salade. Il est alors de nature beaucoup plus froide et contre balance des mets trop épicés et lourds à digérer.
Il est très courant en Chine de le prendre sous forme de bouillon. On fait alors dorer des oignons émincés. On ajoute un peu d’ail et du gingembre pilé, puis de l’eau salée que l’on porte à ébullition. On jette ensuite du chou émincé grossièrement et on laisse cuire 5 à 7 minutes. On se trouve alors devant une soupe délicieuse.
En Chine, on accroche les feuilles de chou pour les faire sécher en prévision de l’hiver. En automne, toutes les cours des maisons étaient ainsi garnies de rangées de feuilles suspendues.
L’application externe des feuilles de chou sous forme de cataplasme est très courante.
Après les avoir stérilisées par immersion dans l’eau tiède, on les applique sur la poitrine en cas de bronchites, sur les brûlures, les dartres, les entorses, les froissements de muscles les ganglions enflés, les gerçures de sein, la goutte, les furoncles, les panaris, les phlegmons, les plaies suppurantes (changer les feuilles fréquemment), la métrite hémorragique (application sur les reins et le bas ventre), les névralgies faciales, la paralysie des membres, la pleurésie purulente, la rougeole (application à la cheville, aux poignets, au front et à la nuque) en cas d’urticaire, de zona.
Il entre dans la composition du fameux régime « Okinawa », dit de « longévité ».
Contre-indications.
Il convient d’éviter d’en consommer en excès en cas de faiblesse  de l’énergie de la Rate, chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire. De par son caractère « glissant », il peut légèrement être laxatif.
De même en cas de faiblesse du Poumon.
Dans les textes anciens, il est dit que le chou chinois est incompatible avec la prise de réglisse !
Conclusion
Voilà un légume qui a su s’acclimater à notre sol. Je vous conseille vivement de le faire entrer régulièrement dans vos préparations culinaires en n’oubliant pas la régle des 9 jours, et celle concernant la consommation de légumes et de fruits de saison et de région.

pastedGraphic_6.pngLA  PATATE  DOUCE, Fan ShuFan Shu
Que dit la médecine chinoise ?saveurdouceneutrede la Rate,de l’Estomac,du Gros Intestinet des Reins. a pour action principale de : o   «  ». En médecine chinoise, on parle d’action bénéfique donc sur le foyer moyen. o   Elle «  », les ,  et arrête la soif. o   En agissant sur le Gros Intestin, elle «  » . o   La rate a, entre autres, le rôle de «  ». En tonifiant celle-ci, la patate douce permet «  ». o   On dit aussi qu’elle est utile au souffle, sous-entendu à l’énergie. Voyons un peu ce que disent les compendiums de pharmacopée chinoise : *La patate douce est très intéressante dans les . En renforçant la Rate qui, je vous le rappelle, est le chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire, mais aussi le centre de production du sang et de l’énergie dans le corps, elle permet de . Avec le riz, . On la consomme
alors cuite à la vapeur. La patate douce est tout à fait indiquée en cas d’état de chaleur et de plénitude, et ce, grâce à son rôle harmonisant, humidifiant et réhydratant. Dans les traités de médecine chinoise, elle est, par exemple, indiquée dans les états de chaleur-humidité à même de déclencher un ictère, des problèmes d’abcès au sein, des furoncles. Elle peut aussi agir dans les diarrhées postprandiales dues à une pénétration d’humidité-chaleur consécutive à une trop grande absorption d’alcool. Cet état déclenchant donc un «  ». Mais, à l’inverse, toujours avec cette notion de neutralité-harmonisation de ce tubercule, c’est  surtout quand ces problèmes de constipation sont dus à une diminution du péristaltisme intestinal. La conjonction des deux facteurs que sont l’augmentation de production d’énergie dans le corps et des fibres qu’elles contiennent permet d’arriver à ce résultat. *. La patate douce est efficace en cas de gros problèmes de déshydratation avec une soif excessive. Il faut alors la consommer crue ou centrifugée. Dans le , il est dit «  ». Dans le , il est dit : «  ».  La forme la plus courante est la patate douce à chair orange. Cette couleur est donnée par le carotène qui est un . Elle protège donc, entre autres, l’organisme contre les maladies cardio-vasculaires, certains types de cancers, mais aussi contre la cataracte. . Rappelons que le carotène a une action directe sur la bonne vision nocturne et prévient la myopie. Rappelons-nous aussi que « » en énergétique chinoise. Une recette très connue en Chine est de mélanger du foie d’agneau ou de poulet avec la patate douce. Cela va avoir un effet très positif sur la vision et en particulier l’héméralopie. Une étude récente a montré qu’une boisson à base de patate douce améliore les fonctions hépatiques chez les sujets à risque et régule le taux d’enzyme hépatique. Elle contient un taux élevé de vitamine E bénéfique pour la peau, le cœur et la fertilité. Les fibres grosses et le mucilage qu’elle contient, mais aussi sa forte teneur en amidon permettent, comme nous l’avons vu plus haut, d’augmenter le péristaltisme intestinal. . D’autre part, il conviendrait d’en consommer beaucoup plus après un accouchement pour reconstituer le sang et l’énergie. Enfin la patate douce a une action très importante sur la régulation de l’appétit. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, à condition de consommer des légumes à côté et de ne pas prendre de beurre avec ! ! ! .  La patate douce se consomme aussi bien crue, bouillie, sautée, cuite à la vapeur, grillée, en purée, ou en jus. L’épluchage n’est pas obligatoire. La peau est très fine. Il suffit de bien la laver, de la brosser soigneusement. Quand on la cuit à l’eau, cela demande entre 20-25’. Au four entre 45-60’ en faisant au préalable une entaille. Il convient de choisir les patates douces ayant un beau rouge orange vif. Les éviter si elles présentent des taches noires qui peuvent être toxiques. Les feuilles sont comestibles et sont utilisées en médecine chinoise pour prévenir les cancers du poumon.  Il faut éviter de prendre trop de patates douces dans un seul repas. En effet, chez certains organismes affaiblis, cela peut donner des excès de flatulences, ou créer des problèmes de régurgitation acide. Il faut éviter de la consommer crue ou cuite si on est en vide de rate.  Vous avez bien compris, au vu de ce qui vient d’être énoncé, que l’on devrait petit à petit remplacer la pomme de terre par la patate douce. Certes, la pomme de terre commune est tout à fait comestible, mais les apports nutritionnels, et surtout la digestibilité de ces deux tubercules est sans comparaison. Cela pourrait devenir un excellent créneau pour nos agriculteurs « bio », d’autant plus que , ce qui est un comble. Aussi loin que remontent mes souvenirs (je suis né en 52 en Algérie), je me souviens que c’était presque un mets quotidien et que le kilo de patate douce ne valait que quelques centimes. Sa consommation se répand dans le monde entier. À nous d’en tirer parti.  Un souvenir d’enfant de 6-7 ans. C’est lorsque ma mère nous préparait ce repas succulent : des lamelles de patates douces revenues à la poêle dans un peu d’huile. La teneur en sucre les faisait se caraméliser. Un vrai régal. Si vous avez des enfants, testez la purée de patate douce : ils vont adorer. 

L'oignon.
nutrition consciente: l'oignonBien plus qu’un simple légume ,l’oignon est une panacée, le nombre d affections et de  maladies guéries grâce à l’oignon est phénoménal : fièvres, verrues, brûlures..même certains  cancers sont guéris par ce merveilleux don de la nature qui entre dans un grand nombre de  préparations maison curatives ou préventives.
L'oignon est massivement utilisé comme remède naturel à plusieurs affection en raison de sa  grande richesse en un flavonoïde appelé Quercètine et qui agit come un antihistaminique,  antioxydant, anti-cholestérol puissant et un anti-inflammatoire .L’oignon agit aussi comme  un antibiotique et un détoxifiant. Pour cela ;l oignon doit être consommé frais et de  préférence bio.
- Soigner le rhume :c est l’utilisation la plus commune et répandue.il peut être manger cru ce qui dégagera les  sinus, en infusion avec gingembre et miel il aura une action antibiotique et apaisera la gorge  irritée.
- Faire baisser la fièvre : C’est une utilisation peu connue de l’oignon mais très efficace pour baisser une fièvre élevée  fiévre,en voici la recette : dans une paire de chaussettes mélanger oignon et pomme de terre hachés finement avec  une gousse d’ail écrasée. Mettez vos chaussettes et allongez vous dans votre lit. Placez un chiffon imbibé de vinaigre sur votre front.
- Soigne la toux. Pour soigner une toux persistante ce remède maison très efficace : Peler un gros oignon ,coupez le en deux, couvrez chaque moitié d une cuillère de sucre brun. Laisser reposer pendant une heure puis en récupérer le jus. Prenez en deux fois par jour. Le sucre brun extrait le jus de l’oignon et rend son goût acceptable. on peut aussi mélanger le  jus d’oignon avec du miel pour leurs vertus apaisantes et antibiotiques.
- contre l’otalgie et le bouchon de cérumen.  Si vous avez mal à l’oreille et que vous êtes gêné par un bouchon de cérumen placez y le cœur  d’ un oignon avant de dormir .Au réveil le cérumen assoupli sera retiré facilement et l action  anti-inflammatoire de l’oignon calmera la douleur de l’oreille.
- Soigner les yeux irrités. Rien de plus simple que de couper un oignon, et laisser couler ses larmes qui nettoient pour   soigner l irritation des yeux, en évitant bien sûr de les frotter pour ne pas aggraver leur état.
- Soigner une blessure. En cas de coupure coupez un oignon en deux et appliquer une moitié sur la plaie , le jus de l'oignon la nettoiera et préviendra l infection, ensuite récupérez la peau de l oignon et couvrez votre blessure avec, ça arrêtera le saignement et la gardera propre. Si la coupure est très  étendue couvrez la d’une peau d’oignon et d’un pansement et changez le deux fois par jour.
- Guérir les blessures chirurgicales. Même si on ne verra pas tout de suite des pansements à l oignon dans les blocs chirurgicaux  et postopératoires tout de suite, ses action antibiotique et anti inflammatoire et cicatrisante  sont une alternative naturelle aux médicaments après une opération chirurgicale.
- Soigner une infection. Pour soigner une coupure ,une piqûre d’insecte ou une brûlure déjà infectée, il suffit de nettoyer la zone infectée et y appliquer cette préparation : Faire bouillir du lait et en imbiber une tranche épaisse de pain. Y ajouter un oignon râpé et mélanger en pâte. Nettoyer l’infection , y appliquer la pâte et laisser durcir.
Laisser agir quelques heures , l’infection commencera à se résorber. Ensuite nettoyer ,et répéter l’opération deux fois par jour jusqu’à guérison.
- Guérir une brûlure. Vous vous êtes brûlé avec une casserole sur le feu, prenez vite un oignon coupez le en deux et placer la moitié sur la brûlure , son action apaisante et cicatrisante est instantanée. Pour favoriser la guérison appliquer sur la brûlure quelques blancs d’œuf battus et laisser sécher , couvrez avec une gaze propre pour une guérison rapide et sans cicatrices.
- Apaiser les piqûres d abeilles et autres insectes. En cas de piqûre d’abeille , retirez vite le dard et couvrir l’endroit de la morsure par un oignon râpé il agira en antihistaminique et anti inflammatoire.
- verrues. Pour ce faire mettez un morceau d oignon sur la verrue et les couvrir d’un pansement Il la  brûlera en quelques jours. Pour ne pas brûler la peau autour le morceau d’oignon doit être de  la taille de la verrue.
- Abaisser la pression artérielle. Tout comme l’ail, l’oignon aide a baisser une tension élevée par l action de la Quercétine qui en plus de baisser la tension, vous protégera contre les AVC et les maladies cardio-vasculaires. Mangez un oignon ou deux par jour crus ou légèrement sautés pour profiter de ses vertus curatives.
- Réduire le taux de cholestérol. Consommer un oignon cru par jour abaissera un taux de cholestérol et vous épargnera un traitement médicamenteux de plus.
- Arrêter les vomissements. Contre les vomissements , ce remède Yogi à base d oignon est très efficace quand il est préparé correctement selon ces instructions : râper un oignon blanc ou jaune, placez le dans une serviette en papier et appuyer pour en extraire le jus.Préparer un thé à la menthe poivrée, et laisser le refroidir.Prenez 2 cuillères à café de jus d’oignon, attendez quelques minutes ,et prenez 2cuilléres à café de thé à la menthe. Les vomissements cessera immédiatement et la nausée disparaît après 15 minutes, sinon répéter jusqu’ à amélioration.
- Lutte contre le cancer :l’oignon thérapie. Même si ce n’est pas prouvé par des études scientifiques, ce remède naturel est adopté par beaucoup de personnes pour prévenir et même guérir le cancer.il s agit de choisir des oignons jaunes , issus de la culture biologique et de les presser avec un presse agrumes et boire le jus..et d y croire.
Autre utilisations:
- frotter le sur la peau comme un insectifuge
- utiliser le jus d’oignon pour repousser les mites
- Appliquer sur le cuir-chevelu pour activer la pousse capillaire
- frottez le sur la peau pour réduire les tâches
- polir le verre, le cuivre et éliminer la rouille sur le fer
- Pulvériser les plantes avec eau de cuisson d’oignon refroidie repoussera les insectes ravageurs
A la lecture de cette liste on ne peut que remercier la nature ;et nos anciens pour leurs recettes guérisseuse ,et pourquoi ne pas dire tout haut »Un oignon par jour, éloignera le  médecin pour toujours ».
Source :nutrilover

Graines de lin....
Si vous suivez un peu l'actualité sur le net, vous avez sans doute entendu parler des pouvoirs des graines de lin. Cet article me semble très interessant parcequ'il met en garde contre un mauvais usages des graines de lin. A lire, pour info!

QUAND LE REMÈDE SE TRANSFORME EN POISON : 3 CHOSES ESSENTIELLES SUR LES GRAINES DE LIN...
Article paru sur 3h46minutes... 

20130520013822-hold-crane-pose-bakasana-for-30sec

UNE PETITE GRAINE POUR DE GRANDS EFFETS : PICORONS DES GRAINES DE LIN

On connaît l’importance d’un apport suffisant en acides gras essentiels, les Oméga3, pour la santé globale. Un apport suffisant permet d’harmoniser les rapports entre Oméga-3 et Oméga-6, dont le déséquilibre crée une situation inflammatoire à l’origine de beaucoup de maladies modernes. 
Le champion toutes catégories des Oméga-3, c’est la graine de lin. Deux cuillères de graines de lin vous apportent environ 2 g d’Ω-3, soit le minimum quotidien recommandé. Sachant cela, votre premier réflexe serait d’en saupoudrer allégrement tous vos plats, de l’entrée au dessert. Avec son délicieux goût de noisette qui accompagne aussi bien sucré que salé, on voudrait accommoder la graine de lin à toutes les sauces. Mais dans la réalité, l’utilisation du lin est plus complexe. Les Ω-sont d’autant plus précieux qu’ils doivent être maniés avec précaution. 


QUAND LE REMÈDE SE TRANSFORME EN POISON : LES TROIS CHOSES À SAVOIR
- Premièrement, il existe une grande variété de graines de lin, avec des teneurs en Ω-3 très variables. Il existe même une variété de lin pauvre en Ω-3.
- Ensuite, les graines de lin contiennent des facteurs anti-nutritionnels appelés « composés cyanogènes », qui sont mortels pour l’homme à partir de 140mg ingérés (l’équivalent de 400g de graines crues).
- Enfin, les différents composés du lin sont très sensibles et se dégradent vite lorsqu’ils ne sont plus protégés par leur enveloppe protectrice constituée par la graine. Une fois la graine de lin moulue, ses Ω-3 rancissent. Et rien de pire point de vue santé qu’un Ω-3 oxydé ! L’oxydation des Ω-3 donne en effet naissance à une multitude de produits différents, pouvant, comble du comble, entraîner des réactions inflammatoires. 
Les graines de lin ne livrent pas facilement leurs richesses*. Pour les consommer, il est nécessaire de les broyer. Sans cela, vous les retrouverez intactes dans vos toilettes, car l’estomac ne peut pas dissoudre l’enveloppe de la graine. Ce processus de broyage accentue les risques de dénaturation. Une fois réduit en farine ou en huile, le lin devient très sensible à la lumière, à l’air, et à la chaleur. Ne jetons surtout pas d’huile (de lin) sur le feu.
On comprend donc l’importance du procédé utilisé pour le broyage des graines de lin, de l’ajout d’antioxydants à la farine obtenue et du procédé de conservation. Farine de lin stockée dans de grands contenants perméables à l’air et à la lumière, bouteilles d’huile de lin en verre transparent, non merci…
PRENONS-EN DE LA GRAINE : POUR PROFITER DE TOUS LES BIENFAITS DES GRAINES DE LIN
- Si vous disposez d’un bon broyeur (moulin à café) et voulez moudre vous-même vos graines de lin, veillez à choisir une variété riche en Ω-3. Avant de les broyer, ajoutez un antioxydant naturel afin d’éviter toute oxydation durant le processus (une goutte d’huile essentielle de romarin fera l’affaire). Faites attention à ne pas surchauffer la machine (et donc surchauffer les graines de lin), aménagez des pauses dans le broyage. L’idéal est de la consommer immédiatement. Sinon, conservez-la au frigo, à l’abri de l’air et de la lumière, et consommez rapidement. Pour éviter l’oxydation des acides gras durant le processus de digestion et de métabolisation, veillez à avoir une alimentation riche en polyphénols, abondants dans les fruits et les légumes. 
- Si vous achetez de la farine de lin, soyez particulièrement vigilant à tout ce qui s’est dit plus haut. Ne vous laissez pas rouler dedans.

Quelques règles de prévention anti-cancer Jean-Baptiste Loin.

Cela est indéniablement dû aux conditions de vie et à une alimentation de plus en plus antinaturelles. Contre cet état de fait, une seule réplique : la prévention par une saine diététique et des compléments nutritionnels adaptés. 
C’est le Dr Kousmine qui, la première, s’attacha à comprendre pourquoi le cancer s’installait, et qui, après vingt ans de recherches sur la question, conclut que son apparition correspondait à « une réaction normale de l’organisme placé dans des conditions anormales, essentiellement pour des raisons alimentaires ou environnementales ». 
Ses premières expériences sur des souris démontrèrent que la présence d’une tumeur cancéreuse chez ces petits animaux accroissait leur résistance à l’intoxication par une toxine microbienne, et que la tumeur cancéreuse avait donc un pouvoir détoxiquant. 
De là à penser que le cancer répondait à un besoin de l’organisme de résister à une agression toxique, que la tumeur, en quelque sorte, jouait le rôle d’un second foie lorsque le premier était surchargé, il n’y avait qu’un pas qu’elle franchit dans sa théorie diététique visant à « enlever le besoin de cancer » par une alimentation non toxique. 
Non toxique car, d’après le Dr Kousmine, l’alimentation des peuples dits « civilisés » avait considérablement dégénéré depuis la dernière guerre mondiale avec l’introduction de céréales et d’huiles raffinées, d’aliments en conserve, de modes de cuisson agressifs, le tout encore aggravé par une très nette diminution de la consommation de fruits et de légumes crus, première étape qui supprimait de nombreuses vitamines indispensables. 
Dans un deuxième temps, celui de l’auto-intoxication à partir d’une flore intestinale pathogène, c’est la consommation de sucre blanc, ainsi que de protéines et graisses animales, qui atteignirent des proportions dangereusement exagérées. 
D’après le Dr Kousmine, donc, toutes ces dramatiques transformations du mode alimentaire ont entraîné le développement d’une flore intestinale de putréfaction, la diminution de la flore acidophile protectrice  et une fragilisation de la paroi de la muqueuse intestinale, causes principales de l’apparition des cancers. 
Une question de santé cellulaire
Aujourd’hui, la diététique et la nutrithérapie ont conservé ce cap et portent toute leur attention sur la membrane des cellules, puisque c’est au travers de cette structure que s’opèrent, plus ou moins bien selon l’état de santé de la personne, les échanges nutritionnels. 
Or, cette membrane est principalement de nature lipidique, avec toutefois quelques molécules protidiques ; mais c’est de la qualité des lipides que dépend toute sa fluidité. 
Ainsi, ce sont bien les huiles et autres corps gras consommés chaque jour qui constituent la membrane des cellules, et ce sont bien les acides gras saturés, aidés cependant par les radicaux libres, qui détruisent la membrane en la rigidifiant.
La base numéro un de la prévention anti-cancer réside donc dans la consommation d’aliments contenant des acides gras poly-insaturés et des antioxydants.
On évitera ainsi les produits laitiers, les viandes et  les margarines hydrogénées, et l’on préférera les graisses de volaille, l’huile d’olive, et surtout les poissons gras, l’huile de colza et l’huile de noix, avec une solide complémentation en Oméga 3. 
Ces Oméga 3 préviennent en effet le cancer car, en interférant avec la production de prostaglandines, thromboxanes et leucotriènes, ils modulent la croissance cellulaire et diminuent l’efficacité des cellules métastatiques. 
A noter que deux huiles se distinguent tout spécialement, parmi les meilleurs corps gras anti-cancer. 
L’huile de nigelle, tout d’abord, dans la mesure où elle compte parmi les meilleurs stimulants immunitaires. 
Cette huile contient des acides linoléiques et gamma-linoléiques qui président à la synthèse des prostaglandines et aident ainsi à stopper certaines réactions immunitaires pathogènes, causes de cancer. 
L’huile de foie de requin, enfin, améliore les réponses du système immunitaire et permet la synthèse accélérée des leucocytes et des plaquettes sanguines. 
Du cru et du bio
Il est également très important d’apporter à l’organisme des nutriments sous leur forme colloïdale, autrement dit sous forme vivante, sous forme crue.
Car non seulement les aliments à l’état cru demandent moins d’effort à l’organisme pour être digérés, non seulement ils apportent moins de toxines et, au contraire, aident à la détoxication, mais de plus ils assurent une vitalité infiniment supérieure et contribuent donc réellement à un rétablissement de la santé. 
Très important encore, on ne peut que conseiller une alimentation sinon totalement végétarienne tout au moins tendant vers le végétal bio. 
Certains légumes, comme l’oignon cru, le chou et les crucifères ont d’ailleurs été reconnus pour leurs vertus anti-cancer, tout comme les régimes riches en fibres végétales, c’est-à-dire en céréales complètes et légumineuses, et en fruits avec leur peau.
Divers auteurs ont donné leur avis concernant les meilleurs aliments à consommer préventivement au cancer. 
Valnet, par exemple, conseille les : agrumes, abricot, ail, algues, asperges, baies, basilic, betterave rouge, brocoli, carotte, cassis, céleri, cerise, citrouille, courge, cresson, crucifères, curcuma, germe de blé, goyave, haricots secs, légumes verts, légumineuses, graines de lin, mandarine, melon cantaloup, noix, oignon, panais, papaye, patate douce, petit pois, pomme, raisin, rhubarbe, safran, soja et tomate. 
Le Dr Lévy, représentant de la médecine orthomoléculaire, insiste pour sa part sur les amandes, les figues et les abricots qui, selon lui, renferment des substances s’opposant à la dégénérescence cancéreuse. 
D’autres, mais surtout en visant les cancers digestifs, recommandent les crucifères, c’est-à-dire les navets, les radis, le raifort et les choux, qui contiennent des indoles, substances dont le rôle protecteur vis-à-vis de ces cancers a été mis en évidence par de nombreuses études. 
Par ailleurs, les aliments contenant du magnésium s’avèrent aussi fort utiles, tels que le pain complet, les dattes et les légumes verts. 
Enfin, pour éviter la constipation, afin qu’aucune substance, a fortiori lorsqu’elle est toxique, ne séjourne trop longtemps en contact direct avec la paroi intestinale, on consommera couramment les laxatifs légers offerts par la diététique, comme l’agar-agar, la graine de lin, le frêne, la manne ou les pruneaux qui assureront au transit la vitalité qui lui est due.
Quant à l’exercice physique accompagné de respiration d’air pur, il  complètera toujours ces règles d’hygiène alimentaire, car il ne faut jamais oublier que la sédentarité est, elle aussi, à l’origine de nombreux cancers. 
Quelques super aliments
Depuis le sel, les compléments alimentaires n’ont cessé de se multiplier dans l’alimentation humaine, avec toutes sortes de condiments et d’épices qui sont autant de phytothérapiques efficaces, et aujourd’hui avec ce que l’on appelle couramment des « super aliments » pour signifier leur degré extrême de concentration en principes actifs et nutriments. 
Dans le cadre de la prévention anti-cancer, la poudre d’herbe d’orge, par ses enzymes et ses vitamines, est un de ces super aliments qui renforcent le système immunitaire. 
Ses enzymes antioxydantes combattent les radicaux libres pendant que son bêtacarotène stimule la lysozyme qui détruira de nombreuses bactéries. 
D’autres vitamines, comme la B1, la B2 et la B6 stimulent respectivement le système lymphatique, les anticorps et le système immunitaire dans son ensemble. 
Enfin, la vitamine C rend la phagocytose plus efficace. 
D’autre part, le jus d’herbe d’orge purifie les intestins et régénère la flore. 
Ses fibres stimulent le péristaltisme, pendant que d’autres nutriments arrêtent la croissance des bactéries et des champignons nocifs.
La chlorelle, elle aussi, favorise grandement l’hygiène intestinale et compte parmi les meilleurs draineurs de toxines. 
Cette algue microscopique riche en vitamines C, E et B, en bêtacarotène, en oligo-éléments comme le fer, le calcium, le potassium et le magnésium, est à la fois purifiante, détoxiquante et régénérante, avec une action particulièrement intéressante sur la sphère hépatique. 
Sa chlorophylle nettoie le système digestif, ses acides nucléiques régénèrent les cellules et en particulier celles du foie, et sa membrane cellulaire riche en cellulose fixe les toxines et les métaux lourds pour les éliminer dans les selles, avec d’ailleurs encore plus d’efficacité lorsqu’elle est combinée au chitosan. 
Autre algue célèbre, la spiruline est reconnue pour son action préventive en ce qui concerne le cholestérol, les pathologies cardio-vasculaires, les infections diverses et le cancer. 
Particulièrement riche en protéines d’excellente qualité et en fer, elle viendra merveilleusement compléter l’herbe d’orge et la chlorelle. 
Ainsi, un cocktail de deux cuillères à soupe d’herbe d’orge, d’autant de spiruline en poudre, dans un mélange de sucs d’ortie et de pissenlit allongés d’eau, avec six comprimés de chlorelle et un peu de chitosan, tous les matins à jeun, constituera certainement une des meilleures mesures préventives anti-cancer – et notamment anti-cancer du côlon – qui soit ! 
Enfin, le Noni, un puissant renforçateur du système immunitaire stimulant les macrophages et les lymphocytes, est capable d’inverser les modifications cellulaires susceptibles de conduire au cancer. 
Les nutriments protecteurs
Mais les formules les plus concentrées en principes actifs restent naturellement les compléments nutritionnels qui, dans la prévention anti-cancers, apportent un surcroît de protection réellement fiable.
Le ginseng, par exemple, a une action préventive, notamment sur le cancer de l’estomac, du poumon, du foie, de l’ovaire et de la peau. 
Le resveratrol, polyphénol du vin rouge, est un antioxydant trente fois plus puissant que la Vitamine E et un stimulant de la fonction immunitaire qui évite la formation de tumeurs de la peau. 
Mais ce n’est pas tout, car :
- le lycopène est un préventif du cancer de la prostate, 
- l’Amrit Kalash du cancer du poumon, 
- l’astaxanthine des cancers induits par des produits chimiques, 
- les phytostérols des cancers du côlon, 
- les isoflavones du soja de certains cancers hormonodépendants, 
- le Shatavari du cancer du sein…
Toutefois, certains compléments s’avèrent plus particulièrement intéressants. C’est le cas d’un extrait du mycélium d’un champignon hybride, l’AHCC, qui contient une multitude de principes actifs, dont certains dérivés de l’alpha et du bêta-glucane, qui améliorent la réponse immunitaire en induisant la prolifération des macrophages et en accroissant la production de cytokines bénéfiques, ce qui assure une action antitumorale directe.
L’Indole-3-Carbinol, un phytonutriment présent naturellement dans les crucifères, est un puissant inhibiteur sélectif des cellules cancéreuses œstrogène-dépendantes, qui réduit l’incidence des cancers du sein et de l’endomètre. 
Mais il donne également d’excellents résultats dans la prévention du cancer du poumon dans la mesure où il neutralise partiellement certains composés cancérigènes, en l’occurrence les nitrosamines, présents dans la fumée de cigarette. 
La curcumine inhibe la production des cytokines, les molécules qui déclenchent les processus inflammatoires au niveau cellulaire. 
Or, la réaction inflammatoire est souvent à l’origine de la formation et de la croissance des tumeurs cancéreuses. 
On emploiera avant tout la curcumine :
- pour prévenir le cancer du côlon, très lié aux processus inflammatoires ; 
- contre le cancer de la peau puisque la curcumine bloque un signal du facteur de croissance épidermique ; 
- contre le cancer de l’estomac causé par la présence de la bactérie helicobacter pylori, dans la mesure où ce complément bloque aussi le NF-kappa B induit par l’augmentation des cytokines ; 
- contre les cancers du poumon, du sein et de la prostate.
D’autres nutriments sont encore classiquement considérés comme essentiels : les anthocyanes, les caroténoïdes,  les glucosinolates du brocoli, le sélénium, les sulfides de l’ail, et enfin les vitamines D et E.
Mais s’il fallait n’en retenir qu’un, ce serait probablement la mélatonine, un extraordinaire stimulant immunitaire permettant de revivifier les systèmes immunitaires vieillissants. 
Son mode d’action est multiple puisque, non contente de stimuler le système immunitaire, elle :
- réduit la circulation des hormones qui stimulent la croissance des tumeurs, 
- induit la différenciation chez les cellules cancéreuses, 
- inhibe l’angiogenèse et la formation de métastases. 
Plus qu’un simple préventif, on peut même la considérer comme un adjuvant curatif majeur. 


Les additifs alimentaires

INOFFENSIFS : 100 - 103 - 104 - 105 - 111 - 121 - 122 - 132 - 140 - 151 - 160 - 161 - 162 170 - 174 - 175 - 180 - 200 - 201 - 202 - 236 - 237 - ­239 - 260 - 261 - 262 - 263 - 270 - 282 - 290 - 293 - 300 - 302 - 304 - 305 - 306 - 307 - 308 - 309 - 322 - 325 - 326 - 327 - 331 - 332 - 334 - 335 - 336 - 337 - 400 - 401 - 403 - 404 - 405 - 406 - 408 - 410 - 411 - 413 - 414 - 420 - 421 - 422 - 440 - 470 - 471 - 472 - 473 - 474 - 475. 

SUSPECTS (étude en cours) 125 - 131 - 141 - 142 - 150 - 153 - 171 -172 - 210 - 213 - 215 - 216 - 217 - 231 - 232 - 241 - 338 - 340 - 341 - 460 - 462 - 463 - 465 - 466 - 477.  
TOXIQUES – CANCERIGENES 102 - 110 - 120 - 123 - 124 - 127 - 211 - 220 - 225 - 230 - 250 - 251 - 252 - 311 - 330 (le plus dangereux) - 407 - 450.
SYMPTOMES ADDITIFS :
Perturbations intestins E 221 - 222 - 223 - 224 - 226.
Derme (peau) E 220 - 231 - 232 - 233
Perturbations digestion E 330 - 339 - 340 - 341 - 400 - 461 - 463 - 466 - 467
Calculs rénaux E 447
Produits dangereux E 102 - 110 - 120 - 124 - 127
Destruction vitamine B12 E 200
Accidents vasculaires E 230 - 251 - 252 (dans la charcuterie)
Cholestérol E 320 - 321
Sensibilité cutanée E 311 - 312
Aphtes E 330
Digestion E 407 (crème glacées)
Produits cancérigènes E 131 - 142 - 210 - 212 - 213 – 214 




 
L'énergie du bien-etre

Retrouvez-moi sur facebook! Et merci d'aimer mes pages, de les partager !!!!

 
L'énergie du bien-etre 
"L'esprit du tai chi"
"Editions Spirales, ebooks bien-être"
"Feng Shui Tao"
"La maison du bien-être, produits magnétiques Nikken"
"Cleanergy"
"Cieaura, les hologrammes du bien-etre" 
"Quantum Health Technologie"