Arts énergétiques de santé, de la tradition au quantique

Phyto, HE

Ces plantes qui nous font du bien...

La phyto énergétique  est une application nouvelle, quantique, de l’usage des plantes. Elles ne sont plus utilisées comme remèdes pour soulager tel ou tel symptôme, mais pour leur pouvoir vibratoire, informationnel (bio énergie, bio résonance). Il s’agit d’une utilisation énergétique. Dans cette conception, les plantes peuvent corriger les désordres énergétiques et rendre l’harmonie.
Comme la médecine chinoise, l’acupuncture, la diététique énergétique, la phyto énergétique trouve sa place dans la prévention et dans la prise en charge de toutes les pathologies chroniques pour rétablir le terrain.

Les plantes en compléments alimentaires.
J'ai sélectionné pour vous une gamme de compléments alimentaires "Activa" pour leur dimension vibratoire, quantique.  
Les complements alimentaires phyto "quantiques" dans la boutique en ligne.
La nutripuncture

Pharmacopée chinoise...

Liu Wei Di Huang Pian

Formule phare de la pharmacopée chinoise, Liu Wei Di Huang Pian ou « Pilule des six saveurs avec Rehmannia » suscite souvent des questionnements car son usage est difficile à cerner. Se prend souvent en complément d’autres, afin de renforcer le travail énergétique sur le rein lorsque cela est nécessaire. Demandez conseil!
Nourrit le yin des reins
L’organe du rein est le siège du yin, nourrissant l’ensemble des organes. Il est le contenant de l’Essence fondamentale (le Jing). Celle-ci est à l’origine de la naissance, de la fécondité et notre réservoir de vie.
Le Yin du Rein est la « base matérielle » du Yang du Rein, tandis que le Yang du Rein fournit l’énergie nécessaire à toutes les fonctions du Rein. Opposés mais complémentaires, le yin et le yang des Reins se contrôlent mutuellement, et sont à l’image de la Vie selon la vision chinoise.
La « bonne santé » d’un individu est synonyme d’un équilibre yin yang. La déficience de l’un ou de l’autre engendre obligatoirement un syndrome énergétique, à l’origine de « maladies ». Ces deux aspects du Rein sont souvent comparés à une lampe à huile, l’huile représentant le yin et la flamme le yang. Si l’huile diminue, la flamme diminue également et inversement.
Le rein a plusieurs fonctions : il gouverne le métabolisme de l'eau et est le thermo-régulateur du corps, contrôle la réception du Qi, gouverne les moelles, les os et les orifices inférieurs. Son entraille liée est la vessie.
En conséquence, les symptômes de vide de yin des reins sont : la fatigue généralisée, la transpiration nocturne, les bouffées de chaleur, les urines rares et foncées, la bouche et la peau sèches, la faiblesse des lombes et des genoux, la baisse de la libido, de l’audition, les accouphènes... 
Et secondairement, le yin du Foie
Le Foie est à la fois yin et yang : yin parce qu’il stocke le sang et yang parce qu’il régule les mouvements du Qi des autres organes. Sa matière est constituée de sang et sa fonction est yang.

Liu Wei Di Huang Pian est une formule recommandée en cas de :
- Troubles du sommeil
En médecine traditionnelle chinoise, les troubles du sommeil sont attribués au Shen (esprit) et à l’ancrage du yin. Selon la théorie du yin et du yang, le jour est yang et la nuit est yin. A la tombée du jour, le yang ralentit, s’affaiblit pour laisser la place au yin. Chez certaines personnes, le Shen s’agite le soir, favorisant le yang (l’énergie) et empêchant le yin de s’imposer. La prise de Liu Wei Di Huang Pian, aide le yin à s’ancrer et faire le « passage » entre le yang et le yin.
- Transpiration nocturne due aux troubles de la ménopause
Lors de la ménopause, un vide de yin des reins provoquera la montée du yang et des symptômes comme des bouffées de chaleur, une certaine irritabilité et une diminution des sécrétions vaginales. On retrouve ici le rôle thermorégulateur du Rein et sa gouvernance des Liquides. En cas de transpiration nocturne excessive, on pourra alors tonifier le yin du Rein pour réguler ces chaleurs nocturnes...
- Infections urinaires
Les infections urinaires peuvent être dues à un vide du yin du rein qui crée une chaleur descendante, à l’origine de brûlures lors des mictions et de l’envie pressante d’uriner… Rappelons que la fonction d’excrétion des liquides de la Vessie est sous le contrôle du Rein qui réchauffe le Qi de la Vessie pour l’aider à séparer le Clair du Trouble. Lorsque le yin du Rein est affaibli, un feu apparent ou « feu vide » se crée dans le corps, aggravé par le manque d’Eau. En cas d’infections urinaires avec un syndrome de vide de yin du rein plus marqué, vous pouvez coupler avec Liu Wei Di Huang Pian.
- Acouphènes
La "Pilule des six saveurs avec Rehmannia" peut également se prendre en complément d’Acoumen.
Article de B. Bimont, tendance santé. 

Les huiles essentielles…
En application sur des zones spécifiques ou points d’acupuncture, elles vont agir en synergie, comme le feraient les aiguilles de l’acupuncture, pour libérer, équilibrer, redonner la qualité vibratoire juste aux  courants bio énergétiques (méridiens).

Elles sont sélectionnées spécialement et réparties selon les 5 éléments de la médecine chinoise. Une sélection plus fine permet d’agir plus spécifiquement sur chaque méridien.  
Les points utilisés sont les points de saison (ou points antiques), qui se situent aux extrémités des membres. Il convient d’établir un bilan énergétique, qui permettra d’identifier le ou les méridiens « malades »…

Boswellia: l'huile essentielle d'Encens....
la magie de l'huile essentielle d'encens dans le traitement du cancerLa tradition nous dit que les Trois Mages ont donné à l’enfant Roi d’Israël des cadeaux, de l’or pour honorer sa royauté, de l’encens comme parfum et de la myrrhe comme huile d’onction.
Bien qu’il y ait probablement une certaine vérité à cela, d’autres sources affirment que les sages de l’Extrême-Orient ont fait preuve d’esprit pratique en donnant à l’enfant Jésus ces huiles essentielles précieuses et coûteuses qui pouvaient être de potentiels remèdes médicaux surpuissants.
Les bienfaits de l’encens
Depuis plus de 5000 ans l’encens a été utilisé pour soutenir le système immunitaire, combattre les infections et guérir les maladies. Aujourd’hui, les avantages les plus courants de l’encens comprennent :

Un communiqué de presse de l’Université de Leicester au Royaume-Uni, publié quelques jours avant Noël l’année dernière, a relancé la théorie selon laquelle les « sages » ont non seulement apporté la richesse à Jésus, mais aussi la santé.
Selon l’annonce qui a suivi ce communiqué, « Des chercheurs de l’Université de Leicester découvrent les propriétés de l’encens qui détruit le cancer pour le cancer des ovaires ». Utilisant le composé AKBA (acide acétyl-11-céto-bêta-boswellique), la recherche financée par le gouvernement d’Oman a pour la première fois montré la capacité de l’encens à cibler les cellules du cancer chez des patientes atteintes du cancer des ovaires à un stage avancé.
Le chercheur principal Kamla Al-Salmani explique: « Après avoir étudié le composé AKBA sur les cellules cancéreuses du cancer de l’ovaire, nous sommes en mesure de montrer qu’il est efficace pour détruire les cellules cancéreuses.
Beaucoup de gens prennent de l’encens sans effets secondaires connus. Cette constatation offre l’énorme potentiel de faire l’objet d’essais cliniques à l’avenir pour être développé comme traitement supplémentaire du cancer de l’ovaire ».
Le pouvoir destructeur de l’encens
Utilisé pour ses propriétés anti-inflammatoires, l’encens qui est aussi connu sous le nom de Boswellia serrata, a été un favoris de la médecine populaire pour plusieurs problèmes de santé, notamment l’asthme, la gastro-entérite, et les problèmes de peau.

La recherche récente, comme l’étude émanant de l’Université de Leicester, a récemment suggéré  que le pouvoir de l’encens d’inverser le cours de la maladie peut être encore plus englobant qu’on ne le pensait.
Les essais cliniques ont lié avec succès le composé AKBA au traitement potentiel des cancers du cerveau, du sein, du colon, du pancréas, de la prostate et de l’estomac et leurs études emplissent les revues médicales comme Carcinogenèse et PLoS One, sur les prouesses du Boswellia serrata dans la lutte contre le cancer.
Selon les chercheurs du Centre Médical de L’université Baylor à Dallas, les effets anti-cancer de l’encens sont dûs en partie à son effet régulateur da système cellulaire épigénétique, ce qui met en lumière sa capacité à pousser les gènes à favoriser la guérison.
Les scientifiques spécialistes du cancer de Baylor soulignent que cette puissance rend le Boswellia un candidat viable à la fois pour la prévention et le traitement du cancer.
L’huile essentielle d’Encens – Traitement naturel du cancer
Les gens qui ont ajouté le Boswellia serrata dans leur programme de soins naturels du cancer peuvent éprouver un double bénéfice à utiliser cette huile essentielle miracle.

Pour de nombreux patients atteints de cancer, il y a un moment où le traitement est pire que le cancer lui-même. C’est sur ce point que la qualité de la vie et la suppression des symptômes focalise l’attention de beaucoup de personnes atteintes de cette maladie mortelle. Invalidants en-soi, ces effets secondaires du traitement du cancer peuvent rendre ces personnes complètement désespérées.
Prenez par exemple les patients atteints de cancer du cerveau qui ont un oedème cérébral (gonflement de la tête) après avoir eu leurs tumeurs irradiées. Typiquement, ces gens sont traités avec de la dexaméthasone et autres corticostéroïdes pour contrôler l’oedème, mais cela n’est pas sans conséquences énormes car les complications mortelles par les stéroïdes sont illimitées.
Malheureusement, ces personnes souffrent d’une surcharge de médicaments toxiques qui sont censés les aider en premier lieu et elles souffrent en plus de maux de tête, de migraines, et même de vision trouble en raison des traitements stéroïdes.
Heureusement, l’encens offre une solution naturelle et viable à ce problème effrayant. Dès 2011, la revue Cancer a publié les résultats d’un essai clinique concernant 44 personnes pour évaluer la façon dont l’étude sur le traitement de l’oedème du cerveau par l’encens a été effectuée.
ll est étonnant de constater que 60% des patients ont présenté une réduction de l’oedème cérébral de 75% ou plus après avoir été traités avec 4200 mg/jour d’encens! Ces résultats sont si importants que les scientifiques exhortent la communauté médicale à envisager de prescrire cette huile essentielle puissante au lieu de stéroïdes pour les patients cancéreux recevant un traitement par radiation.
Nous espérons que ce traitement va se répandre comme une traînée de poudre dans les cercles de traitement du cancer. Qui sait ce qui pourrait arriver si plus de gens utilisaient cette approche de traitement du cancer par l’encens. Comme nous l’avons vu ci-dessus, si le Boswellia serrata peut tuer les cellules cancéreuses et prévenir la croissance des tumeurs, de grandes perspectives s’ouvrent pour les gens qui suivent des méthodes de traitement naturelles.

L’encens est un bienfait pour la fonction immunitaire
Un nombre croissant de recherches a récemment permis  d’élargir notre compréhension des raisons pour lesquelles l’encens est si bénéfique pour notre santé. Dans une étude publiée par la recherche en Phytothérapie, par exemple, lorsque des souris ont pris 1 – 10 mg de Boswellia serrata oralement, il a été découvert que plusieurs niveaux de leur système immunitaire ont été stimulés, et notamment:

En termes simples, l’encens peut stimuler le système immunitaire mieux que tout autre chose. Deux de ses actions fondamentales résident dans la prolifération des lymphocytes (globules blancs, qui sont l’équipe de défense principale de l’organisme) et en gardant l’inflammation à distance (ce qui est sans doute le principal facteur de risque pour la plupart des maladies chroniques).
Cela peut également expliquer pourquoi l’encens est si efficace dans le traitement de maladies auto-immunes telles que l’asthme bronchique, la maladie de Crohn, la polyarthrite rhumatoïde et la colite ulcéreuse.
Utilisez l’encens dans votre régime de santé naturelle à partir d’aujourd’hui. Cette huie essentielle peut être utilisée facilement dans des diffuseurs pour traiter les affections respiratoires ou vous pouvez la mettre directement sur votre peau en tant qu’élément apaisant .
Et enfin, vous pouvez aussi prendre de l’encens (Boswellia) comme supplément avec quelques gouttes d’huile essentielle placées sous votre langue, sur votre palais ou sous forme de poudre dans des gélules pour le traitement de nombreux problèmes de santé.
Source: Santé Nutrition. 

Niaouli ou Melaleuca...
Puissant antiseptique, amie de la peau et des voies respiratoires, l’huile essentielle de Melaleuca alternifolia est certainement, plus qu’aucune autre, celle qu’il faut avoir dans sa pharmacie familiale. 
Avec le Niaouli ou Melaleuca quinquenervia, le Cajeput ou Melaleuca cajeputi, et les Eucalyptus globulus, radiata et smithii, la Melaleuca alternifolia appartient à la famille des myrtacées.
Cette plante pousse en Australie septentrionale ou, plus exactement, en Nouvelles Galles du Sud.
Elle se multiplie volontiers dans des sols marécageux, par des surgeons généralement assez vivaces pour mettre l’espèce à l’abri des agressions naturelles et humaines.
Il semblerait, en effet, que cet arbre, un peu comme le Ginkgo biloba, soit doué d’une résistance peu commune à la sécheresse, aux inondations et aux incendies.
L’huile essentielle est pratiquement incolore, quelquefois jaune très pâle, toujours limpide, et dégage une odeur caractéristique et fraîche.
Elle est obtenue par distillation à la vapeur des feuilles et des branches terminales à l’état frais.
De l’usage traditionnel à l’usage moderne
Les aborigènes utilisaient les feuilles, en macération, pour désinfecter l’eau de boisson, et s’en servaient pour soigner les plaies et les blessures.
Plus tard, le soldat australien ne partait jamais à l’exercice ou en guerre sans un flacon d’huile essentielle de melaleuca.
Aujourd’hui, cette huile essentielle est employée médicalement, en usages interne et externe, ou dans la cosmétique sous forme de shampooings, crèmes, savons et déodorants, pour ses vertus antiseptiques et dermatologiques.
Un puissant anti-refroidissement
L’HE de mélaleuque est avant tout un exceptionnel antiseptique, d’ailleurs doublé d’un calmant et d’un analgésique assez efficace, que l’on conservera donc en permanence dans l’armoire à pharmacie familiale ou sur soi, notamment pour soigner les rhumes et les infections respiratoires.
Pour ce qui concerne les affections des voies respiratoires, que ce soit bronchite, rhume, grippe, fièvre, sinusite ou même coqueluche, on frictionnera le nez avec une goutte d’huile essentielle, et on se gargarisera avec un peu d’eau additionnée d’une autre goutte.
On peut aussi adjoindre à ce traitement de base des inhalations confectionnées avec cinq gouttes de cette huile dans de l’eau chaude, et/ou des frictions du dos et de la poitrine.
Dans tous les cas, ne jamais oublier de disposer un mouchoir imbibé de trois gouttes d’essence près de l’oreiller avant de s’endormir.
Enfin, il sera très bénéfique de diffuser cette essence en synergie avec des huiles essentielles d’eucalyptus globulus ou radiata, de ravensare et de romarin à cinéole.
Contre-indiquée en cas de grossesse et d’allaitement, et interdite aux enfants de moins de huit ans.
Une amie de la peau
L’HE de mélaleuque est une merveilleuse médication, à appliquer par voie externe, contre de nombreux problèmes cutanés comme l’acné, les pustules, les furoncles, les poux, l’herpès, les verrues, les gerçures, les inflammations
et autres irritations de la peau…
On lavera tout d’abord  soigneusement les zones à traiter, puis on appliquera trois gouttes d’huile essentielle, généralement trois fois par jour au début du traitement, puis, après amélioration, une seule fois.
Acné : Trois fois par jour, enduire chaque bouton d’une goutte d’huile essentielle à l’aide d’un coton-tige.
Cheveux : Avant le lavage, appliquer cinq gouttes sur le cuir chevelu en massant, puis à nouveau cinq gouttes au moment du shampooing. Laisser agir cinq minutes et rincer.
Coups de soleil : Massages légers avec quatre gouttes.
Coupures : Nettoyer soigneusement la blessure, puis appliquer deux gouttes en massant doucement.
Gingivite : Après brossage des dents, appliquer une goutte sur la zone sensible.
Herpès : Une goutte plusieurs fois par jour.
Mycoses : Après lavage méticuleux des zones atteintes, appliquer trois gouttes deux fois par jour en massant.
Piqûres d’insectes : Enduire la piqûre d’huile essentielle deux fois par jour.
Transpiration des pieds : Bains de pieds avec dix gouttes.
Verrues : Une goutte plusieurs fois par jour.
Contre-indication : Cesser l’utilisation si une irritation survient.
Source: JB Loin 

La phyto du drainage...

 La Reine des Prés
La spirée, ou reine des prés, grande et belle plante des lieux humides est, avec le saule, à l’origine de la découverte de l’aspirine, d’où ce nom.
Elle renferme des dérivés salicylés dont les propriétés fébrifuges et antalgiques sont bien connues.
Ses sommités fleuries, douées de puissantes propriétés anti-inflammatoires, sont des remèdes traditionnels des rhumatismes articulaires et de l’arthrose.
Son effet amincissant est lié à son pouvoir diurétique qui stimule l’élimination rénale, résorbe les œdèmes, désinfiltre et draine les zones cellulitiques.
   Le Bouleau
C’est aux puissantes propriétés diurétiques de son écorce, de ses bourgeons et de ses feuilles que le bouleau doit son surnom « d’arbre néphrétique ».
Ses feuilles, dont le pouvoir diurétique et dépuratif est démontré, favorisent l’élimination de l’urée, de l’acide urique et des chlorures.
Le bouleau se montre très utile dans le traitement de la goutte et dans la prévention des calculs urinaires.
Désinfiltrant, il est particulièrement indiqué pour résorber les œdèmes et toutes les formes de rétention d’eau qui alourdissent le corps.
   Le Frêne
En plus des flavonoïde et secoiridoïde qu’elles contiennent, les feuilles de frêne regorgent également de mannitol et de sels de potassium aux propriétés diurétiques.
Cependant le frêne n’est pas seulement dépuratif, il est aussi :
 → fébrifuge,
  → diurétique,
 → antigoutteux,
 antirhumatismal,
 antalgique
 et légèrement purgatif.
Il vous permettra donc de lutter contre les états inflammatoires et de favoriser la diurèse et le drainage de votre organisme.
En soutenant l’élimination rénale, le frêne aide à combattre la rétention d’eau et facilite ainsi la perte de poids.
 La baie de genévrier
On l’utilise aussi bien contre les problèmes digestifs que les troubles urinaires.
A faible dose, les baies traitent les dyspepsies, la perte d’appétit ou encore les flatulences.
Connue depuis l’Antiquité pour leurs propriétés diurétiques, elles sont également :
 antirhumatismales,
 carminatives,
 antiseptiques,
 antifongiques
 et antioxydantes.

Source: Réponses Bio

Quelques plantes présentes en homéopathie (Laboratoires Lehning).... 

Achillea MillefoliumAchillée. Achillea millefolium. 
Connaissez-vous l'Herbe à dinde ou encore le sourcil de Vénus ? Cette plante appelée aussi Achillée millefeuille est une plante vivace de la famille des Astéracées.
L’achillée millefeuille tire son nom d’une légende voulant que, vers 1200 avant notre ère, Achille, sur les conseils des Centaures, l'ait utilisée pour soigner les guerriers blessés. Jusqu'au XIXe siècle, les soldats l'ont employée pour arrêter le sang des blessures, prévenir l’infection des plaies et en accélérer la cicatrisation, d'où son nom d'"herbe militaire".
Cholérétique, antibactérien, astringent, spasmolytique anti-inflammatoire, cicatrisant.
Achille avait guéri Télèphe, qu'il avait blessé, avec cette plante, mais aussi d'innombrables vertus liées à des molécules originales qui changent selon les variétés... de quoi y perdre ses repères !


Aconitum napellus
Aconit napel. Aconitus Napellus
L'Aconitum napellus, appelée aussi Aconit ou Casque de Jupiter est une plante vivace de la famille des Ranunculacées.
L'Aconitum napellus, était considérée comme une plante magique utilisée pour la magie noire. Selon la légende, les loups-garous, les vampires et les démons craignaient cette plante. Certains rebouteux prescrivaient l'aconit aux hommes qui se croyaient être transformés en loup !
Anesthésique, analgésique, anticongestive et sudorifique, antirhumatismale.
Plante toxique, qui peut entraîner la mort. L'ingestion d'un seul morceau peut déclencher un dysfonctionnement cardiaque. 
Arnica montanaArnica. Arnica Montana. 
L'Arnica montana est une plante vivace de la famille des Astéracées. Elle est également appelée "Arnica des montagnes" ou encore "Tabac des Vosges". Avez-vous déjà senti cette plante européenne ? Elle dégage une odeur prononcée de girofle.
L'étymologie d'« arnica » est peu certaine. Ce nom proviendrait peut-être d'une altération latine du grec ancien πτάρνυμαι qui signifie "éternuer".Anti-inflammatoire, émétique, expectorante, apéritive.Les premiers écrits évoquant l’Arnica montana datent du Moyen-Âge... A cette époque, c’est la religieuse allemande Hildegarde de Bingen (12e siècle), férue de botanique, qui fait une description succincte de l’Arnica et de ses vertus magiques « élixir d’amour ».


Crataegus oxycanthaAubépine. Crataegus Oxycantha.
L'Aubépine est un arbuste épineux de la famille des Rosacées. Il dégage une odeur fraîche et agréable. Quelles sont ses vertus ?
Le mot Crataegus vient du latin crataegos transcrit du grec krataegos ou kratos signifiant force (allusion à la dureté du bois).
Hypotenseur, spasmolytique, hypothermisantes.
Les effets diurétiques et astringents de ses fruits sont connu depuis logntemps maintenant. Mais ce n'est que depuis la fin du siècle dernier que les médecins et pharmacologues ont décelés ses vertues régulatrices sur le muscle cardiaque. 

Avena SativaAvoine. Avena Sativa. 
L'Avoine est une plante bisannuelle appartenant à la famille des Poacées (graminées). Connaissez-vous son utilisation dans le passé ?
De Avena avec l'adjectif latin sativus ("cultivé"). L'avoine était considéré comme mauvaise herbe et servait souvent à nourrir les chevaux. Les herboristes l'utilisaient couramment pour apaiser des troubles comme la fatigue, les insomnies ou les douleurs articulaires. Il est souvent consommé sous forme de flocons, porridge ou gruau.
Antioxydants comme les avénanthramides, les tocophérols et les tocotriénols propriétés adoucissantes.
La "folle avoine" était qualifiée de nuisible, alors que le "picotin d'avoine" était cependant bien utile... La preuve : le nom "Avena" employé par Virgile (Egl. V, 37), ne vient-il pas d'"aveo" (je désire)... Des épillets qui mériteraient d'être redécouverts. L'Avena Sativa ou Avoine est une céréale très réputée pour sa valeur nutritive mais elle dispose de très nombreux autres atouts pour la santé.

BelladonnaBella
done. Belladonna.
La Belladone est une plante herbacée vivace de la famille des Solanacées. Saviez-vous qu'elle est appelée aussi "belle dame", "cerise du diable" ?
Belladonna vient de l'italien bella donna « belle dame  ». A la Renaissance, les italiennes injectaient dans leurs yeux de la belladone pour dilater leurs pupilles et rendre leur regard plus attirant.
Céphalées, fièvre avec frissons, myalgies diffuses (courbatures), asthénie intense.Plante toxique dont l'un de ses composants, l'atropine, lui confère cette dangerosité .
A l'époque, elle était considérée comme une plante magique qu'on associait à la magie noire.


BryoniaBryone blanche. Bryonia. 
La bryone blanche est une plante vivace grimpante de la famille des Cucurbitacées.
Céphalées, courbatures, fièvre, toux.
Savez-vous ce qu'est la zoochorie ? C'est le moyen de dispersion des graines de la bryone, les oiseaux déposent des graines là où ils mangent et répandent ainsi la bryone.



Calendula Officinalis Calendula. Calendula Officinalis.
Le Calendula ou souci des jardins est une plante herbacée annuelle de la famille des Astéracées. Pourquoi souci des jardins ?
Si l'on vous dit que le jardinier, par la faute des pucerons, a des soucis avec ses soucis, les deux homonymes n'ont pas même étymologie latine. L'un vient de sollicitare ("inquiéter") et l'autre de solsequium ("qui suit le soleil"). Calendula signifie "petit calendrier" ou "petit almanach", avec une équivoque : le mot se réfère-t-il au temps qu'il fait ou au temps qui passe ?
Le calendula est l’une des plantes de la pharmacopée traditionnelle. Il est réputé comme cicatrisant et anti-infectieux. Son efficacité sur les problèmes cutanés (ulcères, brûlures, engelures) est aussi reconnue par la pharmacopée officielle. Au jardin, c’est une bonne plante à associer aux légumes et aux rosiers, car il semble qu’il repousse quelque peu les insectes nuisibles et les maladies.
De "solsequia" (souci), ses capitules orange vif "qui suivent le soleil" s'épanouissent aux "calendes" de juin, tout en procurant des bienfaits pour la peau... mais on se limitera à cet usage externe.


Chamomilla VulgarisCamomilla. Chamomilla Vulgaris. 
Chamomilla Vulgaris est une plante aromatique européenne de la famille des Astéracées. Saviez-vous qu'elle est aussi appelée Camomille Sauvage ou Petite Camomille ?
Les Egyptiens l’avaient dédiée au soleil en raison de son efficacité contre les fièvres; Dioscoride et Galien la préconisaient dans le même domaine et aussi contre les courbatures ou les troubles féminins (d’où son nom savant de Matricaria chamomilla).
Stimulante, Apéritive, Stomachique.
Chamomilla Vulgaris ou Camomille Sauvage est une plante aromatique européenne. En agriculture bio-dynamique, elle est utilisée dans une préparation pour le compost.
 

Chelidonium majusChélidoine (grande). Chelidonium Mujus.
La grande Chélidoine est une plante vivace de la famille des Papavéracées.
La Chélidoine (du grec χελιδών et du latin chelidonium, hirondelle) doit son nom au fait que la floraison de cette papavéracée (pavot, coquelicot) coïncide avec l'arrivée de ces migrateurs. Une autre étymologie donne comme origine le latin "Coeli Donum" (don du ciel). Elle était considérée depuis des temps reculés comme une plante magique associée à la magie noire. Les alchimistes du Moyen Âge ont vu dans la sève de la grande éclaire de couleur jaune, le moyen de transformer les vils métaux en or. Il semble que jusqu'à présent cette herbe n'ait pas tenu toutes ses promesses.
Antimitotique.  Chelidonium Majus ou grande chélidoine était considérée il y a très logntemps comme une plante magique, associée à la magie noire. Au moyen âge, les alchimistes pensaient que sa sève pouvait transformer les métaux en or. 

Echinacea angustifolia
Echinacée. Echinacea Angustifolia. 
L'Echinacée est une plante de la famille des Astéracées. Elle est cultivée dans les pays au climat tempéré.
Le rhizome de l’Echinacea était utilisé par les Indiens des plaines d'Amérique du Nord, peut-être plus que toute autre plante, dans l'élaboration de remèdes médicinaux. Dans les années trente, Echinacea devint populaire à la fois en Europe et aux États-Unis comme une médecine du peuple. Echinacea s'est vu attribuer la capacité de renforcer les défenses du système immunitaire de l'organisme et d'aider à la prévention des infections. Suivant l'espèce utilisée, des breuvages médicinaux peuvent être préparés à partir de la tige et de la fleur, ou bien de la racine.
Antivirale, défenses immunitaires.
L'Echinacea Angustifolia était déjà utilisé par les Indiens d'Amérique pour traiter divers maux.

eucalyptus globulus L52Eucalyptus commun. Eucalyptus Globulus.
L'Eucalyptus commun, appelé aussi Gommier bleu est un arbre de la famille des Myrtacées.
L’origine de son nom est grec "Eu" signifiant "bien" et "Kalyptos" pour "couvert". Le Gommier bleu doit son nom à ses feuilles couvertes d'une couche cireuse bleu-gris.
Coryza, toux.
Les eucalyptus sont connus pour être la nourriture des koalas et sont utilisés par les indigènes pour se protéger contre les maladies de l'hiver. D'où son nom "arbre à fièvre".
 
Eupatorium perfoliatum

Eupatoire perfoliée. Eupatorium Perfoliatum.
Les eupatoires sont des plantes annuelles de la famille des Astéracées. Elles abondent dans les zones marécageuses et les prairies humides; elles sont cultivées en France.
Son nom est un hommage au roi de Perse Eupator qui était connu pour ses compétences d'herboriste.
Céphalées, coryza, courbatures, fièvre, toux.
L'herbe parfaite ou herbe à fièvre était utilisée par les Amérindiens comme remède pour favoriser la sudation.
 

Hamamelis Virginiana

Hamalélis. Hamemelis Virginiana.
L'Hamamélis est un arbuste à feuilles caduques de la famille des HamamelidacéeLe nom Hamamélis vient du grec ancien et signifie « semblable au pommier ».
Déjà bien connues des Amérindiens, les propriétés médicinales de l’Hamamélis n’ont pas échappé aux premiers colons ­européens débarqués en sol américain, qui ont rapidement adopté la plante.Écorces et feuilles : Activités astringente, anti-inflammatoire, hémostatique local.
Ce "noisetier des sorcières", au nom vernaculaire peu engageant, nous est venu par-delà l'Atlantique pour concurrencer notre non moins précieux noisetier indigène.
 
 

Drosera rotundifolia

Herbe à rosée. Drosera Rodundifolia.
Le drosera à feuilles rondes est une plante carnivore de la famille des Droseracées
Drosera rotundifolia, la rosée du soleil, est appelée ainsi parce qu’un suc brillant se trouve à l’extrémité de ses cils. En fait, cette redoutable petite plante carnivore possède des feuilles visqueuses recouvertes de cils rouges qui, en se recourbant vers le centre, constituent un piège mortel pour les insectes qui viennent s'y engluer
Asthénie, toux
Cette plante est rare en France, on la trouve le plus souvent entre 600 à 2000 m d'altitude. Mais on peut aussi la trouver à moins de 400 m, par exemple en Lorraine, dans la commune de Bertrichamps.


Gelsemium sempervirens

Jasmin de Corline. Gelsenium Sempervirens.
Le gelsemium sempervirens appelé gelsémie toujours verte ou encore jasmin de Caroline est une espèce de plantes de la famille des Gelsemiacées.

Son nom Gelsemium lui a été donné par Jussieu, mot italien qui signifie jasmin.
Céphalées, courbatures, fièvre, grippe, anxiété, trac.

Hyoscyamus niger

Jusquiame noire. Hyoscyamus Niger.
La Jusquiame noire est une plante une plante herbacée de la famille des Solanacées.

Les plus anciens textes au monde relatifs à la pharmacopée sont ceux de la Mésopotamie et de l'Égypte. Les tablettes d'argile de Sumer font mention de l'utilisation de la jusquiame comme hallucinogène. Le médecin grec du premier siècle, Dioscoride, dans son traité De Materia Medica, sur les plantes médicinales, consacra un chapitre à la Hyoscyamo (en grec Υοςχυάμον) qui est identifiée à une jusquiame.
Anti-nervosité, anti-tremblements, anti-angoisse.
Hyoscyamus Niger ou "Jusquiame Noire" était surnomée au Moyen Âge "L'Herbe au Somme". On l'a considérée alors comme une plante magique et aphrodisiaque. Portée sur soi, elle rendait "fort, joyeux et agréable" et permettait d'attirer le beau sexe.
 
  
Malva Sylvestris

Mauve. Malvia Sylvestris.La Mauve, appelée aussi mauve sylvestre ou mauve des bois, est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Malvacées. Pourquoi porte-t-elle ce nom ?

Le mot mauve, qui a donné, à partir du XIXe siècle, son nom à la couleur caractéristique des fleurs de la plante, dérive de Malva, qui était le nom de la plante chez les Romains. Son étymologie remonterait à la racine grecque malakos, qui signifie "mou". Ses feuilles, alternes, ont un limbe effectivement mou (soutenu par des nervures palmées), plissé, un peu velu comme la plus grande partie de la plante et d'une douceur extrême, qui surpasse les velours les plus fins.
Traditionnellement utilisé comme traitement d'appoint adoucissant et antiprurigineux des affections dermatologiques, comme trophique protecteur dans le traitement des crevasses, écorchures, gerçures et contre les piqûres d'insectes. En infusion, la mauve des bois est apaisante, calmante, relaxante (et laxative), adoucissante, anti-inflammatoire. Les vertus antioxydantes de la fleur de mauve conviennent parfaitement au soin des peaux matures et stressées.
Magnifique corolle veinée aux nuances cyclamen, lilas, améthyste, elle apaise et amollit par la richesse de ses mucilages.
  
Melissa officinalis

Mélisse. Melissa Officinalis.
La Mélisse est une plante herbacée vivace de la famille des Lamiacées.

Son nom vient du grec melissophullon qui signifie « feuille à abeilles ». On l'appelle aussi mélisse citronnelle ou simplement citronnelle, à ne pas confondre avec la citronnelle (Cymbopogon citratus) utilisée en cuisine asiatique. Ce sont les moines bénédictains qui introdsuiret en Europe cette plante.
Anti-infectieuses, anti-septoqieus , relaxantes.
La mélisse a un succès fou depuis la fin du XVIIeme siècle en France. Epoque ou l'eau de mélisse a été créé. Cette eau soulageait les dames de la Cour du Roi Soleil sujettes à des malaises nerveux. Même le Cardinal de Richelieu en étaitaccro, il gardait toujours un flacon à porté de main pour soigner ses migraines.
  
Allium cepa

Oignon. Allium Cepa.
L'oignon est connu dès l'Antiquité. Il provient sans doute d'une espèce sauvage d'Asie centrale. L'oignon était apprécié des Égyptiens, des Grecs, des Gaulois et des Romains et n'a jamais cessé d'être utilisé.

L'oignon est connu dès l'Antiquité. Il provient sans doute d'une espèce sauvage d'Asie centrale. L'oignon était apprécié des Égyptiens, des Grecs, des Gaulois et des Romains et n'a jamais cessé d'être utilisé.
Diurétique, expectorante, antibactérien, antifongique, anti-inflammatoire
La pelure d'oignon était utilisée jadis en musique pour la confection du mirliton, d'où l'un de ses noms : flûte à l'oignon (nom utilisé encore aujourd'hui en anglais : onion flute).

Polygala senega

Polygale de Virginie. Polygala Senega.
Le polygala senega appelé aussi "herbe au lait" est une plante herbacée vivace de la famille des Polygalacées.

Du grec Polys : beaucoup, et gala : lait, le nom de cette plante a longtemps fait penser qu'elle favorisait la production de lait. La plante est originaire des forêts d'Amérique du Nord : son nom senega vient des Indiens "Sénéca" qui l'utilisaient comme contrepoison.
Coryza, toux. 
Dès 1700 cette plante est reconnue pour ses vertus médicinales.Elle était couramment utilisée contre les morsures de serpent.

China rubra

Quinoa rouge. China Rubra.
Le china rubra est un arbuste ou un petit arbre de la famille des Rubiacées.

Les propriétés "anti-paludisme" ont été découvertes par un soldat espagnol, qui, pour se désaltérer, a bu l'eau trouble d'un lac et a été miraculeusement guéri de sa fièvre. Dans ce lac se trouvaient des arbres engloutis par un tremblement de terre. La quinine sécrétée par ces arbres a guéri le soldat et ses camarades.
Asthénie, céphalées, coryza, fièvre, frissons, toux.
L'écorce de China rubra est très riche en quinine, qui est un analgésique, antipaludique.

Rosmarinus Officinalis

Romarin. Rosmarinus Officinalis.
Le Romarin est un arbrisseau de la famille des Lamiacées. Savez-vous que son nom "encensier", en provençal, est dû à son odeur camphrée qui évoque l'encens ?

L'origine de Rosmarinus reste incertaine : rosée (ros) marine pour certain, sumac (rhous, une plante à odeur puissante) marin pour d'autres. Pourquoi cette référence à la mer dont le voisinage immédiat n'est pas indispensable au romarin ? C'est que les stations les plus chaudes sont proches du littoral. Officinalis va de soi : le romarin a longtemps fait partie des plantes de base des officines des apothicaires.
Stimulant de la circulation.
“Rosée de la mer” croissant dans les garrigues ensoleillées du Midi, "herbe aux couronnes" et emblème du triomphe chez les Romains et les Grecs, les applications de ces sommités touffues, bleu pastel, s’étendent de l’art culinaire aux vertus phytothérapiques, bienfaisantes, en passant par l’art du parfumeur où "l’eau de la reine de Hongrie" fut, déjà à l’époque, un élixir de jouvence.

Ruta graveolens

Ruta. Ruta Graveolens.
La Ruta est une espèce d'arbrisseau de la famille des Rutacées .  Savez-vous qu'on l'appelle aussi rue des jardiniers, rue odorante… ?

 

De ruta, je conserve, sous-entendu, la santé. La rue vineuse, était autrefois considérée comme une plante magique associée à la magie blanche. Elle fut utilisée dès l'Antiquité, notamment chez les Romains. Comme poudre de rue, elle entrait dans la composition du diaphoenix, remède de la pharmacopée maritime occidentale au XVIIIe siècle. Les feuilles fraîches peuvent être utilisées pour assaisonner les sauces et les plats de viande. À utiliser modérément à cause du goût amer et des risques de toxicité.
Répulsives, anti-oxydantes.
Ruta Graveolens ou "Rue Vineuse" était considérée il y a logntemps comme une plante magique associée à la magie blanche. Au moyen âge elle faisait partie des ingédients du "vignaigre des 4 voleurs" qui était censé protéger de la peste.

Scrofularia nodosa
Scorfularia. Scorfularia Nodosa.
Comme son nom le suggère, la scrofulaire servait jadis à soigner la scrofule, une inflammation chronique des ganglions lymphatiques infectés par la tuberculose, provoquant des abcès. Au début du XXe siècle, Leclerc lui a trouvé le pouvoir d'agir de façon non négligeable sur le métabolisme des hydrates de carbones.
 
Anti-inflammatoire, antidiabétique 
Elle fait baisser le taux de sucre chez les diabétiques et guérit les affections qui accompagnent souvent la maladie.


Sambucus nigra
Sureau noir. Sambucus Nigra.
Le nom latin Sambucus fait allusion aux flûtes (sambuca) que les pâtres grecs taillaient dans le bois tendre du sureau dont les rameaux sont creux. Galien, un médecin grec du IIe siècle, recommandait le sureau contre les catarrhes et les excès de mucus. Dans la tradition celtique, le sureau (« ruis ») est l’arbre associé à la mort. Les druides confectionnaient avec son bois les flûtes leur servant à converser avec les âmes des disparus ou protéger des sortilèges.
 
Purgatives
Ses fruits de petites baies noires urolacées sont utilisées comme colorant naturel en particulier pour les boissons et les aliments.

Thuya occidentalis

Thuya. Thuya Occidentalis.
Le Thuya est une espèce de conifère de la famille des Cupressacées, originaire du Nord-Est de l'Amérique du Nord.  Connaissez-vous son surnom ?

Les thuyas (Thuja), appelés aussi cèdres au Canada, sont un genre de conifères de la famille des Cupressacées, originaires des régions tempérées de l'hémisphère Nord. Plusieurs espèces sont cultivées comme arbres d'ornement. Ces arbres sont surnommés, en Amérique du Nord, Arbor vitae (Arbre de la vie en latin) pour leur feuillage pérenne. « Thuya » vient du grec ancien θυία (thyia), en référence à son bois parfumé.
Anti-inflammatoires.
Les Amérindiens considérés que le Thuya Occidentalis était un remède efficace contre le scorbut.
 
  
Viola Odorata L.

Violette. Viola Odorata L.
La Violette est une petite plante vivace de la famille des Violacées. Savez-vous que la violette est comestible ?

Le nom de genre Viola reprend l'ancien viole, lui-même emprunté au latin viola, qui désignait à la fois la fleur, la couleur et la giroflée.
Réputée pour ses vertus odoriférantes, la Violette fait également preuve de grandes qualités émollientes et adoucissantes. Puisés au cœur de la fleur, ses bienfaits apporteront à votre peau une délicieuse sensation de bien-être. Principes actifs connus : le mucilage. Action physiologique : émolliente.
Suaves et délicates. Toutes les violettes ont des fleurs comestibles, aux propriétés expectorantes et calmantes. Elles sont inodores, à l'exception de la violette odorante (Viola odorata) et de la violette remarquable (Viola mirabilis), qui exhalent un parfum suave. Les fleurs de la première font des friandises délicates, les violettes au sucre de Toulouse, qui aromatisent avec bonheur sirops, miels et desserts.
 

  
 

Retrouvez-moi sur facebook, et merci d'aimer mes pages, de les partager à vos contacts!



L'énergie du bien-etre 
"L'esprit du tai chi"
"Editions Spirales, ebooks bien-être"
"Feng Shui Tao"
"La maison du bien-être, produits magnétiques Nikken"
"Cleanergy"
"Cieaura, les hologrammes du bien-etre" 
"Quantum Health Technologie"